She Owl : l’art de la berceuse cosmique d’Outre-tombe

NEWCOMERS – She Owl vous offre une musique cosmique aux incantations presque chamaniques. Un véritable dépaysement.

Si on pense à la musique made in Italy. Qui nous vient à l’esprit ? Laura Pausini ? Eros Ramazotti ? Si on te parlait d’autre chose ? De She Owl, par exemple. En traînant sur internet, j’ai appris que « scheol » c’était le monde souterrain dans la culture hébraïque. Cela peut être les limbes ou l’enfer. Je trouvais que ça collait plutôt pas mal avec l’univers musical de She Owl. De Jolanda Moletta et Demian Endian. Un couple à la vie, un duo nomade qui ne tient pas en place et qui se nourrit de ses voyages pour fabriquer une musique cosmique, vaporeuse et hantée.

« Lost Highway » en musique

Leur dernier road-trip les a menés dans le désert californien et de ce voyage est né Drifters. Un « lost highway » en musique, puissant et élégant. Même si le terme est galvaudé, il s’agit d’une véritable invitation à la rêverie rendue possible grâce aux incantations presque chamaniques.

Titres hypnotiques et nébuleux, portée par la voix harmonieuse et cristallines de Jolanda, l’EP baigne dans une atmosphère particulièrement lynchéenne, portée par des arrangements grandioses. She Owl évoque sur ses morceaux cristallins, l’amour et le pardon. Poétique et émotionnel, on se laisse envoûter par « She Cries a River » ou « Before The Night », sombre et lumineux à la fois.

Advertisements

Laisser un commentaire