On a lu : « La Variante chilienne » de Pierre Raufast (Alma éditeur)

le

On se souvient de la structure originale du premier roman de Pierre Raufast : La Fractale des raviolis sorti en 2014 chez Alma éditeur (et en poche depuis cet été !). Le roman était composé de nombreux récits s’emboîtant les uns dans les autres à l’image d’une pyramide ou de poupées russes. Et une fois encore, Pierre Raufast joue de son talent d’architecte-littéraire pour composer un roman à la forme surprenante et au contenu tout autant étonnant : La Variante chilienne.

la_variante_chilienne

Le texte commence avec l’histoire qui sera le fil conducteur tout au long du roman, celle de Pascal et Margaux se réfugiant dans une maison de campagne. L’un, professeur, compte y passer des vacances paisibles ; l’autre, tout juste le bac en poche, craint les représailles d’un homme à qui elle a planté un stylo dans l’œil (c’était pour se défendre !). Mais très vite ils font la connaissance de Florin qui, bien que dépourvu d’émotions et de souvenirs, s’avère être excellent conteur. De soirées enfumées (Florin est un grand amateur de cigares) en soirées alcoolisées (il possède également une cave bien fournie), on en apprend un peu plus sur nos trois personnages et surtout sur ce mystérieux homme solitaire qui a pour seule mémoire des dizaines de bocaux pleins de cailloux.

Bien que construit à l’image d’un huis clos, le récit nous transporte de villages en pays, nous présente de nombreux personnages plus étonnants les uns que les autres et nous fait partager tous les secrets (et il y en a des croustillants) des trois compères. On y croise un champion de Pac-Man, une ville où il pleut sans interruption pendant plus de 10 ans, l’écrivain Jorge Luis Borges, un potier meurtrier, une interminable partie de capateros, quelques poèmes et du trafic de cadavres (nous n’en dévoilerons pas plus, mais ce ne sont pas les exemples qui manquent).

Pierre Raufast a dû bien s’amuser en écrivant cette pépite littéraire ; chacune des histoires est drôle, intelligente et complètement rocambolesque. Tantôt conteur, tantôt poète, tantôt même magicien, l’auteur joue avec son lecteur. Il le prend par la main et l’embarque dans des aventures incroyables où il côtoie des criminels, des dénouements sanglants et beaucoup d’immoralité, mais sans jamais se départir d’un second degré bien placé. Histoires incroyables, situations abracadabrantes et personnages extravagants, voilà le cadre de rêve pour une lecture revigorante.

La Variante chilienne, Pierre Raufast, Alma éditeur, 20 août 2015, 264 p., 18 €

Advertisements

Laisser un commentaire