La (belle) session acoustique du samedi #56 : George Ezra

Well nonetheless I must confess, I’m the mess that has been left to save you
My situation must be dire
My situation must be over the creek
And haunted we speak, and I can’t of left you
I still haven’t met you

J’ai cette tendance (nulle) de juger un artiste aux seuls singles que je connais de lui/elle. À tort bien sûr. Et puis on me dit que je me trompe, qu’il faut absolument que j’écoute l’album en entier, ou que je vois un live. Je rechigne, puis je m’exécute. Et puis je me trouve bête très rapidement car je me suis trompée. Je n’avais pas accroché de prime abord avec George Ezra. Pas que je détestais, mais je ne lui trouvais rien de spécial. Je l’ai trouvé par la suite très charismatique, envoûtant, lors d’un court passage à Paris, tellement à l’aise malgré son jeune âge. J’ai aussi pensé que certaines de ses mélodies étaient absolument magiques, ajoutons à ça son timbre de voix distinctif, si particulier, si enivrant. J’ai sombré également. Aujourd’hui je vous propose d’écouter un George Ezra tout en douceur avec Over the Creek. Tellement, tellement, tellement de talent…

Advertisements

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.