On a écouté : Paracosm de Washed Out

Washed_Out

Washed Out, aka Ernest Greene, est un jeune américain d’une trentaine d’année ayant acquis une licence de Science de l’Information à l’Université de Georgie. Ca, c’est pour sa vie. Après avoir sorti trois EP entre 2009 et 2010, il se lança dans la cour des grands avec son premier album, Within And Without, paru à l’été 2011. Paracosm, son dernier album, est sorti hier, mais comme il était disponible en streaming sur bon nombre de plateformes, on a depuis eu le temps de l’écouter, le réécouter, en boucle, l’aimer et l’adopter.

Issu de cette belle génération d’artistes de la scène Chillwave (souvent cataloguée comme étant un genre hype, dont font également partie Toro Y Moi et Neon Indian, que je vous recommande fortement), Washed Out nous régale encore une fois avec ce dernier album, résolument plus pop que son prédécesseur.

Tout d’abord, parlons de cette pochette magnifique, fleurie, colorée, estivale, qui reflète absolument l’atmosphère qui émane de cet album. À cette pochette s’ajoute le superbe clip de Don’t Give Up où se succèdent animaux tropicaux et sauvages, fleurs, tous aussi beaux les uns que les autres, le tout dans une ambiance légèrement psychédélique. On sent qu’il en a mangé de la chemise à fleur le monsieur.

Maintenant, côté musique, on retrouve le cocktail purement électronique effets/synthés/voix aérienne cher à la Chillwave, cependant et pour notre plus grand plaisir, guitares et batterie sont au rendez-vous pour nous ramener un peu plus vers une pop davantage psychédélique, à l’instar d’It All Feels Right.

Les chansons s’enchaînent tout naturellement et sans coupure, un peu comme dans une mixtape, chacune nous emmenant dans un recoin inexploré de la jungle tropicale d’où on ressort le sourire aux lèvres. À noter que mis à part l’intro, l’album ne comporte aucun instrumental, et c’est un des principaux points qui distinguent Paracosm de Within And Without.

On est pris dès le début de l’album avec Entrance en guise d’intro (ça ne s’invente pas) et qui nous amène la fameuse et délicieuse It All Feels Right – accessoirement ma track préférée de l’album, qui donne envie de courir dans un champ, tomber, rouler dans l’herbe et regarder le soleil avec amour … Calmons-nous, puisque suit le deuxième single issu de la chose, Don’t Give Up, puis la planante Weightless et l’entrainante All I Know. Great Escape et Paracosm n’ont pas autant retenu mon attention, elle se fondent dans la masse de l’album, comme pour mieux mettre en valeur Falling Back, l’une des perles de cet album qui, ne me demandez pas pourquoi, me rappelle par moment Midnight Sun de Isaac Delusion. Enfin, l’album se termine sur une note un peu plus douce et calme avec All Over Now, un peu mélancolique dans la mélodie. L’intro vient de recommencer, et c’est sans hésiter une seconde que l’on se laisse de nouveau embarquer pour quarante et une minutes de bonheur.

Vous l’aurez compris, je suis tombée dingue de cet album, tant pour sa fraîcheur que pour ses mélodies simples mais qui restent tellement facilement en tête. Malgré le fait qu’il ne soit pas en soi novateur dans le genre, il n’en reste pas moins très cohérent et surtout parfait pour l’été.

Advertisements

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.