Johanna Wedin : « Faire un duo avec un homme laisse tout de suite croire aux gens que c’est l’homme qui fait tout »

COUP DE GUEULE – Johanna Wedin du duo Jo Wedin et Jean Felzine a tenu à réagir au sujet du chronique d’album dans laquelle elle est cantonnée au rôle de la fiancée qui chante. 

Chronique du sexisme ordinaire. Dans la musique, il y a en beaucoup. Parmi les journalistes musicaux aussi. Beaucoup. La presse musicale, c’est un milieu où les femmes ne sont pas nombreuses. C’est aussi un milieu où certains journalistes pensent qu’une femme qui chante à côté d’un mec, c’est un accessoire, l’adorable idiote, le petit élément glamour en plus. Alors non. Les femmes créent aussi. Les femmes chantent, composent, écrivent des chansons. Elles sont à la guitare, aux claviers, à la batterie, elles CRÉENT. Ce n’est pas la poupée qui sourit et qui chante les paroles qu’un garçon aurait écrit pour elles, parce qu’elles ne sont bonnes qu’à ça, les femmes. Johanna Wedin, du duo Jo Wedin & Jean Felzine écrit, compose. Elle crée. Et, elle a tenu à réagir à une chronique parue dans le magazine Technikart au sujet de leur premier (et super) album. Guess why, le journaliste s’est foiré. Pour lui, elle n’est que la fiancée qui chante. Et le pire dans tout ça, c’est que si ça se trouve, il ne s’est pas rendu compte qu’il a fait tout ce qu’il ne fallait pas faire à part enfiler des perles de sexisme. Voici ce qu’elle écrit :

« On dit que toute pub est une bonne pub. Je ne suis pas d’accord. Je ne connais pas l’homme qui a écrit cette chronique, mais ça a en quelques secondes ruiné l’enthousiasme que j’avais de sortir l’album du duo que je forme avec Jean Felzine. Faire un duo avec un homme laisse tout de suite croire aux gens que c’est forcément l’homme qui fait tout. Par contre je ne crois pas qu’on ait dit que Fred Chichin faisait chanter sa fiancée Catherine Ringer. Dans cette chronique, le rôle qu’on me donne c’est que je suis blonde et suédoise, une « viking » sans aucune volonté propre. On ne dit pas que l’histoire a commencé comme mon solo, qu’en créent ce duo j’ai retrouvé la flamme. On ne dit pas si les chansons que je fais sont bonnes ou pas. Il suffit pourtant de regarder derrière le disque pour voir qui fait quoi. On ne parle pas du chant de Jean d’ailleurs, presque jamais, alors qu’il y a plusieurs duos et des chœurs sur le disque. Il chante vraiment bien et il a une voix magnifique. Si on ne parlait pas de ma voix, il ne resterait vraiment rien sur moi, que mes cheveux blonds – fausse blonde d’ailleurs. Et il ne faut pas oublier que la voix et bien chanter, c’est souvent réservé aux femmes. Je ne sais pas si je ferai un deuxième disque à côté d’un homme, car la seule manière pour une femme de se faire prendre au sérieux c’est de tout faire en solo, mais ce que je sais, c’est que je suis triste pour ce pays qui n’a pas fait plus de progrès aujourd’hui. »


À LIRE AUSSI

Les ‘Entendus à la rédac’ sexistes qu’on ne voudrait plus jamais entendre
Du sexisme dans la culture : mais où sont les femmes ?
MAI et Thos Henley : un vent folk souffle sur la Loge

 

Advertisements

Laisser un commentaire