Francouvertes soir 7 : Malaimé Soleil, Sylvie, Les Monsieurs

LIVE REPORT – Pour cette dernière soirée des préliminaires des Francouvertes 2021, trois groupes à mouvance rock sont montés sur scène. Retour sur les prestations de Malaimé Soleil, Sylvie et Les Monsieurs.

Ne mentons pas, cette 7e et ultime soirée des préliminaires sonne la fin d’un très beau week-end de Pâques et du retour aux écrans et au charbon. Notons d’ores et déjà un symptomatique petite baisse de régime à découvrir les trois dernier.e.s artistes et groupes pour cette soirée « rock ». Pas de leur faute hein, juste à un dernier jour de pont qu’on aurait aimé conclure en procrastinant devant de la télé-réalité bien nase. Trêve de niaisage et place à Malaimé Soleil, Sylvie et Les Monsieurs, vaillants derniers chevaliers s’avançant vers une Osgiliath déjà conquise (et bien défendue) par 9 précédent.e.s candidat.e.s s’accrochant à leur place de demi-finalistes.

Brillant Malaimé Soleil

Malaimé Soleil entame la soirée, après m’avoir bien ouvert l’appétit. Leur nom, expliquent-ils dans leur vidéo d’accompagnement, était le blase Facebook d’un ami du lead-singer/guitariste. Pour lui payer les droits de ce nom d’emprunt, le paiement s’est effectué en poutine. Une belle monnaie pour laquelle je serais capable d’échanger un rein. Après les routes ensoleillées de « Cactus », le groupe de pop-rock « festif », nous entraînent dans l’univers bordélique et chill d’une chambre d’ado avec « Coin coin » et de surprenantes envolées aigues au chant (chancelantes mais pas fausses).

Les garçons, originaires de St-Hyacinthe ont sorti début février un deuxième EP. Au niveau des textes, on est sur la recette hippie x rock kéb’, drogues, crise existentielle et envie d’ailleurs. Niveau musical, on est plus sur de l’indie-rock aux accents psyché créatif. Gros crush sur « Les pluies acides » et sa montée en puissance et en intensité jusqu’à l’explosion instrumentale de clôture (j’entends eargasm au fond de la pièce ? Oui, je confirme). Chaque chanson du groupe a le mérite de nous transporter dans des atmosphères dansantes-mélodiques, qui ne visent pourtant pas la facilité. J’aime beaucoup, le potentiel est là.

Le tourbillon Sylvie

Six mecs composent Sylvie, le deuxième groupe en lice pour cette 7e soirée. Deux guitaristes et un saxophoniste notamment. Encore une fois, je remercie en mon fort intérieur les Francouvertes d’avoir mis les paroles disponibles parallèlement au live. Car autant le dire, c’est pas bin bin clair, mais quand une chanson s’intitule « Patterns d’axomes », est-ce bien étonnant ? Après nous avoir réchauffé de leur soleil estival pesant (« L’été calice »), Sylvie nous propose (« Bécane ») un premier extrait de leur tout premier album à venir dans un mois, entre rock, blues et jazz, avec des vagues hendrixiennes.

Ayant fait mon deuil du banjo cette année (P’tit Belliveau est d’utilité publique, sachez-le), je ne suis pas malheureuse d’entendre enfin un harmonica, notamment sur leur medley final de dad rock écrit par Bogey, le papa du batteur. Le groupe est bien rodé, que ce soit les arrangements, l’aisance scénique et le charisme du chanteur Anis Azzoug, ça prend son pied entre eux et ça se voit. Musicalement en revanche, ce n’est pas facile d’accroche, et en virtuel, difficile d’entrer dans cette bulle d’énergie qui déborde de partout.

Des Monsieurs révoltés

Pour conclure la soirée, place au groupe Les Monsieurs (qui ont remplacé BAIE, restrictions sanitaires from Nouveau-Brunswick obligent). Du rock révolté avec beaucoup de texte, parlé (« Le désespoir se masturbe ») et chanté. « Un bon 30 minutes de musique bien tassée » nous annoncent-ils (je mets « ils » mais un membre du groupe est féminin), soit les chansons extraites de leur 2e album paru il y a quelques mois (enregistré et réalisé par Dany Placard). L’univers des Monsieurs est très québ’, rock brut et engagé (« Chanson par le fait »), paroles scandées/distorsions et moment plus doux avec leur ballade nostalgique « Vitamine C ». Encore une fois, difficile d’entrer dans ce projet finalement assez classique dans sa formule, et n’allant pas toucher mes cordes sensibles.

Malheureusement, aucun des trois groupes ne parvient à se qualifier pour les demi-finales qui auront lieu le 26, 27 et 28 avril prochain au Lion d’or (et peut-être avec du public !).

Les demi-finalistes : Étienne Coppée, Vendôme, Calamine, J.A.M. Ambre Ciel, Douance, Oui merci, Tremble, Super Plage.

Crédit photos : Frédérique Ménard-Aubin