On a vu : Tale of Tales de Matteo Garrone

Quand Matteo Garrone s’essaie au conte de fée, c’est à la fois beau et trash. A travers trois histoires de princesses, de rois et de reines, le réalisateur raconte les perversions, le désir et ce qui arrive quand on espère trop et surtout quand on espère mal. Il y a d’abord la Reine qui ne peut pas avoir d’enfants. Un sorcier lui conseille de manger le cœur d’un monstre marin que son mari ira chasser. Le mari meurt, elle tombe enceinte et accouche d’un garçon dans la nuit. Il y a aussi un Roi libertin voire même obsédé par le sexe et les femmes qui tombent sur la plus mystérieuse de créature en pleine forêt. Enfin, il y a le dernier Roi qui nourrit et aime une puce plus que sa princesse de fille qu’il finira par donner en mariage à un terrible ogre.

vincent cassel

Derrière ces trois histoires d’une simplicité enfantine, il y a un dédale de complication. La Reine trop possessive est capable de tuer le meilleur ami de son fils pour ne le garder que pour elle, finalement c’est elle qui meurt, tué par son fils. Le Roi qui ne veut pas que sa fille grandisse finira par lui laisser son trône quand la princesse arrachera la tête de l’ogre a qui elle a été donné en mariage. Enfin l’étrange créature divine se révèle être une vieille femme que le Roi Libertin avait jeté par une fenêtre de son château. La créature voulait se venger et garder le roi pour elle, quitte à rejeter sa sœur avec violence. Ne voulant pas livrer le secret d’une jeunesse retrouvée à cette dernière, elle paiera fort le prix.

Dans tout conte, il y a une morale, celle des trois contes de l’Italien Garrone serait que tout se paie à un moment donné. Les désirs des héros se révèlent si impérieux qu’ils finissent par causer leurs pertes. Un peu comme la sorcière de Blanche-Neige qui est obligé de danser avec des chaussures de métal chauffées au rouge jusqu’à ce que mort s’ensuive. La différence est qu’il n’y a pas de méchants ni de gentils. Si les contes reprennent les codes de ceux qui ont bercé notre enfance, on ne retrouve pas la notion de camps. Chaque héros a une part de bonté et d’ombre et ce sont eux qui font pencher la balance et paie les mauvais choix qu’ils ont réalisé.

tale of tales

Qui dit conte de fée, dit décor fantastique. Tale of Tales n’échappe pas à la règle. La photographie est magique, les couleurs éclatantes et les décors parfois d’une simplicité brute. Un château planté au milieu d’une colline, un ciel bleu. Et c’est tout. Parfois, c’est beaucoup plus complexe, comme la forêt dense au milieu de laquelle le roi libertin trouve la naïade à la chevelure rousse. Profusion de couleurs, part belle aux ambiances enfantines, Tale of Tales est un conte pour adulte raconté avec l’imagination d’un grand enfant.

Tale Of Tales avec Salma Hayek, Vincent Cassel, Toby Jones… Sortie le 1er juillet.

 

Advertisements

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.