Un samedi au Tucson Folk Festival 2017

LIVE REPORT – Banjos, mandolines, violons et accordéons étaient de sortie ce samedi 6 mai à Tucson. On a fait un tour au 32e Tucson Folk Festival et découvert plein de groupes très chouettes, très jeunes ou très barbus. 

Le Tucson Folk Festival est seul festival annuel de musique folk gratuit aux États-Unis. Organisé par une association, il a lieu depuis une trentaine d’années dans cette grande ville du sud de l’Arizona. Le Tucson Folk Festival se déroule sur un week-end du mois de mai, dans le centre-ville. Les concerts ont lieu sur cinq scènes, très proches les unes des autres (parfait pour les piétons), du parvis de la mairie à la cour d’un musée en passant par un jardin…

En début d’après-midi, on découvre dans un coin ombragé du Downtown, les petits jeunes du Hot Club Junior. Dans les 15 ans tous les trois, clairement de futurs professionnels ! Ils sont en trio guitare, violoncelle et violon, grandement inspirés par la musique gypsy de leur idole Django Reinhart. On remarque surtout le violoncelliste qui joue debout, comme s’il avait une contrebasse. Ça swingue !

Séquence accordéons. On continue avec la bonne country de Don Armstrong et son groupe, puis on assiste au plus beau solo d’accordéon de nos vies pendant le concert des Determined Luddites à quelques pas de là. Le son des guitares et de la mandoline viennent accompagner cet instrument mal-aimé qui fait pourtant des miracles bien joué. On apprécie également la guitare jouée comme un koto, instrument à cordes pincées, posé sur une table.

Rebekah Rolland, le coup de cœur de Tucson

Présents la première année du Tucson Folk Festival, on écoute les Titan Valley Wareheads qui sont de retour pour la 32e édition ! On tire notre chapeau au joueur de banjo et au joueur de mandoline qui nous régalent.  Le quintet navigue entre plusieurs styles, country et Irish, comme beaucoup de groupes invités au festival, tandis que plusieurs voix chantées s’harmonisent par dessus, tout ça pimpé par de belles chemises colorées !

Notre premier coup de cœur arrive avec la chanteuse de Tucson Rebekah Rolland, en formation trio. Sa voix de soprane est magnifique, les aigus sont ultra maîtrisés, la justesse est parfaite et le timbre exquis ! Elle nous explique qu’elle interprète plusieurs chansons écrites lors d’un séjour dans un parc national. Ce qui serait apparemment bon pour l’inspiration. Son premier album inspiré de l’oeuvre de Willa Carther et de l’histoire des premiers colons nord-américains est prévu à l’automne 2017.

Notre deuxième coup de cœur n’est autre que The Black Lillies, le groupe vedette du festival, programmé le samedi soir. Leur style ? Le magazine Rolling Stone parlait d’eux et de leur « musique country avec une infusion de soul et de rock ». En live on opte plus pour le rock. Cruz Contreras, le leadsinger, chapeau de cow-boy vissé sur la tête chante et joue non-stop, alternant entre guitare et clavier. Il est accompagné à la voix par un guitariste barbu qui vient faire les harmonies, notamment sur la très country « 40 Days and 40 Nights ». Une belle performance qui clôt une journée intensive de folk comme on aimerait en avoir tous les jours.

Lisa Shindo

Advertisements

Laisser un commentaire