Les Bas-Fonds du Baroque au Petit Palais : la débauche et les ivrognes de Rome

1_manfredi_bacchus_et_buveur_0

Du Rome du XVIIe siècle, on connaît le clinquant, le riche, le beau, le parfait. Le Petit Palais s’intéresse au côté obscur de la force. Le sale, l’insolent, le violent et l’ignoble. L’exposition plonge le visiteur dans une ambiance de débauche. Ici, les personnages qui ornent les murs aux couleurs sombres du Musée des Beaux-Arts sont des gueux, des prostitués, des diseuses de bonne aventure, des brigands, des ivrognes. Le petit peuple romain, trivial, plein de vices et sans vertu.

On découvre une cinquantaine de tableaux (collection privée) datant du XVIIe siècle, signés par des artistes français, espagnols, italiens ou hollandais : Claude Lorrain, Jan Miel, Sébastien Bourdon, Leonaert Bramer, Bartolomeo Manfredi, Jusepe de Ribera, ou encore Pieter van Laer. Ces peintres, venus des quatre coins de l’Europe peignent la misère et la violence, la débauche et l’alcool des tavernes, mais loin de les rendre ignobles, ils leur donnent un côté mélancolique et sublime.

On y croise Bacchus, que l’on célébrait dans de fastueuses cérémonies, des sorcières à la beauté fatale, des scènes de brigandages, des musiciens miséreux, bref avec cette exposition conçue par Annick Lemoine et Francesca Cappelletti, on découvre un monde obscur certes, mais fascinant. Des scènes de la vie quotidienne à la taverne, des musiciens fatigués et usés, des mendiants au regard triste, une sorcière au visage défiguré par la terre, une scène de prostitution dans la Rome fabuleuse, un Bacchus malade saoulant un aubergiste. Il y a cette prédominance du clair-obscur, des yeux et postures mélancoliques, une violence dans le trait. Absolument fascinant.

Du 24 février au 24 mai 2015. Plus d’informations sur le site du Petit Palais.

Advertisements

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.