« Rhapsodies in Black », l’album d’Exit Eden qui déconstruit les tubes pop

CHRONIQUE – Tu connais forcément les tubes pop contemporains : « Skyfall », « Paparrazi »,etc. Exit Eden aussi et a décidé de les reprendre en version métal.

Si tu es un fidèle lecteur de Rocknfool, tu le sais. Depuis le début de l’année, j’essaie de te faire découvrir l’univers du métal symphonique. Ce genre de musique, où se mélange un rock virulent avec des voix lyriques. Après les excellents albums de Delain et Xandria, poursuivons aujourd’hui notre voyage avec le premier album d’Exit Eden, Rhapsodies in Black, paru le 4 août sur l’excellent label Napalm Records. Composé de 11 covers, le groupe a voulu reprendre les plus grands hits pop contemporains, en les réorchestrant à leur sauce. Ainsi, de Depêche Mode à Madonna, de Rihanna à Lady Gaga, on découvre avec une nouvelle sensibilité des tubes que nous chantonnons et aimons en cachette (ou non). Mais, le pari d’un album de reprises pour un premier album est-il réussi ? Réponse dans quelques paragraphes !

4 chanteuses aux profils divers pour un projet commun

Tout d’abord, sache que si tu ne connais pas Exit Eden, il n’y a rien d’anormal à cela ! Il faut dire que le groupe s’est fondé au début de l’année 2017, après la réunion de quatre chanteuses (affirmées dans leur groupe d’origine) cherchant de nouveaux défis. Derrière Exit Eden et pour les connaisseurs, on retrouve donc l’Américaine Amanda Somerville (à la tête des projets Trillium et Kiske/Somerville), l’Allemande Anna Brunner, la Brésilienne Marina La Torraca (chanteuse au sein de Highlight Kenosis et fondatrice du groupe Phantom Elite) et de la Française (alléluia !) Clémentine Delauney (chanteuse de Visions of Atlantis). Originaires de différents pays et ayant toutes des parcours professionnels différents, elles réussissent à s’entendre sur la plus belle des passions : la musique. C’est ainsi qu’il y a quelques mois naquit ce nouveau quatuor de métal symphonique, plus cosmopolite qu’aucun autre.

Mais maintenant que tu connais la genèse du groupe, tu aimerais savoir si l’alchimie a pris au sein du groupe et si Rhapsodies in Black vaut le détour ! Car créer un groupe n’est pas tout, il faut aussi le construire musicalement et y donner vie, en apportant (si possible) une fraîcheur que nous n’avons pas déjà entendue.

Pause Préambule :

Chacun d’entre nous avons des histoires avec certaines chansons. Un titre peut nous émouvoir, nous rappeler des souvenirs, être notre madeleine de Proust. Aussi, la critique de cet album prend forcément en compte cela. L’approche que j’ai avec un titre « x » divergera forcément de celle que tu as avec celui-ci. La musique est un art où l’objectivité existe, mais une grosse part de subjectivité et d’affect entre en compte.

Exit Eden en mode Queen of the Pop !

Pour être honnête, sur les quarante-cinq minutes de l’album, il y a de l’excellent, du bon et du moins bon. Cela fait partie du risque des albums de reprises. Il faut savoir s’approprier un titre, savoir le décortiquer, le déconstruire afin de le reformer à sa sauce. Et c’est l’exercice le plus difficile en musique. Nombre d’artistes renommés se cassent les dents en faisant des covers identiques aux versions originales. Avec Exit Eden, le risque était forcément faible, mais même en réussissant l’exercice, des titres comme « Heaven » (cover de Brian Adams) ou « Skyfall » (cover d’Adèle) ne nous touchent pas plus que ça.

Au contraire des deux titres sus-cités, on se repasse encore et encore en boucle le « Paparazzi » de Lady Gaga. L’un des meilleurs singles de la reine de la pop montre tout son potentiel rock. Plus qu’un titre d’Exit Eden, il nous donne aussi l’envie de voir Lady Gaga produire un album de rock. Car oui, elle pourrait participer à cette version enflammée ! Il en est de même avec la reprise de Katy Perry (« Fireworks ») ou le très bon « Unfaithful » de Rihanna (qui entonne des airs de « My Little Phoenix », de la plus grande chanteuse de métal symphonique au monde, Tarja Turunen). Jamais les pop-singers n’auront sonné aussi rock et mélodique à la fois.

Autre Queen de la pop présente sur cet album, Madonna. Le groupe fait le pari de reprendre l’un des plus grands hits de la Madonne : « Frozen ». On connait tous la version originale et ce clip où Madonna, vêtue de noir et entourée de corbeaux, nous donne des frissons. Et bien Exit Eden arrive, tout en restant proche de la version originale, à noircir un peu plus ce « Frozen ».

Les années 1980 et la New-Wave ne sont pas oubliés !

Rhapsodies in Black ne renferme pas seulement les hits des reines de la pop. Le groupe s’est aussi penché sur une grande période de la musique : les années 1980 et plus précisément la New-Wave. Au programme on retrouve donc une reprise de Depeche Mode, qui pourra en choquer certain-e-s, mais qui fait le job, qui plus est pour une ouverture d’album. On tendra aussi l’oreille en clôture d’album sur le franco-britannique one-hit-wonder des britanniques de Visage, « Fade To Grey ». Mais l’irréel et énorme surprise réside en un nom : Bonnie Tyler. Irrémédiablement, on se prend à chanter en chœur avec le groupe, car oui, personne n’est dupe. Nous connaissons tous « Total Eclipse of the Heart ». Forcément, aux premières notes du titre, on crie « And I need you now tonight, And I need you more than ever, And if you only hold me tight, We’ll be holding on forever« . On devient dingue, on oublie qu’on écoute du métal symphonique. On redevient juste un petit enfant naïf et on prend du plaisir à répondre aux « Turnaround« . On ne pourra dire si cette reprise est la meilleure de l’album, mais elle est celle qui nous déchaîne le plus et fait chavirer totalement notre cœur !

Le premier opus d’Exit Eden est donc un savoureux mélange de madeleines de Proust. Il n’est pas le meilleur album de l’année, mais le groupe fait le job. Il a le mérite de vouloir démocratiser la pop aux amateurs de métal et vice-versa. L’exercice est difficile et pour un début, les quatre chanteuses ont plutôt réussi le pari ! On attend désormais de voir si ce projet restera éphémère, ou si le groupe travaillera encore plus dur, pour corriger les défauts entendus par-ci, par là et revenir encore plus fort !

Rhapsodies in Black, premier album d’Exit Eden, sorti le 4 août 2017 chez Napalm Records.


TRACKLIST : 

  1. Question Of Time (Depeche Mode)
  2. Unfaithful (Rihanna)
  3. Incomplete (Backstreet Boys)
  4. Impossible (Shontelle)
  5. Frozen (Madonna)
  6. Heaven (Bryan Adams)
  7. Firework (Katy Perry)
  8. Skyfall (Adèle)
  9. Total Eclipse of the Heart (Bonnie Tyler)
  10. Paparazzi (Lady Gaga)
  11. Fade To Grey (Visage)

 


À LIRE AUSSI :

>> Interview – Xandria : « On a beaucoup été inspirés par Nightwish »
>> « The Solace System », la jolie surprise estivale d’Epica

Advertisements

Laisser un commentaire