Les chieurs en concert !

Dans les concerts, tu as un relou. Une fille qui danse avec les cheveux, un mec bourré, celui qui parle très fort. Bref, pleins de gens qui répondent à un code particulier. Ce sont les CHIEURS des concerts ! 100% mauvaise foi.

 1. La meuf qui danse avec les cheveux1

Mademoiselle a les cheveux très longs. Très long. Elle danse comme un pied. Elle est raide comme un bâton, mais très souple du cheveux, donc au lieu de danser avec son corps, elle secoue sa longue tignasse blonde… Dans ta gueule si possible. On appelle ça la danse du cheveu. Non, elle ne headbang pas façon fans de Black Sabbath,  elle balance ses cheveux comme Nolwenn Leroy dans une pub Pantène Pro V.

2. Le docteur ès pogo hard-core

2

Savais-tu que Sid Vicious était le créateur du pogo ? Il cherchait son rencard dans un club plein à craquer. N’étant pas très grand, pour pouvoir y voir parmi la foule, il se met à sauter en s’appuyant sur les épaules des personnes autour de lui. N’étant pas très poli, il a aussi donné quelques coups de coudes pour se frayer un chemin…Le fan de rock faisant comme tout le monde, il a imité le punk-rockeur voyant dans les pas de Sid Vicious une nouvelle danse. Le pogo est né. Des années plus tard, il survit. Et un concert de rock n’en est pas vraiment un sans le traditionnel pogo. Qu’est-ce qui pousse le fan de rock à pogoter aujourd’hui ? Une façon de prévenir qu’il a envie de gerber ? Se prend-il pour Godzilla ?  Des pulsions sado-maso refoulées qu’il n’exprime que en concert ?

3. Le mec le plus grand du monde

3

Toi, avec ton 1m61½ , t’as bien du mal à trouver une place où tu peux voir à peu près correctement la scène. Quand enfin tu trouves, étrangement l’homme le plus grand du monde vient se positionner là, juste devant toi. Et pour que se soit plus drôle, il est accompagné par sa meuf, la meuf la plus grande du monde. Résultat : tu ne vois rien. Merci.

4. Les faux Steven Spielberg

4

L’invention la plus reloue du monde : la caméra dans le téléphone. Parce que t’auras toujours deux ou trois connards qui vont s’installer en mode « Steven-Spielberg-de-la-salle-de-concert » (enfin c’est dans leur tête) juste devant toi pour filmer l’intégralité du concert. A quoi ça sert ? Font-ils des projections privées dans la télé de leur salon ?  Mystère….Pourquoi font-il ça ? Parce que ça ne sert à rien. 1. Le garçon aura raté TOUT le concert  2. Il y a des mecs ultra talentueux (dont c’est le métier de filmer) qui captent le concert avec du vrai matos pour que nous puissions revoir sur le concert sur nos écrans d’ordinateur voire même au cinéma.

5. Les gars qui parlent trop fort

5

Phénomène très parisien. Propre aux très petites salles. On pourrait pourtant penser que la proximité scène/bar oblige les spectateurs à ne pas trop élever la voix, juste par respect pour les musiciens qui jouent.  En vérité, rien à battre, les gens sont là pour parler très fort de sa journée, de ses vacances, de son taf, de leur meuf/mec/plan cul. Souvent ce mec travaille dans la musique. On appelle ça un professionnel de la musique.

6. Le « I LOOOOOOOOOOVE YOU » addict

6

Tu te souviens de la nana qui danse avec les cheveux ? C’est la même, alcoolisée désormais, qui laisse échapper son strident « yeeeeeeeeeeeaaaah, I LOVE YOU » au moment précis où le chanteur a décidé de chanter une ballade mélancolique. Instantanément le public se retourne vers elle, lui ordonne de se taire « chhuuut », « ta g*eule ». D’autres politesses sont échangées, la moitié de la chanson est passée, t’es bien vénère. C’était ta chanson préférée du groupe. Version mec ça donne « à poiiiiiiiiiiiiiiiil » toutes les dix minutes environ.

 7. Les alcoolos-jus-de-pomme-pisseuses

7

T’as réussi à trouver une place juste devant le couple le plus grand du monde. Sauf que devant toi, il y a deux nanas qui ne tiennent pas en place, et qui ne cessent de faire des allers-retours. Public-bar, public-toilettes, public-bar (et re-toilettes, parce que quand tu teases beaucoup, forcément t’as envie de pisser)… Comme ce n’est pas très éclairé, la demoiselle t’écrase les pieds deux ou trois fois au passage et manque d’emporter ton sac avec elle. Résultat, tu as les pieds morts, le t-shirt trempé de bière… et tu n’as écouté finalement que la moitié du concert…

8. Les frotteurs

8

Surtout en Festival. Il y a toujours un mec chelou qui vient se caler juste derrière toi. Il n’a pas l’air de kiffer le groupe. Tu ne sais pas trop ce qu’il fait là. Oh…mais il a touché ta fesse droite. Le relou ++, le fléau de la vie, le frotteur. Là c’est simple, 1. Tu appliques tes cours d’auto-défense et tu lui balances ta bière dans la gueule.

