Une journée dans la vie d’un journaliste musical

GONZO – C’est quoi un journaliste musical ? Attends, on t’explique. Reportage en immersion dans la vie vraie d’une rédac zik.

Ça te brûle la langue de le dire. Le journaliste musical est un branleur. C’est vrai. Le matin, il arrive souvent sur les coups de dix heures, mal rasé, les yeux gonflés, avec son traditionnel t-shirt de [choisir un groupe de rock obscur]. Parfois il arrive encore plus tard… Mais c’est parce que « dans la musique personne travaille avant dix heures ». Les infos viennent d’eux et sans ces maillons essentiels de la chaîne, le journaliste ne peut pas travailler, donc autant faire durer sa nuit de sommeil… ou la commencer. En vérité, il a passé sa soirée au Motel et il est rentré chez lui, complètement bourré vers 4 heures du matin. On dit « il », parce que les filles, elles sont pas vraiment acceptées dans les vraies rédac’ de mecs. La musique, c’est une histoire de garçon. Toujours, encore.

Almost-Famous

En arrivant, le journaliste check ses mails : quelques insultes de la part de fans pas d’accord sur un article, l’annonce de la prochaine tournée de Christophe Mae, le nouvel album de Zaz, Tal en tête des ventes (merde, ce n’était pas censé être dans les spams ?), ton collègue qui t’envoie des GIFS de chatons tueurs, un vrai spam « enlarge your p*nis ». Rien de bien intéressant.

La journée commence vraiment au moment de la revue de presse matinale : Facebook (oh trop fort la photo de Trucmuche torchée, c’était au concert de BlackStrobe et Birdy Nam Nam non ? Un like), Twitter (Rolling Stones annonce une tournée promotionnelle pour les CostardCravates. Retweet), Instagram (tiens Asfam a encore changé de coupe de cheveux. Commentaire : « Nice ».) ChartInFrance, NME, RollingStone, le Blog de Perez Hilton : Miley Cyrus a encore oublié sa petite culotte, Justin Bieber a frappé un fan (rock’n’roll en fait le Bieber), Joan Jett fait un album avec Dave Grohl, Jack White harcèle son ex-femme. Passionnant. Besoin d’un café et d’une clope, de toute manière personne n’est là pour le moment. Ah si, le stagiaire est là, il carbure. Il doit mettre en ligne quatre news sur le site avant 10h30. Objectif : 20 000 V.U. Par article, bien sûr.

Débrief & clopes

Sur le chemin de la machine à café, le journaliste croise Gertrude, la SR (secrétaire de rédaction) qui lui explique qu’elle ne peut pas travailler dans « des conditions pareilles »… Son dictionnaire date de 2011. Quelques minutes plus tard, Ben le maquettiste/infographiste/icono/DA (enfin on sait pas trop ce qu’il est) débarque. Il a les cheveux gras et en bataille, les lunettes de travers et porte le même pull qu’hier. « Pose pas de question, j’t’expliquerai plus tard« , balance-t-il de très mauvaise humeur. De toute manière il est toujours de mauvaise humeur. À la machine à café, il y a Antoine et Gwendal qui parlent restaurant. Ils demandent : « À ton avis, Café de Flore ou Charlot ? C’est pour un déjeuner de travail ». Eux, ce sont les commerciaux, toujours en déjeuner de travail, mais jamais avec des clients ou des partenaires. « Euh… McDo« , lance le journaliste de sa voix pas réveillée avant d’attraper son café et de filer dans la cour s’intoxiquer au tabac. Elle est blindée, comme toujours. Deux filles (stagiaires au services RH) débriefent leurs soirées d’hier soir. Elles s’arrêtent de parler quand elles remarquent que le journaliste les écoutent. « Ben quoi, je suis journaliste, je suis curieux« , marmonne-t-il lorsqu’elles déguerpissent. Il a fini sa clope, il est 11 heures. Il est temps d’aller bosser.

Mickael et Bastien viennent d’arriver. L’un décuve, l’autre râle. « Inadmissible. Basses dégueux. Lumières de merde. Le gars jouait comme dans son garage. Il a même pas joué XXX. ET c’est quoi toutes ces groupies de merdes qui gueulaient ? C’était tellement mieux avant. Explique-moi pourquoi on ne me trouvait pas sur la liste ? Bordel, pourquoi on n’a toujours pas les photos ? Putain, je vais me fumer une clope ». Toute la rédaction descend. Le stagiaire lui, n’a toujours pas décollé les yeux de son ordinateur. Il doit dérusher l’interview fleuve que Marco a réalisé la semaine dernière. Sauf qu’il est parti en vacances et a tout laissé en plan. Du coup, il galère, parce qu’il connait pas le groupe en question.

