Francouvertes soir 2 : Mada Mada, Douance, Phil Bourg

LIVE REPORT – Les Francouvertes sont bel et bien lancées. Deuxième soir des préliminaires en virtuel avec trois projets sans liens les uns aux autres : Mada Mada, Douance et Phil Bourg.

Cette année, les préliminaires ne sont plus réservées qu’aux lundis. Les mardis aussi font partie du lot. On est dans de meilleures dispositions physique en ce deuxième jour de la semaine pour poursuivre notre journée de télétravail derrière un autre écran. Quand des pierogis aux herbes et à l’ail entrent dans la formule, tout va forcément mieux. Ce soir, place à Mada Mada, Douance, et Phil Bourg.

L’univers bien fourni de Mada Mada

Mada Mada ouvre la soirée, accompagné de pas moins de cinq musiciens un poil statiques. Le frère caché de Pierre Guénard de Radio Elvis est une sorte d’ovni musical. Avec une plume affutée et poétique, il oscille entre chanson et jazz, parsemant sa musique de rythmiques cadencées, de ruptures de tempo, de nappes électroniques, et de suites d’accords peu habituels. Après avoir bien entamé son set en interprétant trois titres entraînants, pas forcément accrocheurs à la première écoute (mais toutefois pas inintéressants du tout), « Autonome » apparaît comme une magnifique, douce et mélancolique surprise au clavier-voix, plus accessible aux amateur.trice.s de belles mélodies. Mada Mada finit sur une note plus festive avec « L’Étranger », qui invite clairement les chalant.e.s derrière nos écrans à onduler joyeusement des hanches.

Se faire du mouron pour Douance

Le tout premier EP de Douance tournait depuis quelques semaines dans mes oreilles. Contente donc de pouvoir la voir défendre ses toutes nouvelles chansons en live, accompagnée de Pataugeoire, Mélanie Venditti (basse, guitare et machine) et de Raphaël Léveillé à la batterie. Ça compte de bons musicien.ne.s. Si la voix est peu assurée, musicalement c’est très propre et super fidèle aux versions studio. On sent pourtant un peu d’inexpérience scénique (ou une grosse timidité) pour cette jeune artiste à l’univers grunge mélancolique bien affirmé. Les textes pourraient nous inquiéter tant ils traduisent un mal être émotionnel omniprésent (angoisses, santé mentale, rupture…) sur fond de guitares plaintives. Heureusement Douance nous rassure par le biais de petites interventions humoristiques bienvenues entre toutes ses chansons à l’univers pesant.

Phil Bourg, idole de notre adolescence

Fin de soirée en décibels avec le set de Phil Bourg, de sa keytar (décidément !), sa coupe mulet et ses lunettes de scène. L’artiste ancre sa musique dans l’actualité politique, économique, technologique et environnementale… sur fond de rock nerveux à la Noir Dés. Derrière son clavier auquel il a branché de multiples pédales, il alterne critiques sociétales et tirades de transition malheureusement convenues. Concrètement, on a le pendant québécois de Damien Saez, le côté indépendantiste en sus. On passe à côté, on a trop donné à l’adolescence.

Classement provisoire :
• Douance
• Super Plage
• Bermuda
• Mada Mada
• Phil Bourg
• Lampion

La suite des préliminaires auront lieu lundi 22 et mardi 23 mars toujours en virtuel avec Mayfly, Issa Karim, Vendôme (soir 3) et Tremble, Perséide, oui merci (soir 4).

Crédit photos : Frédérique Ménard-Aubin