« Muzul », le premier EP ensorcelant de Sarah Maison

CHRONIQUE – Sarah Maison sort aujourd’hui son premier EP, Muzul. Des sonorités orientales, des textes en français et une voix chaude et chaleureuse, cet EP a tout ce qu’il faut pour nous envoûter.

« Muzul » en breton c’est la mesure, la modération. Pourtant dans son premier EP qui sort aujourd’hui, Sarah Maison ne semble pas avoir fait preuve de retenue, bien au contraire. Riche de sonorités, Muzul rayonne d’une lueur bienveillante et festive. Rien n’est de trop mais le tout témoigne d’une joie de vivre, de chanter, de danser et de faire la fête à l’excès. Et on suit bien volontiers et sans modération la jeune chanteuse aux boucles brunes dans sa soif dévorante de chanter, danser et vivre.

Sarah Maison

Une sirène bienveillante

L’EP s’ouvre sur « Barachicha », un titre instrumental qui nous met tout de suite dans l’ambiance. Derbouka et percu en tout genre, rythmes dansants, flûtes orientales, Muzul s’annonce comme un rayon de soleil en plein cœur de l’hiver, comme un filtre d’amour sans mauvaise surprise, comme un voyage dans un pays sucré et moelleux.

Suivent ensuite cinq titres, chantés en français, aux horizons variés mais naviguant toujours sur les eaux orientales, mouvantes et serpentantes. Avec pour fils conducteurs l’amour raté et les nuits tourmentées, l’EP fait preuve d’harmonie et d’unité. D’un titre à l’autre, l’histoire continue. Les sentiments exacerbés, le manque d’amour, les nuits d’insomnie ou d’espoir sont des images récurrentes. Dans « Je ne peux pas te voir », la fatigue l’emporte sur le rendez-vous. Dans « Torrent de chaleur », l’amour est abordé comme un sort ensorcelant et merveilleux. Dans « Western » enfin, où le sentiment amoureux est libérateur et la nuit régénératrice.

La pop folklorique de Sarah Maison a un côté artisanal. Différentes pistes, sonorités et percussions se chevauchent comme de petites touches bricolées de-ci de-là, conférant à l’EP des airs tantôt psychédéliques, tantôt sixties. Sa voix, profonde et chaude, grave et traînante rappelle celle des grandes cantatrices mystérieuses et au charisme envoûtant. Privilégiant la langueur dans l’intonation et la lenteur dans le débit, cette voix ensorcèle et captive. Et on en redemande !

Muzul, premier EP de Sarah Maison, disponible depuis le 2 mars 2018. Sarah Maison sera en concert au Pop-Up du Label le 7 mars prochain.

Advertisements