Quand Fenne Lily s’entoure d’un groupe, ça donne « Three Oh Nine »

ACTU – La vaporeuse Fenne Lily sort un nouveau titre. Après 3 chansons en solo, place à l’exercice délicat de la formule groupe.

Je me contentais depuis des mois de 3 petits titres de Fenne Lily : « What’s Good », « Top To Toe », « Bud ». Des trésors de beauté et de délicatesse, qui me revenaient régulièrement en tête et que j’écoutais comme on prend un bonbon pour la gorge, pour adoucir les à-coups des jours gris. À l’annonce du 4e titre, j’étais impatiente, forcément. Et puis j’ai lu qu’elle s’était accompagnée d’un groupe. Et là, j’ai eu peur.

Ne rien perdre de ses qualités

J’ai eu peur parce que l’exercice est dangereux, surtout pour qui apprécie vraiment le travail solo. Pour ceux qui découvriront la version groupe, l’enjeu est moindre, forcément. Mais réussir à ne pas perdre les qualités du début, tout en évoluant, cela demande un sacré talent en soi. Il faut être conscient de ses forces, et savoir continuer à les mettre en valeurs, sans les noyer totalement sous les nouvelles envies.

Les forces principales de Fenne Lily ? Sa voix et la pureté de sa musique. Deux choses qui peuvent se perdre bien aisément dans un groupe… Alors est-ce le cas dans « Three Oh Nine » ? Non. Et c’est un grand ouf de soulagement. La voix de Fenne Lily est toujours bien là, sur le devant, même si la légère réverb qui l’affecte nous éloigne un peu parfois. Et malgré l’apparition d’une batterie, d’un clavier, de chœurs, on ne se sent pas trahis. Le titre reste d’une simplicité et d’une délicatesse heureuse. Double ouf.

Pour qui découvrira Fenne Lily à travers ce titre, il n’y aura donc aucune raison pour que tu ne tombes pas amoureux. Parce qu’avec « Three Oh Nine », je persiste dans mon idée. Fenne Lily a l’intelligence et l’intuition des artistes qui savent tracer leur route. Vivement la suite.

À LIRE AUSSI
>> Fenne Lily, la simplicité d’une voix
>> Délicate mélancolie pour la première vidéo de Fenne Lily

Advertisements

Laisser un commentaire