Touch Me : citoyen à l’ère du numérique

EXPO – À Strasbourg, la Biennale s’intéresse à l’impact des nouvelles technologies sur le citoyen. Une exposition ludique et nécessaire.

La première Biennale de Strasbourg se la joue Black Mirror. L’exposition Touch Me nous invite à nous interroger sur la présence et l’omniprésence aussi des nouvelles technologies dans notre vie quotidienne. Une vingtaine d’artistes de neuf nationalités différente s’interroge sur une thématique commune : être citoyen à l’ère du numérique. Ils posent leur regards sur nos rapports, nos comportements et comment internet a modifié l’humain et la société.

Si on se promène seul dans les allées de l’Hôtel des postes, tu peux être dérouté par les photographies, les installations et les vidéos qui ne sont pas faciles d’accès. Les œuvres sont abstraites au premier abord, mais elles diffusent des messages forts. Comme cette œuvre de l’allemand Florian Mehnert. Elle est composée de 42 tablettes suspendues en hauteur par des câbles apparents. Chaque tablette diffuse des vidéos inutiles et sans importance. C’est la manière dont elles ont été capturées, ces vidéos, qui importe : par une équipe de hackers. Les vidéos tournent en boucle, comme pour rappeler que c’est facile de surveiller et d’entrée dans l’intimité de n’importe qui.

Êtes-vous un robot ?

D’ailleurs, l’Italien Paolo Cirio a souhaité exposer ceux qui surveillent les citoyens mais dont on ne connaît pas ou peu le visage : les représentants de la CIA ou encore de la NSA par exemple. Dans deux photographies composées de neuf clichés on peut apercevoir leur visage. Des photos trouvées sur les réseaux sociaux. Grâce à ces clichés, on a pu mettre un visage sur ceux qui sont derrière la cyber-surveillance.

Touch Me invite les visiteurs à se questionner sur notre rapport avec internet et les nouvelles technologies. Certes, on a accès à toute la connaissance possible en deux clics, mais avec un prix à payer. Elles nous font perdre des sens, la concentration, rassemblent nos données, grignotent notre intimité, notre vie privée. Inconsciemment, on nourrit tous l’intelligence artificielle. Et on ne s’étonne même plus quand un catcha, quand un ordinateur nous demande, à nous, humain, si nous sommes un robot. Est-on en train de le devenir ?

Infos pratiques :
Hôtel des Postes, Strasbourg
Rue Wencker, 67000 Strasbourg, France

https://biennale-strasbourg.eu/touch-me/
Jusqu’au 3 mars 2019
Tarif : 10 euros

Advertisements