That Obscure Object Of Desire : « On essaye de faire de la musique expressive et sauvage »

Un gars, une fille. Une musique à la croisée des chemins, entre trip-hop et électronique, un univers bien à eux nourrit d’influences aussi bien musicales que cinématographique, That Obscure Object of Desire est le duo qui fait frissonner. On a rencontré Laurent et Astrid, juste avant leur concert à l’Espace B en juin dernier. Ils nous parlent de leurs maîtres, de leur musique et la scène musicale française actuelle.TOOOD3

Si je vous dis Portishead ?

Laurent : Les maîtres (rires). C’est un groupe que je n’écoutais pas trop dans les années 90, que j’ai découvert sur le tas. Dans les années 90 quand eux ils étaient connus, j’écoutais plutôt de l’indo-rock, j’étais plutôt Smashing Pumpkins, post-grunge etc. Et quand ils ont sorti « 3 » là c’était la grosse claque.

Astrid : C’est un peu la même pour moi, après je les connaissais peut-être un peu plus ado . J’ai vraiment commencé à les écouter à la fac, quand je commençais moi même à m’intéresser de près à l’électronique, puisque c’est vrai que jusque là j’avais plutôt une culture assez pop-rock voire Brit-pop ; quand j’étais collégienne j’étais assez fan de Blue, ce genre de choses. Je pense que quand le trip-pop était à son âge d’or on était peut-être un peu trop jeunes pour vraiment vivre le truc en temps réel. Je pense que c’est en réécoutant cela que je me suis rendue compte que c’était une musique qui me touchait et qui me correspondait aussi en tant que chanteuse, surtout « 3 », qui est un album vraiment hyper riche, hyper narratif. J’ai eu la chance de les rencontrer puisque j’ai été journaliste pendant quelques temps, j’ai pris le thé avec eux sur la Place Vendôme et c’était assez particulier comme ambiance. Je m’attendais à des gens froids, parce que avec leur musique on a une image assez froide, assez distanciée, et en fait les deux membres principaux – puisqu’elle fait jamais d’interview – étaient hyper sympathiques, hyper chaleureux, très accueillants, ils m’ont servi le thé voilà. Ils n’étaient pas du tout hautains, et il n’y avait pas du tout de distance à laquelle je m’attendais.

Le cinéma vous inspire-t-il ?

Astrid : Ma grande passion. J’ai fait des études de cinéma

Laurent : Mais par rapport à Toood ?!

Astrid : Non mais tu rigoles mais mine de rien tout mon « background » participe aussi à ce que je fais dans le projet , et le cinéma m’inspire autant que des groupes en fait. On fait une musique qui est narrative, très ambiante, très visuelle, qui emprunte pas forcément à du cinéma d’auteurs chiant – ce n’est pas une pause bobo – c’est vraiment un besoin de créer des ambiances et de faire voyager un petit peu l’auditeur. Nous on est très fans de Cronenberg, j’adore Bergman, De Palma, Hitchock. Citer Lynch c’est un peu cliché mais bon on l’aime bien quand même David… (rires)

Laurent : C’est vrai que toutes ces musiques assez cinématographiques, car on est très narratifs dans notre démarche. On travaille sur des morceaux, des ambiances, des climax, on travaille sur la narration pour y arriver, un peu comme dans le cinéma.

D’ailleurs, est-ce qu’on vous le dit souvent que votre musique est très cinématographique ?

Laurent: Oui.

Astrid : Assez oui, on est content car ça veut dire que les gens comprennent à peu près ce qu’on fait. S’ils disaient que c’était festif on aurait du mal à comprendre.

Laurent : C’est vrai que c’est une bonne chose, parce que ça montre aussi que les gens s’approprient assez ce que l’on fait, qu’ils mettent leurs propres images sur ce que l’on fait et ça c’est intéressant.

Vous avez écouté le dernier album de Lynch d’ailleurs ?  Qu’est-ce que ça vous inspire ?

Astrid : Ca m’évoque une mèche un petit peu folle, un type qui devrait faire des films plus souvent.

