On y était : Laura Sauvage au Supersonic

LIVE REPORT – Du gros rock bien brut bien crade, c’était mardi soir au Supersonic avec Laura Sauvage (anciennement douce folkeuse des Hay Babies). 

Laura Sauvage, aka Vivianne Roy, aka l’une des chanteuses des Hay Babies, était au Supersonic mardi soir. Mais pas de folk ou de banjo cette fois-ci. Pour son projet solo, la jeune canadienne devient une rockeuse au cœur tendre et à la guitare énervée.

De la guitare saturée, des breaks de batterie et une voix nonchalante et traînante. Laura Sauvage c’est du rock en anglais brut, franc et sale comme on aime. Ornée d’une casquette de marin, les bras tatoués et la guitare saturée, elle nous promène depuis le rock indie des années 1990 jusqu’aux garages où l’on crie les petites choses de la vie qui nous agacent.
Mais Laura Sauvage ne crie pas, elle chante d’une voix élégante bien que grave et peu articulée. Seule à la guitare, sur « No Direction Home », elle est touchante. Sur « Cyanide Breath Mint », elle est sensuelle. Parfois, lorsqu’elle monte dans les aigus et se fait accompagner de ses musiciens choristes, on se délecte d’une harmonie délicate des voix, reposant sur les jolis enchaînements de guitares comme avec « Jesus Wants to be my Buddy ». Parfois encore, elle est juste un peu vénère. On reconnaît les titres de son premier EP Americana Submarine, le sublime « You’ve Changed », ou de son premier album Extraordinormal sorti au Canada au printemps dernier.

À LIRE AUSSI >> On a écouté : « Americana Submarine » de Laura Sauvage

La musique est belle et la voix pleine d’une chaleur envoûtante mais malheureusement la balance n’avait pas dû être prise au sérieux.
Avec le son des guitares poussé au max et la batterie qui frappe (bien trop) fort, nos oreilles en ont pris plein les tympans, et les mélodies étaient complètement noyées dans une masse brouillonne. Pour ne rien arranger, le public était plus occupé à se raconter les derniers potins qu’à écouter/respecter le groupe sur la petite scène du Supersonic.
Un son raté, trop fort et pas équilibré, qui gâche malheureusement le set d’une Laura Sauvage qu’on attendait en France avec impatience. Soirée mitigée donc, mais on prend rendez-vous pour le prochain show.

► L’EP Ordinormal sortira en France le 24 février chez Simone Records/Roy Music.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Texte : Jeanne Cochin | Photos : Emma Shindo

Advertisements

Laisser un commentaire