On y était : Chris Garneau au Café de la Danse

J’ai beau chercher un adjectif pour qualifier le concert de Chris Garneau au Café de la Danse, je reste coi. Il n’existe pas dans la langue française un mot assez fort pour exprimer mon ressenti : sublime, parfait, magistral, splendide… Je ne sais pas… c’est beaucoup plus que ça. Le fait est que chaque concert au Café de la Danse est réussi. C’était le cas auparavant pour Ed Laurie, Villeneuve, Ane Brun, Sara Schiralli, Thos Henley, le concert de ce petit mec de Brooklyn n’échappe donc pas à la règle.

Première bonne surprise : la salle est bondée. Deuxième bonne surprise : tous les photographes parisiens se sont donnés rendez-vous. Troisième bonne surprise : la première partie assurée par une norvégienne au nom imprononçable : Rebekka Karijord. La demoiselle entre seule en scène, d’abord derrière un clavier, puis s’installe au côté de sa harpe. Sa voix glace en l’espace d’une chanson. On hallucine par cette voix qui monte aussi haut dans les aiguës avec une facilité et une limpidité déconcertante. Et, tout de suite après on se dit que c’est pas juste : il doit y avoir chez ces femmes venues du froid un gène spécial leur donnant ces voix incroyables. Rebekka délaisse un temps sa harpe pour rejoindre son piano, et deux musiciens entrent en scène : un guitariste et un batteur. L’ajout des deux instruments n’enlèvent en rien à la beauté de la musique proposée par la jeune femme. A la fin de son set, elle osera reprendre en piano-voix « Smell Like Teen Spirit« . En fan absolue de Nirvana, j’ai peur des reprises et de ce qu’on peut en faire, mais Rebekka a tout simplement illuminé la chanson, lui donnant une toute autre lecture. Pas grunge du tout, aérienne et voluptueuse. Flott ! Comme on dit chez vous en Norvège.

Changement de plateau. Le mini orchestre de Chris Garneau installe son matériel, puis s’éclipse. C’est le petit mec de Brooklyn qui apparaît sur la scène du Café de la Danse. Les lumières n’éclaire que le piano du garçon qui entonne « Holy Land », puis enchaine directement avec « Hands On The Radio ». Après un timide « je suis très heureux d’être là » (en français s’il vous plaît), il enchaine toujours en solo avec ses « Winter Song« . Son orchestre (violon, violoncelle, trombone, trompette, batterie) le rejoint. Si en piano-voix on est déjà au bord de la rupture émotionnelle, lorsque Chris et en formation complète, on se dit qu’on ne tiendra pas longtemps sans verser une larme. Parce que  oui, Chris Garneau joue avec nous et notre système lacrymale. Sa voix, ses textes, sa musique, tout ce qu’il propose est  d’une pureté qui cotoie celle des anges. D’ailleurs à chaque titre, le public écoute religieusement l’américain, mais dès lors que les dernières notes de piano se font entendre, c’est une explosion d’applaudissement qui se fait entendre. Touché, Chris avoue ne pas comprendre pourquoi on l’applaudit autant « merci c’est trop gentil..Mais vous êtes bourré ou quoi? » dira-t-il toujours en français après avoir jouer « Fireflies » (moitié en français, moitié en anglais). De temps en temps, Chris délaissera son piano pour attraper une guitare pour « We Don’t Try« . Puis, on continue au piano, et j’avouerais avoir eu la larme à l’œil en « Things She Said » et « Over and Over« . On arrive à la fin du set, Chris et son orchestre se retire après une ovation du public, mais il reviendra quelques minutes après. Retour à la guitare, seul pour « Sad News« , faisant fi d’un son un peu grésillant. Son orchestre revient pour deux derniers titres, et toute la petite troupe se retire… Pour de bon le public est débout, et n’en finit plus d’applaudir à tout rompre le musicien. Chacun s’apprête à partir quand Chris réapparaît « According to my note, it’s suppose to be the end » dit-il. Sauf que le public réclame un dernier titre. Ce serait une reprise, ce sera du Elliott Smith. Ce sera « Between The Bars« . Et ce sera magistral. Le public reste débout, scotché, émerveillé, conquis. Mais, est-ce vraiment une surprise ? Chris se retire cette fois pour de vrai, laissant le public avec un seul mot dans la bouche « magique ». Oui, cet homme est magique. Oui, sa musique met en forme ses états d’âme, elle n’est pas forcément joyeuse,  mais on se reconnaît dans ses textes,  et on est touché par l »intimisme extrémiste » de son univers. Bravo l’artiste.

Sabine Swann Bouchoul

 

Advertisements

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.