Les Quatre Fantastiques de l’automne 2014, épisode 1

hozierOui je sais, mon titre est moisi. Je rentre de vacances, j’ai pas encore mis mon cerveau en route et la machine a un peu de mal à se lancer. On s’en balance en réalité, on va juste parler de musique (non désolée, pour les comics, ce sera un autre jour) et de quatre albums qu’on attend avec impatience.

Hozier – le bluesman

Parce qu’Irlande chante aussi le blues et qu’on le chante très bien. Hozier est arrivé dans nos oreilles avec le titre « Sedated ». Déjà on a succombé à la voix de ce bluesman aux cheveux longs. « Take me to Church » était le second numéro qui nous a totalement séduit. Entre folk et soul, avec des teintes de gospel, Andrew a compris comment faire chavirer les cœurs. En Irlande, c’est déjà une superstar, on espère le même succès en France. Premier album éponyme le 6 octobre.

George Ezra – la vieille âme

C’est d’abord une voix qu’on entend. Grave et voilée, presque caverneuse par moment, on jurerait qu’elle appartient à un vieil homme d’un autre temps. Et non, cette voix qui chante « Budapest » c’est un jeune garçon de 21 ans, George Ezra. Un mec biberonné au vieux folk, on sent évidemment les influences de Johnny Cash et autres countrymen américains. Et ça nous va très bien. Lui aussi a déjà conquis le cœur des Européens, on attend plus qu’il s’empare de celui des Français. Réponse le 22 septembre avec Wanted On Voyage.

Leonard Cohen – la légende

Le taulier, le patron. À 80 ans, Leonard Cohen est toujours présent. Et bien présent. C’est à la surprise générale que le chanteur à la voix de plus en plus délicieusement abîmée annonce Popular Problem. Peu d’informations ont filtré pour le moment, mais à croire le président de Columbia : « Leonard Cohen a brisé les frontières musicales avec son inspiration. Les 9 chansons sont tout simplement sublimes et possèdent une âme unique. Nous sommes fiers et honorés de célébrer cette étape importante avec lui”. À découvrir le 22 septembre.

Ben Howard – le magnifique

Notre timide surfer de Devon est de retour avec un album qui s’annonce bien dark. Ben Howard va encore briser des cœurs avec « Forget Where We Were« , le deuxième album attendu pour le 20 octobre. Moins folk, moins acoustique, plus rock plus électrique, ce deuxième album n’est « pas un album pour teenagers », avoue son auteur. Comprenez : moins facile d’accès, il va moins attirer de la minette. Et c’est tant mieux.

Advertisements

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.