Laurent : Je ne suis pas super fan de ce qu’il a fait dans la musique

Astrid : Moi j’ai bien aimé cet album qui est sorti en 2011. Après le problème de Lynch, c’est un peu comme au cinéma, c’est qu’il trouve un truc et qu’il tourne autour 50 000 fois. C’est un artiste qui malheureusement montre très vite ses limites, j’ai l’impression qu’il ne se donne jamais de défis en fait, il est conforté dans son petit truc, voilà, je suis un auteur de cinéma un peu décalé machin, j’aime bien les trucs de psychanalyse et tout, mais au final il ne nous surprend plus, il va toujours nous enchanter nous émouvoir pour provoquer des choses un petit peu dérangeantes et belles mais ne va jamais taper pile à côté de ce qu’on attend, et c’est un peu dommage. Après moi je l’aime bien dans le sens où il n’en a rien à foutre il va à son rythme et il fait ce qu’il a envie de faire, il a ce pouvoir là et c’est plutôt louable. C’est quelqu’un qui s’est fait réapproprié par plein d’artistes et lui s’en fout complètement.

Laurent : Moi je n’aime pas trop. Je ne me force pas à écouter.

Astrid : J’aime Lynch, j’ai étudié Lynch et il y a sûrement un peu de Lynch dans Toood, mais après je n’ai pas envie de m’accrocher à cette référence.

Laurent: Lynch par rapport à Toood, je ne sais pas s’il y a beaucoup de Lynch dans Toood. On essaye dans notre musique de faire la fusion entre différents types d’instruments, différents genres, que ça soit plutôt électronique ou organique, et de faire cette fusion assez convaincante. On n’hésite pas à travailler sur des rythmes qui sont plutôt hip-hop, rajouter pas mal de synthé, plutôt de la musique indé, remixer ça avec de la voix.

 Si je vous dis : les 90’s ?

Laurent : Ah les nineties, où êtes-vous ? Pour nous c’est une période qui nous est assez chère parce que c’est la période de musique dans laquelle on a grandi. Je pense que tu chéris toujours un peu les premiers morceaux que tu écoutes quand tu es adolescent car c’est des morceaux sur lesquels tu cristallises beaucoup de choses dans ta vie. Nous on est des enfants des nineties et je pense que ça se ressent dans la musique de Toood.

Astrid : Après on n’est pas passéistes, on ne peut pas dire « c’était mieux avant » mais c’est juste qu’on peut dire que c’est notre madeleine de Proust clairement. On vit très bien avec notre temps, que ce soit avec les outils, les machines, on s’intéresse à ce qu’on fait actuellement.

Laurent : C’est vrai qu’en ce moment il y a un gros revival des années 1980 …

Astrid : Nous on est un peu à côté du revival du coup.

Laurent : On est trop jeunes pour pour l’instant à mon avis. C’est les personnes qui ont 10 ans de plus que nous qui doivent maîtriser

Astrid : On sera peut-être tendance dans 10 ans (rires)

Le minimalisme est à la mode, êtes-vous minimalistes ?

Laurent : En fait dans Toood on essaye d’être minimalistes mais on n’y arrive pas. Quand on travaille sur des titres on essaye de vachement se limiter au niveau des instruments. Et puis c’est plus fort que nous on en rajoute des caisses sans arrêt.

Astrid : Il y a tout le côté baroque qui ressort.

Laurent : Exactement, parce qu’on a un côté baroque un peu romantique. On essaye de partir dans une démarche minimaliste mais ce n’est pas possible. Echec absolu.

Astrid : Finalement peut-être que le minimalisme ne correspond pas totalement à notre ambition de narration. En tout cas c’est vrai qu’il y a beaucoup d’éléments qui se greffent petit à petit.

Laurent : On essaye de faire de la musique assez pleine, assez expressive, sauvage. Même si l’on se met des carcans au début on est obligé de les exploser..

TOOOD

L’autoproduction, ça vous convient ?

Laurent : L’autoproduction c’est la vie (rires). Artistes qui nous lisent, auto-produisez vous ! Je pense que c’est devenu quelque chose d’obligatoire aujourd’hui pour tous les artistes qui débutent. Après tout est éternellement relatif, mais disons que tu ne peux plus vraiment à l’ère d’internet définir un projet musical uniquement en terme de partitions. Les gens sont habitués à juger des mp3. En tant qu’auditeur quand tu veux découvrir un groupe, tu veux découvrir des sons, et donc le support de production fait partie de la musique.

Astrid : Dès la première démo franchement.

Laurent : La qualité de la démo, est aussi importante que la qualité de la partition. Du coup la production c’est un aspect important d’un groupe de musique. L’auto-production c’est l’appropriation de cette partie par le groupe.

