Ozark : après une saison 1 dense, une saison 2 intense

NETFLIX – Ozark avait probablement été la série la plus sombre et complexe de Netflix en 2017. Sa saison 2, disponible depuis le 31 août, nous replonge dans l’univers captivant de la famille Byrde de manière magistrale.

Petit rappel des faits. Ozark, c’était la série qui te plongeait en 10 épisodes dans la situation familiale compliquée des Byrde. Une famille qui quittait Chicago pour la région des monts Ozarks, en plein cœur du Missouri, avec des valises de billets cachées sous les lits de leur chambre de motel. La raison? Un père qui blanchissait l’argent d’un cartel de drogue mexicain et qui venait de voir son ami et associé se faire assassiner par les barons de la drogue. Une seule solution pour ne pas finir de la même manière : promettre de reprendre le flambeau et de blanchir encore plus, encore mieux, en partant loin. Bien sûr, la situation ne s’arrêtait pas là puisque Marty devait, en plus de gérer cette pression, maîtriser l’adultère de sa femme, vite réglé par un « suicide organisé » de l’amant. Bref, il était clair que tout cela finirait par sombrer. Et c’est en attendant de voir comment qu’on s’est retrouvé accrochés à cette série.

Une saison 1 nécessaire, une saison 2 explosive

Parce qu’entourée comme elle l’était, cette famille DEVAIT sombrer, c’était évident. Déjà, à cause de cette communauté de rednecks dans laquelle ils s’installaient. Les Langmore d’abord, famille de petites (et grosses) frappes qui en voulaient après leur argent. Les Snell ensuite, couple de trafiquants de drogue qui entendait bien garder le monopole de la région. Rachel, avec son entreprise, était l’espoir que les choses iraient dans le bon sens. Et Buddy, vieil homme malade à l’humour acide, seul soutien inattendu. Mais ils ne faisaient pas le poids face aux dangers extérieurs comme l’agent du FBI Petty, et Del, représentant du cartel censé veiller sur le bon déroulement des opérations. On passe les détails palpitants, Del finissait assassiné par les Snell en fin de saison 1, c’était déjà incroyable que tous les Byrde aient survécus jusque là, pas moyen que ça dure. Alors même si on avait trouvé la saison 1 parfois difficile à suivre, et finalement assez classique par sa mise en scène, on attendait la saison 2.

Et on a bien fait de s’accrocher. Tout ayant été parfaitement posé auparavant, la série a pu gagner en clarté, et laisser toute place à l’évolution des personnages principaux. À commencer par la jeune génération, avec les enfants Charlotte et Jonah, qui prendront (ou pas) leur place dans ce schéma familial insensé. Ruth et Wyatt Langmore eux aussi seront au centre de quelques intrigues, permettant ainsi à Julia Garner (Ruth) de démontrer toujours plus ses talents. L’arrivée de Janet McTeer dans le rôle de l’avocate du cartel, Helen, viendra ajouter une dureté implacable à la saison. Elle est l’épée de Damoclès du cartel qui plane au-dessus des Byrde, mais permettra peu à peu également l’émancipation de la famille.

Un changement de paradigme

Car oui, cette saison 2 va nous prouver que les Byrde n’ont finalement pas de destinée toute tracée. Pourtant, chaque épisode de cette deuxième saison nous enserre dans un étau en même temps qu’eux. On voit le piège se refermer, les difficultés s’enchaîner et s’accumuler toujours et encore. Mais un changement d’équilibre va permettre le salut de la famille. Ce changement d’équilibre, c’est Wendy qui en est à l’origine. La mère de famille, parfaitement incarnée par Laura Linney, ferait presque de Marty Byrde un personnage secondaire, tant elle finit par prendre enfin les choses en main, et mener à son terme le projet fil rouge, la solution pour répondre aux exigences du cartel : l’ouverture d’un casino. Si le choix de Jason Bateman avait été incroyablement salué l’an passé, inutile de dire que celui de Laura Linney était un coup de génie enfin démontré cette année. Ozark sera une preuve supplémentaire que cette femme est l’une des meilleures actrices de notre époque.

La fin de saison laisse entrevoir les possibilités d’une suite. Entre nous, on adorerait que tout s’arrête ici. Comment surpasser les 10 épisodes qu’on vient de s’enchaîner ? Mystère. Mais il semblerait que Mark Williams et Bill Dubuque, les créateurs du show, n’aient pas dit leur dernier mot. Une chose est sûre : ce sera le début d’un tout nouveau cycle pour les Byrde.

À LIRE AUSSI
>> Insatiable : une série Netflix ridiculement indigeste

Advertisements