Ramon Mirabet : folk et soul music venus d’Espagne (interview)

Ramon Mirabet, s’est fait connaître chez nous en participant à l’émission la Nouvelle Star. Malheureusement pour lui, ce n’était pas tellement la configuration qui lui a permis de démontrer son véritable talent. Démonté par la presse et par le jury, Ramon ne s’est pas laissé abattre, et il prépare son projet bien à lui, avec ses influences entre soul et musique folk. De quoi réjouir nos oreilles, déjà conquises par la voix éraillée du jeune homme.

Comment te sens-tu maintenant que tu as quitté la Nouvelle Star ?

Je me sens super bien, et je suis super content d’avoir vécu cette expérience et de voir François et Luce en finale. J’ai vécu des choses vraiment intenses. Mais pour moi c’était très difficile parce que j’ai du faire des chansons qui ne me ressemblent pas. Mais en même temps c’était super intéressant de faire des titres en français, ou des chansons un peu plus commerciales pop/rock. Je suis très content d’être arrivé troisième, je voulais laisser la finale pour François et Luce. J’étais vraiment content de sortir et soulager, j’ai la chance maintenant de faire ma musique et d’être critiqué pour ce que je vais faire et pour ce que je suis.

Est-ce que tu t’es senti desservi par les chansons que tu as dû interpréter ?

Avant de commencer la Nouvelle Star je savais que c’était le genre d’émission avec une direction commerciale. C’est la télé, il y a beaucoup de monde qui regarde, tu ne peux pas chanter n’importe quoi, tu ne peux pas chanter du Ray Charles ou du Ben Harper. Il faut faire plaisir au grand public. C’était quand même intéressant parce que ce n’est pas mon pays, ce n’est pas ma langue, et puis je voulais voir comment je pouvais me débrouiller dans un endroit qui n’est pas fait pour moi.

Comment se passait le choix des chansons ?

Au début on arrive avec une liste de chansons qu’on propose à la rédaction, mais le problème c’est que les chansons que j’avais mis ne collaient pas avec l’émission. Il fallait concilier avec mes chansons, les choix de la production et le style de l’émission. Donc du coup, j’ai eu un peu de mal au début à accepter les chansons. Mais après tu te dis que c’est un jeu et qu’il faut suivre les règles. Au dernier prime par exemple j’ai chanté une chanson en espagnol que j’aurais jamais choisi de chanter, « Besame Mucho », mais au final j’ai pris beaucoup de plaisir, pareil pour « Osez Joséphine ».

Qu’est ce que tu aurais aimé chanter ?

J’aurais bien voulu chanter « Mess Around » de Ray Charles, ou des chansons de Ben Harper. J’ai chanté Bob Marley, No Woman No Cry, mais j’aurais préféré chanter « Redemption Song« , ou des chansons moins connu. No Woman No Cry ce n’est vraiment pas ma préférée. Mais, il faut choisir des chansons qui sont des tubes de chaque groupe. Quand j’ai compris ce principe, j’ai commencé à prendre du plaisir.

Pendant l’émission le jury s’est un peu acharné sur toi, comment tu l’as vécu ?

C’est normal, je pense que dans l’émission, le jury et moi on a un peu suivi la même évolution. Si on revient à l’époque des castings, ils ont vu ce que je voulais faire. J’ai mélangé du Bob Marley, du Ray Charles, du Sting, j’ai mélangé les chansons et j’ai proposé des trucs originaux, ils ont vu que j’avais envie de montrer quelque chose et ils attendaient beaucoup de moi. Mais peu à peu, pendant l’émission, je n’arrivais pas à trouver ma place. Je pense qu’ils étaient un peu déçus de moi, même moi j’étais déçu. Et en même temps, le public a vu ma fragilité, il a vu que j’essayais d’être généreux même si je n’étais pas à l’aise, et du coup il a voté pour moi.

Est-ce que tu penses que c’est parce que le jury a été très dur avec toi que le public t’as autant soutenu ?

