Nouvelle Star, prime « M’enRappellePlus » : adieu Alvaro

Il paraît que c’est les 1/4 de finale. Ah bon. Déjà. On n’est pas très emballées depuis le début de la saison, comme vous avez pu le remarquer. Ce soir, ce prime numéro on-ne-sait-plus-combien, n’était pas franchement réussi (euphémisme du soir, bonsoir). Il n’y avait rien de remarquable (parenthèse spéciale pour Mathieu – à lire juste en dessous), il n’y avait rien de « nouvelle star ».

Comme d’habitude, Swann écrit en rouge-bordeaux-marron, Emma en bleu.

Mathieu

mathieu

Medley One Direction. Les programmateurs n’en ont pas marre de lui faire chanter des titres de merde ? Je pensais qu’on lui avait fait toucher le fond du fond avec Maître Gims, mais maintenant ils (les programmateurs, pas le pauvre choupinnet) creusent la fosse marine. J’allais dire septique mais je me suis retenue. Ou pas. Bref. Pourquoi One Direction ? La volonté peut-être d’attirer les pucelles de France ? J’en sais trop rien. Mathieu a fait ce qu’il a pu avec ce qu’il avait. Pas fameux juste correct. C’était « bof ». J’ai aussi été un peu déçue par sa prestation sur « J’suis snob » de Boris Vian. J’avoue que le titre à la désinvolture surjouée lui allait comme un gant, mais j’ai l’impression d’avoir déjà vu ça deux fois auparavant.

En revanche, j’ai été subjuguée par sa reprise en guitare-voix de « At The Hop » de Devendra Banhart. Je me suis sentie un peu comme Marianne James, les yeux remplis de larmes et de tendresse. Je me suis rappelée pourquoi j’ai aimé ce petit la première fois. Pour ce filet de voix, cette douceur. Là, oui, il y avait du Damien Rice… Il ne braillait pas, il ne gueulait pas, il n’en faisait trois tonnes. Il était assis sur son tabouret, la guitare sur ses genoux. Et c’était beau. C’est tout.

Comme d’habitude, on a eu le droit à la chanson  en costard-mimiques-chorégraphie-yeux flippants avec « J’suis Snob ». Je n’aime pas. Du tout. Et franchement j’en ai marre. Grosse lose aussi pour le « medley One Direction ». Rien n’a été fait, et c’était juste ridicule. Pourquoi ? Si c’était pour se foutre de la gueule des 1D ou pour séduire leurs fans, aucune des deux tentatives ne s’est révélée juste. Par contre « At The Hop » a été ma performance préférée de la soirée. Un guitare-voix tout en douceur, tout en allégresse. Une rare élégance. On retrouve Mathieu et je ne veux entendre plus que ça désormais.

Pauline

PAULINE

Autant elle avait fait son plus beau prime la semaine dernière, autant là, Pauline s’est écrasée au sol. « J’ai vu » était raté, chiant et à côté de la plaque. A sa décharge, personne à part Niagara peut faire quelque chose de cette chanson qui se chante avec des couilles. Ouai, même quand on est une fille. Sur « Ain’t No Sunshine », j’ai trouvé ça trop propret, trop lisse, j’aurais voulu plus de soul, de sensualité. Merde, c’est un standard bluesy, qui dit bluesy dit un minimum de chaleur. Là, c’était froid. Gelé. Alors peut-être qu’avec « Toxic », l’iceberg allait fondre… Et non. Je souligne la perf vocale, c’est dur de chanter Britney Spears (si si je vous jure), même elle n’arrive pas à se chanter. C’était en place, c’était d’une justesse incroyable… mais ça faisait « Pauline au karaoké ». Je m’éclate, je chante comme si j’étais dans ma chambre avec ma brosse à cheveux devant le miroir (comme cette scène de Crossroad où joue Britney justement). Ce n’était pas toxic, ce n’était pas sexy. Vous vouliez là chanter version originale, putain, fallait y aller jusqu’au bout, exagérer le côté sexy, envoyer valser le côté « aristocrate coincée » cher au cœur de Manoukhian.

Sur « J’ai Vu »  je me suis un chouille ennuyée, c’était « trop ». Trop lourd, trop criard, et trop essoufflé. Complètement d’accord avec Swann pour « Toxic ». Pauline était belle, souriante, Pauline bougeait bien ses hanches et avait une belle robe. Elle n’aurait pas eu besoin d’orchestre tant c’était une copie exacte de la bande son originale. Et pour couronner le tout, j’ai trouvé que cette chanson ne mettait pas du tout, mais alors pas du tout en valeur la voix de Pauline. La bande-son passait par dessus, et on ne s’intéressait qu’à sa petite danse. Raté. Sur « Ain’t No Sunshine » déjà c’était autre chose, car vocalement on discernait Pauline. Elle a très bien chanté, sans doute trop bien, car personnellement j’ai ressenti sa concentration de chez moi. Pour un enregistrement c’était parfait, pour une performance publique c’était moins bien réussi.

Alvaro

ALVRO

J’ai une tendresse infinie pour ce garçon. Parce qu’on a joué à la marionnette avec lui. Alvaro c’est le troubadour, c’est le folkeux, dans le sens premier du terme. Le mec qui chante à la guitare, dans la rue, des vieilles chansons folk. La Nouvelle Star a voulu en faire un machin rock. NON. C’est comme ça qu’on l’a flingué. Que je l’ai flingué aussi…en me mordant la joue et en m’auto-affligeant des coups de fouet dans le dos à chaque critique que je faisais. Parce que j’aime beaucoup la voix d’Alvaro, son côté coincé anglais et puis merde, ce type à une culture musicale parfaite. « Space Oddity » a été très bien interprété, il manquait juste un peu d’émotion, mais je chipote… « La Bombe Humaine » était plus laborieux… Non, Alvaro n’est pas un rockeur. Les Doors… N’est pas Jim Morrisson qui veut. Alvaro n’est pas un rockeur. Alvaro est parti, mais il s’est battu, et c’est en citant du Leonard Cohen qu’il quitte l’aventure Nouvelle Star.

Je ne me lance pas sur « Break On Through » parce que je n’aime pas du tout cette chanson, de ce fait j’ai un peu de mal à rester objective. C’est ce genre de chansons qui au bout de 30 secondes me rendent folle, et me donnent envie de me taper la tête très fort contre un mur (le faux clavecin et la lumière rouge surement). Par contre, ça lui collait très bien niveau voix, il y avait du travail derrière. Sur la « Bombe Humaine » je l’ai trouvé en dedans pendant toute la première moitié puis on a assisté à un réveil sous ecsta. Sa meilleure performance de la soirée était bien « Space Oddity », très jolie balade, à tendance terne et fade cela-dit, bien dommage.

Yseult

yseult

Ben c’était Yseult. Voilà.

En fait j’ai trouvé la solution pour écouter Yseult sans être trop perfide : ne pas regarder les images. Parce que le maniérisme petit-doigt levé me tue. Bon il n’empêche que même en ayant que le son dans les oreilles je me suis fait assez chier sur « Radioactive » (il faut dire que Imagine Dragons fait tellement de show sur ses prestations live que forcément l’aspect statique d’Yseult j’ai pas trop compris – pour moi, elle aussi se faisait chier). Et je ne parle pas du « je chante en prenant une voix de petite fille ». Quant au Polnareff direct c’était faux donc j’ai un peu lâché. La suite c’était une alternance de cris et de couplets fades. Je ne m’exprimerai pas sur la mort d’Asaf-reggae. Qu’il repose en paix.

Un dernier hommage à Alvaro avant de se quitter.

Advertisements

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.