13 Reasons Why … il ne faut pas perdre son temps avec la saison 3

NETFLIX – On avait adoré la 1ère saison, et à peu près apprécié la seconde. Mais voilà, à trop tirer sur la corde, la série 13 Reasons Why a cédé…

Petit rappel des faits. 13 Reasons Why, c’est la série qui osait présenter les turpitudes adolescentes de manière crue et directe. Avec le suicide de Hannah Baker (saison 1), puis le procès de ses harceleurs (saison 2), tout un lycée était confronté à la cruauté des élèves, à la problématique du viol, à celle du harcèlement scolaire et à l’impuissance des adultes dans un monde qui leur reste inaccessible. L’effet coup de poing des épisodes, en grande partie dû à la narration alternant habilement 2 périodes (celle de l’action, celle de la narration), ainsi que les points de vue développés des adolescents, avaient garanti un beau public à cette série. (En même temps qu’une multiplication de précautions après quelques polémiques).

Dans cette saison 3, on retrouve les élèves de Liberty High 8 mois après qu’on les ait laissés au bal de printemps. Ce bal de printemps, qui clôturait la saison 2, voyait débarquer Tyler, un élève lui aussi harcelé, armé jusqu’aux dents et prêt à une tuerie de masse dans un dernier geste de désespoir. Clay Jensen, héros principal et lycéen au grand cœur, s’interposait. Mais ce n’est pourtant pas sur eux que la saison ouvre. Et dès le 1er épisode, à vrai dire dès les premières secondes, on grince des dents.

Voilà les 13 raisons qui t’expliquent pourquoi la saison 3 de 13 Reasons Why nous a fait perdre notre temps.

Raison 1 : Amorowat Anysia Achola

C’est sur elle que s’ouvre cette saison. Celle qu’on « peut appeler Ani » est la nouvelle narratrice des évènements. Et la nouvelle recrue du lycée. D’où vient-elle exactement, quel est son passé ? Jamais expliqué. Comment s’est-elle liée d’amitié avec la bande ? Visiblement très très vite, et assez pour se retrouver dans toutes les confidences de ses camarades. Avec un tel traitement, le personnage central paraît bâclé et sert d’excuse. Le jeu de l’actrice qui l’incarne, Grace Saif, n’aide en rien. Ses expressions sont poussives et elle semble surjouer en permanence. Fatigant dès les premières minutes.

Raison 2 : la narration

Le principe de la narration sur 2 périodes qui s’entrelacent est maintenu. Le présent, grisé, au cadre réduit, c’est Ani au poste de police qui témoigne de l’affaire. Le passé, en couleur, au cadre ouvert, c’est tout ce qu’il s’est passé depuis le bal de printemps. Le problème, c’est que même si ce système a été la clé de voûte de la saison 1, il semble être, dans cette saison 3, totalement superficiel. Et amène à des va-et-vient bien trop nombreux et, là encore, fatigants.

Raison 3 : le pitch

Hannah est un dossier archivé. Ok. Le procès aussi. Ok. La presque tuerie du bal de printemps par Tyler ? Pff, next. À quoi bon creuser, quand on peut faire mourir quelqu’un, hein ? Et voilà que c’est le pauvre Bryce désigné comme victime. Voilà le pitch de la saison 3 : qui a tué Bryce Walker ? Vous me direz, il fallait bien trouver quelque chose à creuser, qui dure 13 épisodes, et qui nous fasse suivre la même bande encore et toujours. Bon. Donc Bryce meurt. Il faut trouver le coupable. Original…

Affiche avec Ani Anchola

Raison 4 : le virage thriller

Et du meurtre de Bryce découle le nouveau genre de la série : le thriller. Parce que Clay Jensen et sa nouvelle pote Ani ne trouvent rien d’autres que de jouer les détectives en herbe auprès de leurs amis. C’est un peu Alice Détective de la Bibliothèque verte, en mode ado de 2019. Ou alors Cluedo… On est dur ? À peine.

Raison 5 : le suspense inutile

Il semblerait que l’enquête soit tellement légère qu’il y ait eu besoin d’à peu près 3 twists par épisode pour maintenir un semblant de suspense. Alors ok, mais 3 twists par épisode, avec 13 épisodes, et seulement 7-8 personnages impliqués… ça tourne vite en rond. « Non, ce n’est pas Justin, il avait un alibi. »  « Ah mais finalement ça ne tient pas. »  « Ah bah si, il a une autre excuse. »  « Ah bah non finalement, ça ne tient pas non plus. »  « Ah mais si si, parce que… » Et tu peux faire la même chose avec Jessica, Zach, Tony… bref, tu as saisi le problème.

