« And The Great Unknown, Part I », nouvel EP de Bror Gunnar Jansson

CHRONIQUE – Si tu n’as jamais entendu parler de Bror Gunnar Jansson, il est temps d’y remédier. Après deux albums en solo, il sort un EP, And The Great Unknown, Part I, qui te convaincra que la Suède est terre de blues.

Bror Gunnar Jansson est un artiste que j’ai découvert sur scène. Véritable homme orchestre, planqué sous un chapeau, derrière une batterie, avec son harmonica autour du cou, ses plumes et ses chaussettes rouges m’avaient séduite. Sa voix rocailleuse, ses coups de guitare sur les cymbales, et son concert en montagnes russes m’avaient hypnotisée. J’étais conquise.

Je me précipitais alors sur Moan Snake Moan, le second album qu’il défendait, et j’ai vite cédé à l’appel du premier album éponyme. Tous deux étaient incroyables d’énergie, et remplis de ces slides, de cette guitare lourde et profonde, et de cette ambiance terriblement désuète du blues d’un autre temps. Aujourd’hui, Bror Gunnar Jansson continue son chemin avec un EP donc, And The Great Unknown Part I, prologue au 3e album (And The Great Unknown Part II) attendu pour avril 2017.

and the great unknown

Sept titres tout de même, qui, encore une fois, embrassent une étendue de possibles : blues tendre et caressant dans le duo « Day/Night », blues old school au ukulélé dans « The Ukulele Blues », ou encore blues/valse sur l’instrumentale « Gone And Away », Bror Gunnar Jansson semble bien décidé à tout explorer.

Mais c’est « Spiritual », surtout, qui prouve son pouvoir à rester fidèle à ce qu’il fait tout en maintenant une évolution incroyable. Plus épique que jamais, cette chanson prend une ampleur inédite par l’instrumentation riche mais toujours d’une efficacité remarquable. L’intensité est maximale et on n’attend plus que de voir le résultat sur scène. Car il semble désormais difficile d’imaginer un seul homme pour assurer tout cela. Affaire à suivre à La Maroquinerie très très bientôt.

And The Great Unknown – Part I, sortie le 3 février 2017 (Normandeep Blues Records)
► En concert le 8 février à Amiens, le 9 février à Nancy, le 10 février à Annecy, le 11 février à Dijon, et le 12 février à La Maroquinerie de Paris, pour le festival Les Nuits de l’Alligator

À LIRE AUSSI :
>> 3 festivals d’hiver qu’il ne faudra pas manquer

Advertisements

Laisser un commentaire