Festival Chorus #2 : Oh! Tiger Mountain

Y’a des artistes pour qui tu as le béguin et tu ne l’expliques pas. Mais vous devez avoir l’habitude avec Swann.

J’avoue être un peu plus tatillonne (légèrement), et attendre que le coup de foudre, le vrai, me tombe dessus. Et le pire, c’est qu’en général je ne me rends pas compte tout de suite. Désormais c’est officiel, je peux clamer mon amour à Oh! Tiger Mountain.

Accompagné de son fidèle et presque indispensable Kid Francescoli Oh! Tiger Mountain était sur la scène du Magic Mirror ce mercredi 21 mai, belle journée printanière, dans le cadre du Festival Chorus, dont la programmation est juste somptueuse.

Les chaises sont installées sous le chapiteau et la foule nombreuse -juste ce qu’il faut, prend place progressivement. Une foule comparée à une « classe avec beaucoup d’élèves » dira en rigolant Mathieu Poulain le chanteur, un peu plus tard sur scène. Un peu d’attente pour faire durer le plaisir et le duo fait son apparition.
Un set assez court, 6-7 titres si ma mémoire est bonne. Mais un set toujours aussi majestueux, avec entrain et classe. Oh! Tiger Mountain est en forme, et nous fait partager sa bonne humeur, avec des « blagues pas drôles » – que finalement tout le monde trouve drôles, et un sourire dévastateur assorti à des mouvements de chevelure. Tout un personnage !
Les trois premiers titres permettent au groupe d’atteindre un public légèrement sur la réserve qui semble se réveiller petit à petit.

Soudainement Oh! Tiger Mountain interprète « God Only knows » a capela, suivi de « Little Red Cells », et c’est bon, fingers in the noise, le public est dans leur poche. J’avais d’ailleurs prévenu mon sympathique voisin, avec qui j’ai tapé la causette, que j’aimais beaucoup ce groupe, et qu’il allait certainement aimé. C’est chose faite car j’entends : « poète », « belle présence », « humour », et je ne sais quoi lui répondre lorsqu’il me demande :  » c’est déjà terminé ? ».
J’ai à peine commencé à me dandiner sur ma chaise en tapant du pied droit et en hochant ma tête tel un chien de plage arrière de voiture que Oh! Tiger Mountain nous annonce : « On me chuchote dans l’oreille qu’il me reste que 5 minutes ». Mince. C’est passé trois milles fois trop vite. J’aurais voulu rester encore une bonne heure, mais ce n’est pas possible car c’est un festival, les horaires sont les horaires, et impossible de déborder sur le temps des artistes à suivre.

Néanmoins j’ai passé un superbe moment, et je me risque même à employer l’adjectif « sublime » pour qualifier cette première partie (comment elle s’enflamme la meuf!). Chouette salle, belle ambiance, Oh! Tiger Mountain au top. Que demande le peuple ?
Sérieusement j’ai adoré, et je vous jure que si j’avais été seule seule en m’engouffrant dans le RER sur le parvis de la Défense je me serais fait un Little Red Cells !

Facebookhttp://www.facebook.com/OhTigerMountain/

Sitehttp://ohtigermountain.blogspot.fr/

Merci à David pour sa disponibilité et sa gentillesse !

Advertisements

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.