Oré, la géniale pépite pop-hiphop était aux Trois Baudets

LIVE REPORT – Oré, la jeune rappeuse pop et hip-hop à la voix d’or jouait hier soir aux Trois Baudets. Un show qui a fait remuer les sièges du vieux théâtre.

Les trois baudets n’affichent peut-être pas complet ce soir mais au vu de l’enthousiasme qui anime le public, c’est tout comme. Deux artistes à l’affiche : Vaslo, guitariste folkeux, et Oré, qu’on était bien triste d’avoir manqué lors de son concert au Inouïs du printemps de Bourges, en janvier dernier.

Le folk marin de Vaslo

C’est Vaslo qui est invité à ouvrir la soirée. Une guitare folk dans les mains, il est entouré d’une excellente violoncelliste et d’un batteur souriant. La musique est folk, les mots tantôt en français tantôt en anglais chantent voyages et bienveillance. Nous ne sommes pas particulièrement touchés, mais le public, à entendre ses cris, semble conquis. On retiendra la douce « Les princesses » et l’aérien « Atlas ».

Oré, la jeune femme aux mots d’or

21h, c’est l’heure pour la rayonnante Oré de monter sur scène. Accompagnée de son fidèle Bozeck à l’orchestration musicale (et samples, beat et percussions électroniques), elle mène la danse à l’aise devant un public qui se laisse volontiers dévergonder. C’est ce soir la sortie de résidence de la jeune chanteuse et l’ambiance est aux festivités.

Oré c’est une voix plutôt fluette, mais parfaitement maîtrisée et juste, un débit de parole à faire rougir les plus grands rappeurs américains et pour couronner le tout, des textes fins, intelligents dans lesquels elle prouve être aussi talentueuse à l’oral qu’à l’écrit, s’amusant de jeux de mots et de sonorités. Les textes sont élégants, bien construits, poétiques, drôles et originaux. La voix sait y faire pour les mettre en valeur, découpant syllabes et consonnes, insistant sur les sons qui marquent l’oreille, et articulant à merveille les phonèmes. Le tout s’entrecroise dans une orchestration mouvante et progressive, alternant moments de calme et groove endiablé.

À LIRE AUSSI >> Oré et son gang de filles pour un clip plein de paillettes

Tantôt derrière son pad, tantôt grattant les cordes d’un ukulele, Oré se démarque aussi par son jeu de scène. Elle n’hésite pas à s’approcher du bord des planches sautant et dansant au rythme entraînant des beats et invectivant le public. Complètement sous le charme, celui-ci ne résiste pas à hocher la tête et même, pour les plus téméraires, à onduler de tout le corps. On retrouve les quelques titres déjà parus, « Agence matrimoniale », « Avril », « Vacances », etc.

Oré est sans conteste une figure à suivre pour les mois à venir, tendez l’oreille, il paraîtrait que 2018 lui réserve quelques bonnes surprises.

Advertisements