On a écouté: Arthur Beatrice, premier album Working Out

 

arthur beatriceArthur Beatrice spontanément ça serait le nom d’un gamin vingtenaire de 2014, c’est un gars, ou peut-être une nana, un groupe, on se pose la question en tombant dessus… En fait  non, ce jeune groupe de 4 britanniques s’est inspiré du nom d’une des actrices des Gloden Ladies, Beatrice Arthur pour ce nom d’ici et d’ailleurs, mais surtout de nulle part ! Pour vous donner quelques pistes sur leur style, les mots qui viennent sont frais, neufs, aériens. Leurs chansons pop sont extrêmement mélodieuses, c’est vraiment la musicalité que l’on retient dès la première écoute. Et Pop reste un terme finalement assez réducteur les concernant.

On veut les rapprocher de London Grammar ou de The XX, j’imagine que ce sont la guitare et la basse un peu glaciales qui inspirent cette réflexion. Comme London Grammar qui se dénote par une voix féminine puissante, la voix d’Ella Girardot même si elle est moins spectaculaire que celle d’Hannah Reid, est tout à fait remarquable et superbement mise en valeur par son alter ego masculin Orlando Leopard. Là où The XX ont suscité l’engouement avec des titres dont la mélancolie et la tristesse devenaient la sensualité incarnée, ici on est dans un registre bien plus heureux, enjoué et entrainant.

Nous arrivons peut-être un peu tard pour vous les présenter car si l’album Working Out vient de sortir le mois dernier, les premiers EP datent de plusieurs années déjà mais cette sortie tardive n’est que le reflet d’un travail approfondi et d’une volonté de perfection dans la livraison de l’objet. L’album est extrêmement abouti pour un premier effort et devrait naturellement se classer dans vos meilleurs albums de 2014.

 

Advertisements

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.