 9. La fan d’escalade

9

Surtout en Festival aussi. Bon Ok, c’est vrai on voit très mal dans les festoch. Je le conçois. Dieu merci il y a des écrans qui sauvent. Parfois, il y a aussi des petites malignes qui préfèrent escalader les épaules de leurs mecs (qui font toujours partis de la catégorie hommes les plus grands du monde). De là, elles ont une vue panoramique de quasiment toute la scène et surtout une vision dégagée pour apprécier le concert comme il se doit. Elles dominent le monde quoi. Elles sont toujours devant toi, et toi tu ne vois rien à part les fesses de la meuf et la nuque pleine de poil de son mec.

10. Les retardataires

10

Marque de fabrique de la Hype : Arriver quand les zikos sont descendus de scène…Peut-être uniquement pour dire « Ah mais, ce concert-là ? Mais oui, bien sûr j’y étais ». A la question mais alors t’en a pensé quoi ? La Hype te répondra « c’était morteeeeel ». Sans autre explication. Puis  dans un geste théâtralement pensée, elle se dirigera vers le bar. La suite, tu la connais !

11. Le porte-drapeau

11

Là aussi, c’est surtout vrai en festival. Tu as un mec avec un panneau à message ou un drapeau [choisir celui qui correspond le mieux] qui se plante au milieu de la foule avec son immense étendard et… rien. Il est juste là. Droit comme un piquet. Quand il se met à bouger, c’est uniquement dans l’optique de se faire repérer par une caméra et pouvoir montrer comment il est trooop fier de son drapeau. Bravo chef.

12. Le mec qui pense qu’il est le Moïse de la foule

12

Le concert a bien débuté depuis déjà trois chansons, tu rentres doucement dedans. Et là, tu as un groupe de relous (pire que tout) qui a décidé qu’il voulait être tout devant. Le groupe (un peu éméché) essaie de se faufiler parmi la foule, donne quelque coups de coude et arrose tes pieds au passage de sa bière (oui parce qu’ils ont toujours des bigs pintes dans les bras). Pire que tout, ce groupe-là pense que la foule va s’écarter façon Mer Rouge qui se scinde en deux pour laisser passer Moïse. Dans tes rêves, gros.

13. Le blasé de la mort

13

Le mec est là. Il a les bras croisé, le sourcil froncé. Il regarde à peu près partout sauf la scène. Clairement t’as l’impression que ça le fait chier d’être là, pourtant il est tout devant. Deux options : 1. Sa meuf l’a obligé à venir. 2. C’est un journaliste… Oui, les journalistes ont toujours l’air blasé de venir en concert, mais intérieurement ils sont contents. Un peu.

14. Le mec qui ne connaît qu’une chanson.

14

« La Forêt, la forêt, la forêt« … « la forêt, la forêt, la forêt« … C’est bien connu, les artistes (en l’occurrence là, c’est Lescop) n’ont qu’une seule chanson dans leur discographie. Tu as donc toujours un relou, qui hurle entre deux titres le nom du tube du groupe. L’artiste, lui qui n’est pas con, ne l’a chante pas tout de suite, histoire que le public ne parte pas une fois le tube chanté… Donc, tu supportes en silence les demandes du mec qui n’écoute que Virgin Radio dans sa voiture et ne connait qu’un seul titre. C’était marrant d’ailleurs à un concert de Black Keys, la moitié de la foule est partie après « Lonely Boy ». C’était à la moitié du concert.

15. Les Hystériques

15En vrai, lui n’est pas relou, il est juste fan. Très très fan. Et comme n’importe quel fan il connaît toutes les chansons, toutes les paroles, toutes les mimiques du chanteur, donc il reproduit à l’identique. Le gars essaie par exemple de chanter comme Thom Yorke, voire même de danser comme lui, AU MILIEU DE LA FOULE… sauf que n’est pas Thom Yorke qui veut. Heureusement, le ridicule ne tue pas, mais qu’est-ce qu’il fait rire.

