Gael Faure : une oeuvre écologique pour illustrer « La Saison »

VIDÉO – Pour mettre en vidéo le clip de « La Saison », Gael Faure a opté pour un regard très engagé.

« Quand le dernier arbre aura été abattu, quand la dernière rivière aura été empoisonnée, quand le dernier poisson aura été pêché, alors l’homme blanc comprendra que l’argent ne se mange pas ».

Tu connais peut-être cette citation. Elle est attribuée à un chef indien. Cette phrase a poppé dans ma tête en regardant le clip de « La Saison » de Gael Faure, mis en ligne ce jeudi 14 septembre. Le single avait été dévoilé quelques semaines plus tôt et il signait le petit virage pop du chanteur. Avec ce clip onirique, presque science-fiction, le chanteur met en exergue une cause qui lui tient à cœur : la défense de l’environnement. Une cause pour laquelle il s’engage notamment via le mouvement Colibri.

Le titre « La Saison » a été inspiré par la communauté Tamang qui vit sur les hauts plateaux de l’Himalaya, une communauté qui vit sans eau courante et « bravent tous les dangers le temps d’une saison pour rejoindre la rivière ». La vidéo réalisée par Temple Caché suit cette idée de société qui connait une pénurie d’eau. Une planète en danger, des individus inquiétés par l’environnement. Une vidéo dans lequel on peut se retrouver. Très bien réalisé, le clip fascinant, dystopique, illustre cette société à la dérive… et dont la solution sera de… se déplacer sur une autre planète.

Une œuvre écologique qui fait bien évidemment réfléchir notamment à la lumière des récentes catastrophes climatiques, des mauvais choix politiques et d’un accord de Paris abandonné par les États-Unis.

À LIRE AUSSI >> Gaël Faure : « La saison », le titre parfait pour traverser l’été

Advertisements

Laisser un commentaire