Raison 6 : les longueurs

Résultat, au bout d’un moment, on décroche. Le temps semble long pour une intrigue qui s’étire, qui s’étire… On en vient à se demander pourquoi une saison 3. On en vient à se demander quel est réellement le propos, le message. Le problème, c’est qu’on a vraiment le temps d’y penser, parce que certains épisodes, pfiou…

Raison 7 : les messages

Et c’est dommage, parce que des sujets à creuser, pourtant, il y en avait. Homosexualité refoulée, rédemption et droit au pardon, avortement, féminisme, reconstruction personnelle, immigration, dépendance, activisme… Si, à mon sens, l’avortement a été plutôt bien abordé, les autres ont au mieux été bâclés (l’immigration et l’expulsion, avec une conclusion ridicule), et au pire ont versé dans les clichés désespérants (merci les féministes qui passent pour des hystériques quand elles gueulent, parce que, hé, faire trop de bruit, ça n’aide pas à faire passer le message les filles, faut se calmer un peu… Pitoyable.)

Raison 8 : les nouveaux lycéens

Jessica et Casey

Doit-on revenir sur Ani, qui, au fil des épisodes, devient de plus en plus irritante à force de grandes leçons de morale et de mensonges à ses camarades, et surtout à Clay ? Non, passons aux quelques nouveaux mis en lumière. Casey d’abord, qui aide Jessica dans son combat pour le droit à la parole. La féministe hystérique à cheveux courts prête à déranger un enterrement pour se faire entendre. Un personnage peu intéressant et là encore, cliché. Il y a aussi Charlie, ami footballeur de Monty. Il est clairement là parce qu’on avait besoin d’un personnage pour le dernier épisode, on ne va pas se mentir. Et enfin le nouvel ami de Monty, Winston. Sans trop en dire, son implication aurait pu être intéressante… Mais elle le sera peut-être dans la saison 4. Ou pas.

Raison 9 : les parents

Les deux premières saisons permettaient de montrer à quel point les parents pouvaient être écartés de la vie de leur progéniture avec le développement des réseaux sociaux notamment. Ils tombaient des nues dans les saisons précédentes. Mais, surprise !, ils ont dû tout oublier en 8 mois. Parce que non seulement ils sont encore plus à la ramasse, mais en plus de cela, leurs rares apparitions sont d’une inutilité flagrante.

Raison 10 : le manque de réalisme

Ce qui nous amène au manque total de réalisme. Je refuse de croire que les choses qui se passent dans cette saison restent totalement invisibles aux yeux d’un adulte un tant soit peu inquiet. Et inquiets, les adultes devraient l’être après l’affaire Hannah, non ? Mais le manque de réalisme de cette saison touche tous les personnages. Du comportement de Bryce, aux choix de la bande d’élèves de Liberty. L’exemple le plus flagrant est le paradoxe entre ce que prône 13 Reasons Why, « prenez soin les uns des autres », et ce qui y est montré. Car dans cette saison, Clay Jensen, celui qui joue les superhéros et se plie en 4 pour aider tous ses amis, ne va pas bénéficier de l’aide des siens quand il en aura le plus besoin. Ça n’a pas de sens.

Raison 11 : les raccourcis douteux

Pas plus de sens que la façon dont se clôt l’histoire. Car dans le dernier épisode, l’intrigue se dénoue complètement grâce à un évènement qui n’est pas montré, pas expliqué, pas développé, et qui semble tomber du ciel pour régler les affaires de tout le monde. Magie, magie !

Tony, Clay, Justin

Raison 12 : la moralité

Et cette fin, parlons-en. Mais où est passée la morale ? Non pas dans le sens « il n’y a pas de morale dans cette histoire ». Cette fin n’est pas amorale. Elle est immorale. Profondément. Alors on pourra débattre de la moralité d’une saison qui tente de racheter à Bryce Walker une conduite. Vraiment, c’est un débat. Mais la fin. LA FIN. Là, clairement, il n’y a aucun débat à avoir. Cette fin est plus que douteuse. À un point inacceptable, même si c’était peut-être l’objectif des scénaristes (et ça j’y crois moyen).

Raison 13 : La saison 4

Et cette fin douteuse laisse le germe d’une saison 4 à 13 Reasons Why . Une fin douteuse et une scène sortie de derrière les fagots qui nous fait penser encore davantage que décidément, c’était la saison de trop. Et la saison 4, annoncée comme la dernière, sera donc elle aussi, forcément, une autre saison de trop.

Advertisements