Europavox 2017 : Ode à la mélancolie avec Agnes Obel en tête d’affiche

LIVE REPORT – Second jour du festival sous le signe de la mélancolie, avec After Marianne, Adna, Moonlight Breakfast, Stray Dogg et la sublime Agnes Obel !

Le charme des bons festivals se trouve souvent dans la dualité de la programmation d’une même soirée. Pour ce deuxième jour de festival, l’antagonisme était tel, que le choix se faisait entre l’électro surpuissante de Chinese Man ou Deluxe et la pop rêveuse d’Agnes Obel. Tu le sais, entre Rocknfool et l’électro, ce n’est pas l’amour fou. Alors, on s’est réfugié dans la mélancolie nordique et des pays de l’est. After Marianne, Adna, Stray Dogg, Moonlight Breakfast, on a rêvé avec eux et ce fut une formidable ode à l’évasion et à la mélancolie.

De la Serbie au Portugal, l’Europe musicale ne fait qu’une

Si au niveau politique la question de l’Europe fait débat et passionne la foule, au niveau musical, l’Europe est un pays à part entière et ne fait qu’une. Que l’on soit du nord ou du sud, de l’est ou de l’ouest, que l’on soit portugais, serbe, italien ou estonien, on vit pour la même passion. Une passion qui ne fait pas toujours vivre les groupes, mais qu’importe, leur seul souhait est de nous emporter dans un univers et nous faire chavirer.

C’était le cas, en ce début de soirée, dans l’antichambre de la Coopérative de Mai qui attendait la star de la soirée, Agnes Obel. Sur la scène de la Petite Coopérative de Mai, le portugais We Bless This Mess et le groupe serbe Stray Dogg avaient probablement pour but de nous faire pleurer. Pari presque réussi ! Car, malgré la forte concurrence, on est tombé littéralement sous le charme de Stray Dogg, ce groupe serbe signé sur le label « Pop Depression ». Tout est dit ! Emmené par Dušan Strajnić, Stray Dogg chante la tristesse, la mélancolie et nous frappe là où cela fait mal, au cœur ! Impossible de ne pas être touché par ce quintette de Belgrade.

► Come Along Wind, troisième album de Stray Dogg, sorti le 12 octobre 2015 chez Pop Depression.

Les révélations After Marianne et Moonlight Breakfast

S’il ne doit rester que deux révélations pour cette édition 2017 du festival Europavox, cela restera les frenchies d’After Marianne et les roumains de Moonlight Breakfast. Deux styles littéralement opposés, pour deux groupes qui nous aurons touchés par leur générosité, bienveillance et aussi une certaine timidité.

Programmé en première partie d’Agnes Obel, à 19h30, After Marianne aura su mettre dans sa poche un public venu uniquement (malheureusement) pour la chanteuse danoise. Composé d’une clermontoise au chant (Mathilda Cabezas) et d’une partie du groupe toulousain Kid Wise (Augustin Charnet aux synthés, Théophile Antolinos à la guitare et Léo Faubert à la Batterie), After Marianne nous a permis de nous remémorer les plus belles heures de la Coopérative de Mai, quand des groupes comme Beach House et Daughter étaient venus dans la capitale auvergnate, afin de faire frissonner un public mélancolique. Plus qu’une influence, le timbre de voix nous rappelle irrémédiablement celui de Victoria Legrand. Tandis que la douceur de la batterie résonne comme du Sigur Rós. On attend désormais impatiemment le deuxième EP d’After Marianne, prévu pour l’automne 2017.

► It’s a Wonderful Place To Be (Over), premier EP d’After Marianne, sorti le 14 octobre 2016.

L’autre révélation aura donc été Moonlight Breakfast. Présent sur la scène Factory, le groupe aura su rassembler les fans de dreampop comme les fans de musique électronique. Entre swing, jazz, pop et electro, rarement la scène Factory n’aura autant acclamé un groupe en fin de set. Il faut dire que cette scène gratuite, parfois difficile à conquérir, ne rassemblent pas toujours les amoureux de la musique. Mais Moonlight Breakfast a mis le feu. Entre un visuel rétro, une brume nocturne et des sourires de la part de tout le groupe, les roumains auront fait une grosse impression. Et, à la fin du set, en backstage, le groupe n’en revenait pas d’avoir reçu autant de clameur de la part du public clermontois.

Agnes Obel, Adna, la dreampop nordique made in Berlin !

Berlin est l’une des plus belles capitales musicales d’Europe. Le style de vie berlinois, la vie allemande plaît beaucoup aux artistes nordiques. C’est le cas de la suédoise Adna (dont nous t’avons souvent parlé sur Rocknfool) et la star de la soirée, Agnes Obel.

Malgré quelques problèmes d’avions et des instruments perdus par une compagnie française, Adna a réussi à rejoindre Clermont-Ferrand un peu plus de deux heures avant le show. Peu de temps pour faire des soundcheck et quelques réglages scéniques, mais l’essentiel est là. Voir la joie de la suédoise jouer pour la première fois en France, mais aussi de faire la première partie d’Agnes Obel. Car, pour les non-amateurs de la jeune suédoise, Adna est une chanteuse sombre, tant dans sa musique que son visuel. Le noir et blanc lui va si bien, que ses clips sont tout aussi brumeux que ses performances scéniques. Très timide et réservée, Adna enchaîne ses singles et, tel After Marianne, on rêve. La programmation de cette soirée à la Coopérative de Mai est parfaite. Plus de trois heures de pure dreampop, qu’Adna perpétue avant de laisser la place à Agnes Obel.

22h00, le public peu présent pour les premières parties (on reconnaît là, le respect du public français pour la musique indépendante) est désormais omniprésent. Dans un univers rouge, tout de blanc vêtue, Agnes Obel entre sur scène. Malgré un petit passage à l’hôpital le matin même, pour accompagner sa manageuse qui s’était blessée, la danoise ne semble pas perturbée. Comme elle l’expliquait avant d’entrer sur scène, « quand je joue, je suis tellement concentrée sur mon travail, que j’en oublie un peu ce qui se passe autour ». Puis, de sa douce voix, elle entonne quelques mots en français pour saluer le public d’être venu aussi nombreux, et rappelle qu’elle joue pour sa deuxième fois à Clermont-Ferrand, près de 6 ans après la sortie de son premier album. Durant une heure et demie, 1500 spectateurs ont profité d’un spectacle autant musical que visuel. Et à la sortie, après un magnifique « Riverside », on est doublement plus amoureux d’Agnes Obel.

Setlist : 

Citizen of Glass
Dorian
It’s Happening Again
Golden Green
Familiar
Trojan Horses
Fuel to Fire
Run Cried the Crawling
Red Virgin Soil
The Curse
Stone
Strech Your Eyes
_
Riverside
On Powdered Ground

Photo / Texte : Renaud (@SvenskaPanda)

À LIRE AUSSI >> Europavox 2017 : Archive et J.Bernardt en feu pour l’ouverture du festival !

Advertisements

Laisser un commentaire