On a vu : « 1971, la collection Scandale » à la Fondation Pierre Bergé-Yves Saint-Laurent

1102859_expo-lart-du-scandale-selon-yves-saint-laurent-web-tete-0204231161111Sandales compensées, turbans, jupes au genou, manteaux fourrures flashy, en janvier 1971, Yves Saint-Laurent présente une collection révolutionnaire. Révolutionnaire, ok, mais descendue par la critique de l’époque. Des mannequins trop maquillés aux vêtements jugés hideux, les journalistes présents ce jour-là estiment que cette collection de YSL évoque « un triste souvenir de la période nazie ». Certains diront même que c’est un carnage au bon goût. Pourtant, les filles de la rue, elles adoreront.
En vrai, Saint-Laurent en avait rien à foutre des critiques. Ce que voulait le couturier c’était cassé, encore plus, les codes hyper rigides de la mode. Oublié l’aristocratie, le côté haute-bourgeoisie et hautain qui règne dans la haute-couture Son inspiration, il la trouve dans les fripes et dans les puces de Saint-Ouen. Merci Paloma Picasso. Extravagante, elle s’habille flashy, orne ses cheveux de turbans, aime le kitsch, le décalé et la fantaisie. Elle est à l’encontre de la mode de l’époque et c’est ce décalage qui surprend, attire et séduit Yves Saint-Lauren. Paloma et ses lèvres toujours trop rouge devient la nouvelle muse du couturier. Pierre Bergé déclarera même que c’est la seule femme « qui lui ait jamais inspiré une collection« .

paloma-picasso-marina-berenson-et-loulou-de-la-falaise_5304687

Cette collection si scandaleuse à l’époque, Pierre Bergé lui consacre une magnifique exposition. En plein revival seventies kitschies, elle est bienvenue. Ainsi au premier étage de la Fondation YSL, le visiteur découvre sa quasi-intégralité, il déambule dans les salles, admire les mannequins et les pièces phares du couturier : le manteau renard vert, les boléros, les fameuses sandales à brides… On découvre aussi les planches de dessin du créateur… Au fil de l’exposition, c’est la création d’une collection qu’on suit, étape après étape. Et, si cette collection a fait scandale hier, on se dit peut-être parce que, encore une fois, YSL avait si bien compris les femmes qu’il avait crée la garde-robe parfaite avec beaucoup trop d’avance.

© Fondation Pierre Bergé – Yves Saint Laurent

>> Plus d’informations : Exposition Yves Saint Laurent 1971. La collection du scandale. Du 19 mars au 19 juillet 2015 à la Fondation Pierre Bergé-Yves Saint Laurent. www.fondation-pb-ysl.net

Advertisements

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.