La (belle) session acoustique du samedi #101 : Albin Lee Meldau

How could we be nothing? (…) Don’t let us be nothing…

Tu le sais bien maintenant, il n’y a rien que l’on aime plus au monde qu’une guitare-voix. On retrouve pour l’occasion le Suédois Albin Lee Meldau, lors de son passage au Haldern Pop Festival (où l’on se promet d’aller un jour avant de mourir…) Son tout premier EP Lovers (une tuerie, on t’en reparle bientôt) est sorti il y a quelques mois à peine, et on est déjà complètement conquis par ce songwriter au cœur tendre, petit frère caché de The Tallest Man On Earth. S’il se fraie un chemin derrière cet imposant aîné, Albin Lee Meldau c’est aussi un timbre de voix de fou, reconnaissable parmi tant d’autres, avec cette pointe de blues et cette fêlure qu’il dévoile un pan de son âme d’éternel mélancolique. Alors que l’on entend les arbres se mouvoir avec le vent, le Suédois nous captive avec « Whitney ».

En concert le 12 octobre au MaMA Festival, Théâtre de l’Atalante.

Pour écouter Lovers :

Advertisements

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.