Le pire c’était un peu avec No Woman No Cry, une chanson je connais par cœur, et que j’ai joué plusieurs fois à la guitare. J’aurais pu l’interpréter d’une autre manière, mais pendant ce prime je voulais jouer avec le jury qui avait été un peu méchant avec moi la semaine d’avant. C’était super facile de jouer avec eux, j’ai pris la chanson, je me suis un peu baladé sur la scène, je l’ai chanté à la façon d’un Julio Iglesias, ça a provoqué le rouge du jury, leurs critiques ont été un peu nuls et pas vraiment constructives, cela a provoqué une réaction par rapport au public. En fait, c’était prévisible de connaître la réaction du jury et de savoir ce qu’il allait penser. Je savais que ce n’était pas mon style de jouer le crooner, mais comme il voulait me voir comme ça, je leur ai montré ça.

Cette étiquette de latin lover que le jury a voulu te coller te dérange-t-elle?

Je l’ai très mal vécu au début de l’aventure parce que ce n’est pas mon image, ce n’est pas ça que je voulais montrer. C’est dommage, c’est la société qui est comme ça, on a besoin de cataloguer les gens. Moi je suis venu de Barcelone, donc forcément… j’ai essayé de me battre contre cette image mais c’est impossible, au final j’ai du l’accepter, et  j’ai joué un peu avec même si ce n’était pas le vrai Ramon. Mais bon, c’était intéressant de jouer un autre rôle. De toute façon je savais que je ne pouvais pas montrer mon univers.

Tu dis que tu ne pouvais pas montrer le vrai Ramon, dans ce cas qui est le vrai Ramon ?

C’est un mec super simple, qui est toujours sur la route, toujours à l’arrache, qui joue dans la rue, qui fait ses compositions, qui parle de choses qu’il n’aime pas dans la société et qu’il aimerait changer, et non pas un lover, ni un crooner. Juste un mec simple qui essaie de transmettre son histoire.

As-tu des plans donc pour l’après Nouvelle Star ?

Je suis en train d’enregistrer mes propres compositions, j’en ai déjà joué sur le plateau de Morandini, et aussi sur le plateau du Grand Journal de Canal +. Je vais vraiment essayer de profiter de cette expérience et surtout de m’en servir.

Quel est ton pronostic pour la finale ?

Les deux ont leur chance. Je pense Luce. Elle a très bien réussi, alors qu’au début elle avait un de mal, elle n’avait jamais fait de scène, comme moi. Mais elle a fait beaucoup de théâtre ça l’a aidé, du coup elle a très bien pris chaque chanson et elle les a amenés dans son univers. Elle a offert des moments très intenses. François a eu un parcours exceptionnel, il a très bien travaillé, et puis il a un univers déjà fait. Pour moi, c’est comme un frère, et même s’il ne gagne pas l’émission il peut très bien être une nouvelle star.

En Espagne, il y a une émission équivalente à la Nouvelle Star qui s’appelle Tienes Talentos, ça ne t’as jamais traversé l’esprit de t’y inscrire ?

Non, ce genre d’émission de téléréalité je n’aime pas ça. Et en Espagne ça n’aurait pas été intéressant pour moi, parce que je sais déjà que je ne ferais pas ma musique. En France c’est différent parce que c’est une autre culture, une autre langue. J’ai fait des chansons en français, et puis même si j’ai fait des chansons  qui ne me ressemblent pas c’était intéressant. J’ai quand même eu la chance de faire des reprises, de travailler avec des musiciens qui jouent en direct.

Donc tu ne regrettes pas d’avoir participé à la Nouvelle Star ?

Même si je savais que ce n’était pas mon truc, j’ai très bien vécu l’aventure, j’ai appris beaucoup de choses, j’ai rencontré des gens géniaux. Et puis maintenant c’est le moment de montrer ma musique, mes vidéos et d’aller jusqu’au bout avec ça. Donc non, je ne regrette pas du tout, c’était une très belle expérience humaine.

Propos recueillis par Sabine Bouchoul pour Musiquemag.Com

Advertisements

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.