Astrid : Toood c’est totalement le cas, puisqu’on est complètement autonomes, on est libres, Laurent gère vraiment tout l’aspect production/compositions. Après dans le processus peut-être qu’on y reviendra plus tard car les choses se dispersent un peu plus mais en tout cas on a les éléments, on a les outils pour produire ce qu’on veut faire. L’avantage c’est qu’on n’a pas de deadline, on n’a pas de contraintes de prix, de studio à payer, de mecs à louer,

Laurent : Je pense que c’est obligatoire aujourd’hui. A moins d’être super riche ou super pistonné t’es obligé de t’auto-produire.

Astrid : L’EP on l’a fait seul de A à Z sauf le mastering, avec deux personnes qui nous ont aidé pour les visuels même si les idées viennent de nous. C’est important pour nous d’avoir main-mise sur tout pour l’instant surtout qu’on est que deux. On est hyper-complémentaires au niveau des aptitudes, et on arrive à bien gérer ça sans avoir l’impression d’être submergés, même si on est submergés ce n’est pas un sentiment oppressant. C’est plutôt de l’excitation, on a envie de faire les choses. C’est du boulot. Donc oui on est auto-prod, mais Laurent a produit sa propre structure sur laquelle il envisage aussi de sortir autre chose, ce qui nous donne un cadre administratif un peu plus solide, et pas juste dire « on a fait ça dans la cave ».

Laurent : Parce que je n’ai pas de cave.

Donc, aujourd’hui on peut très bien s’en sortir sans label …

Astrid : Ca dépend pour quoi.

Laurent : Effectivement tu as une partie du métier des majors qui est mise à disposition en terme de production mais aussi en terme de communication à n’importe quelle personne. Après c’est quelque chose qui est assez nouveau, il y a cinq ans ce n’était pas aussi développé et à mon avis dans cinq ça sera encore plus développé. C’est pas encore assez mature, mais néanmoins on a de plus en plus la possibilité de faire une partie du boulot des majors. Après indépendamment de ça, ça ne veut pas dire que le boulot que font les majors est un boulot qu’il ne faut pas faire. Ca ne veut pas dire que les majors vont disparaître, c’est toujours un boulot à faire. Il y aura toujours beaucoup de boulot à faire, il y a toujours beaucoup de contacts à avoir. Mais c’est vrai que c’est plus facile de produire de la musique aujourd’hui qu’il y a vingt ans.

Astrid : C’est plus facile de sortir aujourd’hui quelque chose tout seul et de présenter un produit relativement fini à une maison de disques. Et actuellement c’est ce qu’elles cherchent. Il n’y a plus trop le fantasme du « on va chercher quelqu’un dans la rue, en faire une star et on tout lui faire de A à Z. Maintenant ils sont un peu « paresseux » parce que justement internet, parce que l’informatique, parce que les logiciels, les gens peuvent gérer leurs propres mixs. Ils sont plus à la recherche de projet qui sont avancés en terme de maturité. C’est parce que c’est complémentaire parce que quand tu es autoprod tu peux gagner cette indépendance et ça peut être une carte de visite pour les labels qui sont paresseux. C’est une façon de parler.

Que pensez-vous de la scène musicale française ?

Laurent : Je trouve que depuis quelques années, ça se renouvelle pas mal, on sent qu’il y a une dynamique qui est importante depuis 2-3 ans. Je n’étais pas très fan de la période bébé-rockeurs, depuis ça il y a eu une petite retombée et là il y a une nouvelle scène qui arrive qu’est pas dégueu.

Astrid : Qui est plus éclectique, plus ouverte. C’est le live qui a repris pas mal d’importance. Les gens retournent voir des concerts. C’est aussi motivant de créer un projet pour le live, de ne pas uniquement faire des choses pour le studio puisque au final tu vas sortir un truc et personne ne va te voir le jouer. Un groupe de musique actuel, qu’il soit pop, rock, électronique, world, jazz, manouche, n’importe quoi, il y a le live et le studio, les deux c’est fifty fitfty. Ce qui est plaisant actuellement c’est que quand tu vas dans des festivals ou sur des plateaux organisés par des tourneurs et tout dans des plus ou moins grandes salles à Paris ou ailleurs, c’est que tu as le choix dans les nouveaux groupes français, il y en a pour tout le monde. C’est plus varié et c’est assez stimulant quand tu fais toi même de la musique, c’est encourageant de voir cette d’effervescence de jeunes groupes qui commencent à avoir des petits buzz, à faire des dates intéressantes, de voir que des médias de « masse » s’y intéressent. On est contents nous d’évoluer enfin. Disons que le paysage français musical n’est pas dégueux en ce moment, La Femme, Lescop, Robin, Juveniles, AV, Puss in Boots et ça donne envie de faire notre petite route.

Advertisements

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.