On y était : Pete Doherty au Bus Palladium

« Ne vous inquiétez pas, Pete est là. Il vient d’arriver, laissez-lui juste le temps de se poser« . Soupir de soulagement. Pete Doherty viendra bien. Il faut dire qu’avec lui, on se jamais sur quel pied danser. On commençait même à avoir un peu peur, voyant le temps défiler et personne monter sur scène. Il était en effet prévu pour 23h. Il ne débarquera qu’à 23h45. Mais il est là, c’est l’essentiel ! Costard noir, chemise blanche, les cheveux un peu hirsutes, la guitare autour des épaules, il donnera un concert de quarante-cinq minutes, durant lequel il alternera entre les titres de ses groupes et ceux de son album solo. Un album, qu’en fait, beaucoup ne semblait pas connaître. Certes, le public nombreux chantera sur « Arcady« , « The Last of the English Roses ». Mais, c’est lorsqu’il interprète les morceaux des Libertines (« What Katie Did« , « Can’t Stand Me Now« ) ou des BabyShambles (FCK Forever) que le public sera le plus réactif.

Le Bus Palladium affichait complet depuis longtemps. Il faut dire que Pete Doherty qui se produit dans une petite salle (où qui se produit tout court) est en soi un événement. Certes, ce n’est pas la première fois. Pete est coutumier du fait. La Flèche d’Or, le Truskel… l’Anglais aime les toutes petites salles. Mais là, c’est un formidable coup de pub 1. Pour son film Confession d’un Enfant du siècle 2. pour sa prochaine date à la Fête de l’Huma. Grosse attente donc, d’autant plus que le garçon sortait tout juste d’une cure de désintox… On se demandait même dans quel était il serait. En fait, il était très bien. Presque clean. Un peu titubant mais largement contrôlable, et surtout il avait l’air assez content d’être là. Comme toujours, Pete Doherty est venu accompagné de deux danseuses (qui se marchaient un peu dessus, vu l’étroitesse de la scène). Il a aussi agrémenté son set de la lecture d’un poème d’abord en anglais ensuite en français (un français en cours d’acquisition dira-t-on). Et, pour clore son set, Pete invitera un fan à monter sur scène. Il lui filera même sa guitare pour que le garçon puisse chanter. T’imagine ? Jouer sur la scène du Bus Palladium, pendant un concert de Pete Doherty avec la guitare de Pete Doherty. I’m so jealous ! Le garçon s’en est pas mal tiré, même si c’est vrai il paraissait très impressionné (qui ne le sera pas?). Le public l’a même largement applaudi pour le soutenir. On apprendra d’ailleurs que les poèmes que l’Anglais avait lu quelques minutes auparavant été l’oeuvre de ce garçon. En gros, carton plein pour lui !

J’avais peur de ce concert. Je ne suis pas très fan du Bus Palladium, et j’avoue que me retrouver perdue au milieu de jeunes fans du garçon m’effrayait un peu. Certes, la population était jeune (et très lookés), oui il y avait aussi pas mal de groupies collées à la scène (on a d’ailleurs pu entendre le fameux « I Love You PEEEEEETE)…mais finalement ça fait partie du décor d’un concert de rock’n’roll non?

Advertisements

Une pensée sur “On y était : Pete Doherty au Bus Palladium

  • 9 septembre 2012 à 15 h 18 min
    Permalink

    dire que la scène du bus est étroite quand on bosse pour le 114 c’est l’aveugle qui se fout du borgne! 🙂

  • 9 septembre 2012 à 15 h 23 min
    Permalink

    mais personne ici ne bosse pour le 114…

  • 9 septembre 2012 à 15 h 47 min
    Permalink

    Faut faire la différence avec les chansons de son albums solo (que les gens connaissaient bien!) et celles de son album à venir (qui donc n’est pas encore sorti!) que forcément les gens ne connaissaient pas!
    Et moi j’ai pas trouvé les gens si jeunes que ça, ça m’a étonnée d’ailleurs. L’ambiance était super, bon enfant etc. Concert que j’ai vraiment apprécié!

  • 9 septembre 2012 à 19 h 01 min
    Permalink

    J’espère un jour lire un report sur doherty sans qu’on parle du suspens sera-t-il là, ou pas / sera-t-il défoncé ou pas… C’est ridicule.
    Il a joué des nouveaux titres ?

  • 10 septembre 2012 à 11 h 05 min
    Permalink

    Une interview avec Doherty ? Chouette ! Mais c’est en quatrième vitesse qu’il a fallu rejoindre les loges. Le leader des Babyshambles veut bien voir les journalistes mais c’est maintenant, tout de suite, même s’il vient tout juste de sortir de scène. Ce sera donc 5 minutes et pas une de plus. Cigarette au bec et tout ruisselant, mais finalement plutôt en forme après avoir bien bu, Pete Doherty débarque sans attendre, bouteille à la main. Il semble d’humeur taquine. Sans doute l’humour « so british ». Il va d’abord gentiment embêter un confrère, voulant prendre sa place jusqu’à le pousser dans une plante verte, avant de commencer à répondre aux questions. Basiques… le chrono tourne. Pas le temps de peaufiner ; aller à l’essentiel.

  • 10 septembre 2012 à 17 h 36 min
    Permalink

    Au moins 2/3 nouvelles il me semble!

  • 9 janvier 2013 à 21 h 29 min
    Permalink

    Heu Swann…
    Merci pour l’article mais petite rectification :

    A aucun moment un fan est monté sur scène !
    Le « barbu » qui a joué avec lui un morceau est guitariste, qui se produit deja sur scène.
    Son entrée était deja prévu, à la lecture de l’article on a l’impression qu’il a jailli de la foule… Alors qu’il est arrivé par l’entrée des danseuses…

  • 9 janvier 2013 à 21 h 49 min
    Permalink

    Parle-t-on du même concert ?
    C’est le report de septembre, pas celui d’hier.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.