On y était : Fränk + IGIT au FGO Barbara

Hier soir, alors que la chaleur étouffante laissait place à une pluie abondante, nous nous sommes réfugiés dans le Centre Fleury Goutte d’Or Barbara à Barbès. Le FGO Lab’ Festival vivait sa deuxième soirée de concerts avec Master Master Wait, Fränk, Sofia Bolt et IGIT, une brochette d’artistes/groupes que le Lab’ aide, ou a aidé/guidé lors de leur carrière.

DSC_0042

« Ça va ? Vous avez du des bières en terrasse toute la journée ? » Fränk on le connaît bien, et on adore. Assis sur un tabouret au centre de la scène, le garçon sait faire le show : ça fait des blagues et que ça vanne le public. Après le set électro de Master Master Wait, Fränk innonde la salle de sa sérénité et de son folk-soul, avec des chansons tantôt en anglais (Run Away, Twisted Man) tantôt en français qu’il fait chanter au public (Changer d’Air). « Bon c’était mignon « , nous complimentera-t-il, amusé. On aura aussi le droit à un mash-up blues (« Vous aimez le blues ? » demandera-t-il, sourire en coin) et une reprise de The Way You Make Me Feel. Fränk c’est un GROS talent à la guitare (slap, picking, hammering-on…), une voix mélodieuse, un charisme de fou et une énergie incroyable : et pourtant, il est tout seul sur scène. Big big big up man !

DSC_0121

Fin de soirée avec IGIT que je découvrais personnellement pour la première fois. Igit oui d’accord c’est The Voice. Mais pas que. Igit c’est un mec à la voix rude et rocailleuse, avec un chapeau vissé sur la tête en signe distinctif. C’est aussi un groupe de trois mecs derrière (batterie, basse et clavier) qui assurent, malgré un rappel à l’ordre cocasse d’Igit les trouvant endormis après avoir traînés dans leur tiéquart du 18e toute la journée. Ni une, ni deux, le public est invité à les « réveiller » par des acclamations et applaudissements. Quel showman celui-là. Ça va en tout cas groover sec au FGO, avec une setlist alternant entre ses deux EPs, Like Angels Do, plus bluesy, et Les Voiles et ses textes en français (des airs de Brel et de Dominique A). Et autant vous dire que les versions studio n’ont absolument rien à voir avec le live : blues et soul étaient bien au rendez-vous, impossible de rester statique face à tant d’énergie. Imposante présence scénique et musicalité incontestable ont fait de ce concert une parfaite soirée.

Photos : Emma Shindo

Advertisements

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.