Dans la cour, ça discute album du dernier album de Depeche Mode. Bastien, qui déteste tout, peste : « non mais c’est de la merde Depêche Mode« , Mickael n’a pas d’avis, il est encore dans sa soirée d’hier. On verra plus tard avec l’attachée de presse pour gratter quelques pass backstage. Midi arrive bientôt, question primordiale : où manger : « euh… McDo ? »

Retour du déjeuner, le stagiaire a mangé sur le pouce un sandwich Monoprix dégueulasse, pendant que les trois autres journalistes ont dégommé un menu maxi best-of CBO et une double pinte pour faire tout passer. ­

« C’est de la merde »

Il est presque 14h et il faut se mettre au boulot. Petite revue de presse de l’après-midi pour commencer : Facebook  (putain, les photos des incendies en Corse sont impressionnantes. Like), Twitter (attention les photos #Incendies sont toutes fake. Retweet), Instagram (c’est jolie quand même ces photos du ciel de New York. J’aime)…

Gertrude passe une tête dans le bureau : « Bastien, il y a un problème sur un de tes papiers, on ne colle pas les points d’interrogation aux mots, et puis j’aurais besoin de déplacer une virgule à la quatrième phrase et mettre trois petits points à la fin du troisième paragraphe« . Bastien s’énerve. Il a horreur qu’on touche à ses papiers. Surtout à ses virgules. Comme il ne s’arrête pas de hurler, un peu de musique dans le casque s’impose. Écoute du nouvel album d’Arcade Fire (pas trop fort quand même parce que pour Bastien « c’est de la merde« ). Faudrait faire un papier dessus, les dégommer pour faire du clic. D’ailleurs, petite promenade sur l’extranet pour vérifier les stats du site. Elles sont catastrophiques, (putain de stagiaire, il était pourtant chez Melty avant). Opération de « community-management-sauvetage-de-stats » s’impose. Tournée obligatoire par Facebook, Twitter, Pinterest, TumblR etc.

17h, la pile d’album à chroniquer n’est pas commencé.  En même temps, en 2012 est-ce que les gens écoutent des albums en entier ? Non, le journaliste connaît deux titres, il a vu un clip, ça devrait largement suffire. Et puis au pire, il ira voir ce qu’en a pensé Pitchfork.  Mais d’abord pause café/clope. Le CBO lui pèse sur l’estomac.

Ben, le maquettiste, est tout seul à la machine à café. La tête entre les mains, les cheveux ne sont toujours pas coiffés. « On s’est engueulés avec Marthe, elle m’a mise dehors, cette s*****, comme si on mettait dehors un beau mec comme moi ? Je vais lui faire regretter, t’as le temps pour boire un verre là ? ». Passage au bar d’enfance de la rédac. Juste un petit quart d’heure… Deux heures en fait, Ben est un gros bavard et dit travailler mieux la nuit. 19 heures. Il est temps de travailler… impossible, il a rendez-vous dans dix minutes au Trabendo… Merde, les deux chroniques ? Bah, tant pis le stagiaire s’en chargera.

Mais tu sais quoi ? ce n’est pas toujours comme ça.

À LIRE AUSSI :
La Hype, le troisième type
« Everything Now », l’album jetable d’Arcade Fire
Depeche Mode : enjoy the violence

Advertisements

4 pensées sur “Une journée dans la vie d’un journaliste musical

  • 31 octobre 2012 à 11 h 23 min
    Permalink

    j’adore! En fait, c’est partout pareil, dans tous les domaines. Toujours les mêmes qui bossent et les mêmes qui profitent de la pause café – clope et quand tu fumes pas, soit tu t’enfumes avec les fumeurs, soit tu bosses comme un fou comme le stagiaire…
    Bien écrit, très agréable à lire.

  • 5 août 2013 à 18 h 34 min
    Permalink

    La plus grande critique que j’émettrai envers les journalistes musicaux, c’est qu’ils ne connaissent pas Hawkwind, sauf peut-être Nicolas Ungemuth qui sort vraiment du lot. Sinon, ça rapporte comme métier ? On mange à sa faim tous les jours ?
    😕

  • 3 août 2017 à 16 h 02 min
    Permalink

    Nous relevons deux perles : « Et puis au pire, il ira voir ce qu’en a pensé Pitchfork » – « Opération sauvetage des stats » ! C’est agréable de lire un confrère lorsque nous aussi, sommes censés écrire une criti… De toute façon ça sortira pas cette semaine !

  • 10 octobre 2017 à 10 h 03 min
    Permalink

    Vraiment excellent, j’adore le ton!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.