16. Le maladroit bourré

16

Il fait chaud. Super chaud. Tu rêves de te foutre sous de l’eau glacée pour rafraîchir la température de ton corps qui avoisine les 45 degrés (à peu près). Là, tu as un mec qui pense à toi et arrose copieusement la foule de liquide… Sauf que c’est de la bière… 7 euros gaspillés comme ça, ça fait un peu mal.

17.  Les twittos-addicts 

17

Il est au fond de la salle, les yeux rivés sur son smartphone… Il opine du chef de temps en temps, lève la tête, prend la foule en photo, applaudis parfois. Il live-tweete le concert et énerve la moitié de la salle. Sur son Twitter : « chanmé, super concert de MachinTruc ». Il vit son concert de manière 2.0. C’est un blogueur.

Illustrations : Pauline de Tarragon

A lire aussi :

10 signes qui montrent que la musique prend trop de place dans ta vie

Advertisements

12 pensées sur “Les chieurs en concert !

  • 4 octobre 2012 à 19 h 22 min
    Permalink

    11. Pour le(a) roi(reine) du monde tu te prendras
    C’est vrai ça, pourquoi respecter les andouilles qui arrivent des heures avant toi pour être sûr d’avoir une bonne place, quand il suffit d’avancer tout droit en direction de la scène en se ménageant un passage à grands coups d’épaules? Et en plus, ces gros nazes se permettent parfois de faire des réflexions désobligeantes, voire carrément de bloquer volontairement le passage! Et il faudrait que l’on s’excuse auprès de ces grossiers personnages, incapables de manifester la moindre trace de savoir-vivre? Certainement pas! De toutes façons, il suffit de prétendre que l’on a un pote au premier rang pour que ces débiles libèrent le chemin… Comme on dit par chez toi: « le premier arrivé gagne le droit de me céder sa place ». À quoi sert d’aller à un concert si on ne pas en profiter dans de bonnes conditions?

    Très bon article. Du haut de mon mètre soixante-dix, j’ai souvent été confronté à ces situations qui pourrissent un concert en moins de deux. Mais ça, c’était avant que je comprenne qu’il faut toujours arriver très en avance (si possible). Depuis, les relous décrits plus hauts sont derrière moi, et tout le monde est content (sauf l’éventuelle personne de un mètre soixante-neuf derrière moi, bien sûr).

  • 4 octobre 2012 à 21 h 29 min
    Permalink

    C’est vrai, ceux qui se frayent un chemin dans la foule, et qui s’arrêtent juste devant toi : on est bien là non ?

    Et pour celles qui montent sur les épaules, je me souviendrai toujours aux Vieilles charrues, quelqu’un avait une sorte de pulvérisateur, et dès qu’une personne montait sur les épaules d’une autre, il/elle se prenait un coup de jet d’eau dans le dos. C’était radical 🙂

  • 12 octobre 2012 à 16 h 55 min
    Permalink

    Mon mètre 59 et demi se reconnait tout à fait dans ta description. Etant petite, j’évite de me coller au mec de devant : avec 1m de recul, trigonométrie aidant, je vois mieux. Et c’est toujours là que le couple relou de grands se dit « oh, bah tiens, c’est cool on a de la place » et se pose pile devant moi.

    Merci de ce billet si juste !

  • 16 octobre 2012 à 4 h 43 min
    Permalink

    « C’est vrai, ceux qui se frayent un chemin dans la foule, et qui s’arrêtent juste devant toi : on est bien là non ? »

    Ouais, en même temps dans une foule tu t’arrêtes forcément juste devant quelqu’un. On va pas se ranger sagement juste derrière le mec le plus au fond de la foule.

    Signé : un mec qui n’a pas que ça à foutre d’arriver trois heures avant un concert mais qui aime néanmoins être dans les premiers rangs.

  • 16 octobre 2012 à 4 h 44 min
    Permalink

    Ah oui : je dis pardon quand je me faufile, quand même.

  • 31 juillet 2013 à 15 h 05 min
    Permalink

    Moi qui passait pour un « vieux con » (et ce malgré mon jeune âge) à subir et commenter avec moins d’humour et de verve ce genre de comportements extrêmement pénibles, je suis content de me sentir moins seul du coup.

    Merci bien camarade mélomane !

  • 18 juin 2015 à 13 h 27 min
    Permalink

    J’ai lu ce post comme une excellente étude anthropologique !

  • 18 juin 2015 à 14 h 56 min
    Permalink

    Il manque le couple Axelle Red, leur mot d’ordre « Sensualité », ils s’enlacent, se prélassent, se bécotent, se tripotent, t’as l’impression d’être un objet de déco de leur chambre à coucher. Tu hésites presque à cacher ta grosse pinte sans bulle pour leur préserver un peu d’intimité. La salle sent la sueur… tu allumes ton briquet !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.