Onirisme et grands frissons avec Pomme à la Boule Noire

LIVE REPORT – Pomme entamait hier soir à la Boule Noire sa série de quatre concerts. Nord était invité pour la première partie. Un combo de rêve pour une soirée de grands frissons.

Première des quatre soirées à la Boule Noire dédiées à la fantastique Pomme, avec Nord en première partie. Premier live de son nouveau spectacle, annonçant la sortie de son premier album À peu près, prévu pour le 6 octobre (Polydor). En somme, beaucoup de premières fois hier soir à la Boule Noire, et vu la qualité du show, c’est certain, ce ne seront pas les dernières.

Nord en solo pour une interprétation à vif

C’est Nord et son élégance caractéristique, chemise blanche et costume noir, qui ouvre la soirée. Il ne cache pas son plaisir de partager la scène avec Pomme, qu’il a rencontrée à plusieurs reprises, et avec qui il est devenu « presque ami ».

Le Rouennais est seul sur scène ce soir. Son show n’a donc peu à voir avec ce qu’il nous avait habitué. Généralement accompagné de deux musiciens, le set était aujourd’hui beaucoup moins électro-rythmé. Qu’à cela ne tienne, c’est un show solo qu’il nous présente, l’occasion de bavarder avec le public et surtout de dévoiler une voix à vif et une interprétation communicative.

Nord reprend quelques-uns de ses titres phares, « Drunk », « Mémorable », et « Elle voudrait » qui clôt le set. Mais il ajoute quelques nouveautés, notamment la très expressive « Si tu ne dors pas » sur laquelle il donne de la voix. Une voix puissante et sincère qui nous donne des frissons.

À LIRE AUSSI >> On y était : Nord au Point Éphémère

Setlist : Sans Lune / Si tu ne dors pas / Drunk / Il ne m’est rien arrivé / Celui qu’on croit / Mémorable / Elle voudrait

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pomme et son concert de rêve

Pomme fait son apparition, dans sa tenue de nuages. La douceur sera caractéristique de son tout nouveau spectacle. Sur scène, une lumière tamisée orangée et une valise ouverte, sur laquelle sont accrochés deux tableaux extraits du Voyage de Chihiro. Le mystère reste entier. Mais la scénographie invite clairement au rêve. Et c’est en effet un concert de rêve que nous offre-là la jeune artiste.

Les débuts sont émus par la pointe de trac qui lui fait trembler les jambes, mais très vite Pomme prend ses aises et s’amuse avec le public. Tantôt seule à la guitare, tantôt accompagnée de Stephen (guitare, orgue, chœurs), les arrangements sont légèrement plus riches que le traditionnel guitare-voix qui nous avait tant séduit jusque là.

Heureusement – on ne vous cache pas qu’on était légèrement inquiets -, ces nouveaux arrangements ne font que relever l’incroyable voix de la jeune chanteuse. Autant à l’aise dans les très graves que dans les très aigus, Pomme impressionne. Les nouveaux titres, à paraître le 6 octobre sur son premier album, sont autant de petites pépites d’élégance et de technique. Et la technique a bien évolué depuis ce premier concert au Trois Baudets qui nous l’avait révélée. Bien plus véloce à la guitare qu’à ses débuts, elle peut aujourd’hui ne se dévouée qu’à l’interprétation.

Lorsqu’elle fait monter sur scène Safia Nolin pour partager le micro sur « On brûlera », on assiste à l’un des plus beaux duos jamais écouté. Toutes deux chantant avec émotion « je t’aimerai encore », évoluant dans des harmonies ensorcelantes. Nos cœurs fondent le temps de ces 3 minutes.

Avant de terminer son set avec une touchante reprise de « Septembre » de Barbara, elle s’installe au milieu de la salle pour chanter en acoustique avec Stephen « Ceux qui rêvent » – décidément, la thématique de la soirée. Un rappel digne des plus grands la fait revenir sur scène après le salut. Le public est en standing ovation. Tout le monde chante en chœur sur « J’suis pas dupe », et enfin, réclamé par la salle, Pomme nous quitte sur « Sans toi ».

Alors qu’elle chantait, sur le titre « Comme si j’y croyais« , que « grandir c’est décevoir un peu », le public est catégorique, avec Pomme, grandir c’est éblouir encore.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Setlist : À peu près / Comme si j’y croyais / Pauline / Ce garçon est une ville / De là-haut / De quoi te plaire / La lavande / On brûlera / Adieu mon homme / La gare / A Lonely One / Même robe qu’hier / Ceux qui rêvent // BIS : Septembre (Barbara) / J’suis pas dupe / Sans toi

► Le premier album de Pomme, À peu près, sortira le 6 octobre prochain, chez Polydor.

Texte : Jeanne Cochin | Photos : Emma Shindo

Advertisements

Une pensée sur “Onirisme et grands frissons avec Pomme à la Boule Noire

Laisser un commentaire