Les Femmes au Pouvoir #1 : Agnès Obel, Hindi Zahra, Madjo et Anna Calvi

« La Musique, c’est un monde d’Homme », dixit ma maman

C’est vrai, c’est un monde qui sent la bière, la testostérone, et la sueur. C’est vrai que les plus grands représentants de la musique sont des mecs. Exemple tout bête : si on te dit quelle est la plus belle voix de tout l »univers, les gens diront Frank Sinatra, ou Jeff Buckley. C’est vrai aussi que la plupart des groupes que l’on défend sont aussi des mecs. OUI MAIS NON les femmes ne sont pas à la traine. Loin de là.  Pour le prouver on a décidé de faire un dossier : les femmes au pouvoir ! Oui parce que merde (on a le droit de dire des gros mots, nous sommes sur un blog!), parfois on se dit il y en a que pour vous les hommes, et qu’on envie de se la jouer GIRL POWA.

Bon, c’est vrai beaucoup de chanteuses usent de leurs plastiques parfaites et intégralement refaites pour attirer une large base de fans. Beaucoup recourent à la provocation gratuite pour faire parler d’elles : Rihanna, Lady GaGa, Kesha en ligne de mire (je dis ces noms-là tout à fait au hasard). Nous, les femmes quand on voit ça, on se dit « merde en est-on réduites à montrer nos seins pour être reconnues en tant qu’artistes »? Ben non, de notre côté à nous de l’Atlantique, on voit bien que l’on a une ribambelle de femmes qui ont réussi à s’imposer dans le paysage musicale rien qu’avec leurs talents, et sans dévoiler un petit bout de peau. ORAF tenait donc à rendre hommage à ses femmes qui réussissent à subjuguer et à scotcher n’importe quel auditoire rien qu’avec leurs voix et leurs compositions parfaites.

Anna CALVI, diamant brute

On l’aime où on la déteste, en tout cas elle fait parler d’elle. Mais, on se rassure, le plus souvent c’est en des termes élogieux que l’on dresse le portrait de cette jeune anglaise : Anna Calvi, fait penser à Patti Smith à ses débuts. Elle a le lyrisme et la grâce de Jeff Buckley, la sensualité agressive d’une PJ Harvey. Elle est ambitieuse et surtout talentueuse. Dans son regard pénétrant de tueuse qui envoute, on aperçoit l’âme du rockeuse. Ses titres ne vous lâchent pas. Sa voix vous glacent profondément. Anna Calvi c’est un diamant brute qui ne faut surtout pas essayer de polir.

Agnès OBEL, spleen mélodieux

Pendant que les Inrocks louait d’ailleurs Anna Calvi, Télérama de son côté encensait la belle blonde. Un piano, une voix, et un succès inattendue. Comme quoi, il en faut pas beaucoup pour que ça marche. Mais en fait si : Agnès Obel, c’est The Voice du 21ème siècle à nous. Une voix avec une émotion rare. La danoise a réussi avec son album a immergé la France qui s’est prise de passion pour elle. Son Philharmonic cartonne, et ses concerts se jouent à guichet fermé. Beau duel n’est-ce : spleen mélancolique au piano contre rock sensuel. Pour moi Agnès Obel, c’est l’équivalent féminin de Chris Garneau, des comptines chantées au piano, une voix christaline, c’est un folk lyrique, triste mais lumineux à la fois.

MADJO, poétesse moderne

Madjo, c’est l’une des grandes chouchoutes du blog. Un album teinté de folk/soul chanté en français et en anglais qu’on aime passionnément. Madjo a tellement son univers bien à elle, à la fois poétique et mélancolique, colorée et enfantin qu’il serait réducteur de dire qu’elle est simplement une chanteuse folk.  Cette univers très personnel et très marqué il se reconnait facilement : des sons bidouillés, des mélodies et des rythmes mélangées, Madjo bricole une boite à son pour en faire une boîte à musique unique. La plume de Madjo distille le thème de l’imaginaire et du monde animal.  Résultat : un joyeux petit monde dans lequel on plonge pour ne plus en sortir.

Hindi ZAHRA, folk du monde

Hindi Zahra représente à elle seule le mélange réussi de deux cultures : orientales et occidentales. Berbère revendiquée, enfant du monde, et artiste remarquable Hindi Zahra a envouté le monde de la musique en un album Handmade. Un album fait main ou elle n’hésite pas à faire honneur à ses racines. Elle chante dans sa langue, ou en anglais, et parfois s’amuse à mélanger les deux dans un même titre. Mélange folk suave et sonorité orientale toute en sensualité. Hindi Zahra, est une sorcière, sur scène c’est comme si elle était dans une transe mystique, et du coup elle emporte tout son auditoire avec elle. La preuve que personne ne lui résiste : sa tournée se fait désormais mondiale, son album est maintes fois récompensé : Prix Constantin, Victoire de la musique… et ce n’est pas fini, on en est persuadé.

Sabine Swann Bouchoul

Advertisements

4 pensées sur “Les Femmes au Pouvoir #1 : Agnès Obel, Hindi Zahra, Madjo et Anna Calvi

  • 6 juillet 2011 à 19 h 54 min
    Permalink

    Au talent irremplaçable de Hindi Zahra !

    Irresistible !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.