Five Foot Two : le documentaire sur Lady Gaga va vraiment te faire pleurer

CHRONIQUE  – Netflix a mis en ligne le documentaire « Five Foot Two » qui montre une Lady Gaga comme jamais on ne l’a vue. Sans filtre, sans fard, sans masque. Une véritable mise à nue. 

Dans le studio, Mark Ronson s’apprête à partir. Il remet sur ses épaules sa veste. Elle se lève, éclate en sanglot. De larmes incontrôlées. Un trop plein d’émotion qui fait sauter la cocotte-minute. Lady Gaga se réfugie dans les bras de Mark Ronson. « Désolée d’être une fille », sanglote la jeune femme, à bout de nerfs. Cette séquence issue du documentaire Five Foot Two sur Lady Gaga m’a fait lâcher quelques larmes. Parce que juste dans cette séquence, toutes les femmes peuvent se retrouver. Peuvent s’identifier. Elle, comme nous, comme toutes les femmes, on passe par ces moments de crises où on a besoin de faire tomber le masque, même si on veut montrer à la Terre entière qu’on est forte et qu’on a le contrôle. Il s’agit de ça dans le docu de Chris Moukarbel pour Netflix. De contrôle, de masque, de faux-semblant, de solitude, de maladie et de larmes. Beaucoup de larmes.

Bas les masques

Si, au début de documentaire, elle assure qu’elle se sent sexy, libre, forte, confiante. On sent que la carapace n’est pas faite d’acier et qu’elle peut rompre à tout moment et qu’elle a déjà cassée à plusieurs reprises sans que le public, les fans ne s’en rendent compte. La jeune femme de 30 ans vit avec des blessures, personnelles, physiques et professionnelles. Entre la haine que lui vaut Madonna (on en parle beaucoup dans le documentaire), le fantôme de sa tante qui plane toujours au-dessus de sa famille ou encore la maladie.

Dix ans. Ça fait dix ans qu’elle est épiée. Tu diras, elle l’a bien cherchée. Peut-être. Mais ses déguisements, on a enfin une explication. Ce sont des hommes, des financiers qui n’ont cessé de lui conseiller de mettre en avant son côté sexy, glamour. Pour se donner le sentiment d’avoir le contrôle, elle rajoutait une « touche d’absurde ». La potiche sexy, ce n’est pas pour elle. D’hommes, il en est beaucoup question dans ce documentaire, puisque son tournage coïncide avec le moment où elle a rompu ses fiançailles avec Taylor Kinney, son petit ami de longue date. Et cette rupture, elle en parle beaucoup. Parce que le rêve de la new-yorkaise est de fonder une famille – elle le répète  constamment que la famille c’est ce qu’il y a de plus important pour elle – et qu’à chaque fois que ce rêve approche, il explose en mille morceau. Dès qu’elle atteint un palier dans sa carrière, sa vie privée vole en éclat. « C’est la troisième fois que j’ai le cœur brisé comme ça », chuchote-t-elle.

A bout de souffle

Alors comme souvent, quand on a le cœur brisé, c’est dans le travail que l’on se réfugie. Et GaGa est une bosseuse. Passe d’un tournage d’American Horror Story à l’enregistrement de son album Joanne, puis au clip, interview, rencontre avec les fans. Il faut mettre de côté la fatigue, les crises de panique et la maladie. Atteinte de fibromyalgie, la jeune femme est souvent secouée par des crises de spasmes terribles qui lui déchirent les membres. Malgré tout, elle continue, repousse ses limites. Et ne veut pas abandonner la partie. En larmes, sur son canapé, elle déclare : « Je pense à ceux qui ont mal comme moi et qui n’ont pas l’argent pour se faire soigner… Je ne sais pas ce que je ferais si je n’avais pas tous ces gens pour m’aider… Est-ce que je suis pathétique ? J’ai tellement honte. »

Non, elle n’est pas pathétique. A aucun moment. Certes, le documentaire qui sort un an après la publication de Joanne, l’album le plus intime de Lady Gaga, est sans doute un coup marketing. Et parce que c’est Lady Gaga, control freak, bien sûr que certains moments ont dû être coupé au montage. Mais les larmes sont réelles. Ce sentiment de solitude qu’elle ressent aussi. Là-dessus, on ne peut pas vraiment mentir. Et la solitude est quelque chose dont elle parle souvent. Elle redoute le moment où il ne se passera plus rien, alors elle ne s’arrête jamais. Pour moins se sentir seule. Mais à force de tirer sur la machine, le corps de Lady Gaga a dit stop. Elle vient d’annuler plusieurs dates de sa tournée. Parce qu’elle est justement à bout de souffle. A bout de force.

A LIRE AUSSI >> On a écouté « Joanne » de Lady Gaga et c’est franchement pas mal

Advertisements

Laisser un commentaire