Rock en Seine, jour 3 en 7 points marquants

Après une journée Electro en Seine, ce dernier jour est vraiment sous le signe du wock and woll. On retiendra quelques jolis concerts. Des grosses déceptions. Voilà ce qu’on aura retenu de ce troisième jour.

Lana Del Rey Ultraviolence

1. Cloud Nothing, très sale, très rock. Trop peut-être au vue de l’heure. On est en plein après-midi et le public est plus en mode pique-nique sur l’herbe que pogo torse nu, c’est dommage.

2. Le show à l’américaine de Janelle Monae. Qu’on aime ou pas, la nénette a le mérite d’interagir avec le public de Rock en Seine et de le faire bouger. Chose rare à St-Cloud.  La scénographie est hyper étudiée et soignée, tout en noir et blanc. Elle arrive en fauteuil roulant et camisole de force et lâche les chevaux une fois que son band enfourche les instruments. Une grande messe soul.

3. Queens of The Stone Age et Rock en Seine c’est une très longue histoire d’amour. Ils détiennent même le record de participations ici, ce qui explique sans doute pourquoi, cette fois-là, on n’a pas vraiment été transcendé et porté par le set sale et rugueux de Josh Homme et ses copains. Pourtant, ils commençaient fort : « No One Knows », ils déroulent leurs chansons cultes, de « Songs for the Deaf » à « Like Clockwork ».

4. Petit Fantôme. Trois membres de Francois and The Atlas Mountains se sont échappés pour un side project pop onirique qui sait partir quand il faut, et se poser au bon moment. Hipsters et presse hype sont là pour écouter en live les titres de la mixtape offerte quelques mois plus tard. C’est très beau mais on regrette le son mauvais qui nous a pas vraiment permis de comprendre les paroles. Dommage.

5. Elles sont belles, elles chantent bien, elles ont les cheveux de toutes les couleurs et font une musique si planante et brûlante qu’elles nous envoient au septième ciel. Warpaint a sans doute offert le plus beau set, aérien, du festival.

6. On aurait aimé voir Forever Pavot… mais impossible de rentrer dans la tente Ile-de-France… À un moment donné, il va falloir se rendre à l’évidence que cette idée de planter une tente de 200 personnes au beau milieu d’un festival à quelques mètres de la grande scène, c’est naze.

7. Lana Del Rey. Quoi dire sur ce live à part « Ouai, on le savait que ce serait pas bien ». C’était pas bien effectivement. Pas catastrophique au vue de ses premiers concerts. Certes. Le problème avec Lana, c’est qu’on a l’impression de voir une poupée apeurée voire terrifiée qui ne comprend pas vraiment ce qui lui arrive. Ses yeux sont dans le vide, le regard est éteint, la voix tremblotante quand elle n’est pas doublée, les mouvements sur scène gauches et les déplacements maladroits. La Grande scène est justement trop grande pour elle. Elle erre comme une âme en peine avec son spleen et sa dépression noire en guise de manteau. Elle est bien obligée de chanter, mais on sent bien que c’est plus une corvée qu’un plaisir. On a mal pour elle et on éprouve encore plus de sympathie et on se dit surtout que non, on n’ira pas la voir en concert.

 

 

 

 

Advertisements

Une pensée sur “Rock en Seine, jour 3 en 7 points marquants

  • 27 août 2014 à 20 h 00 min
    Permalink

    Lana Del Rey en quasi tête d’affiche, sur un festival de supposément rock, c’est un PUTAIN DE SCANDALE ! Et j’écoute pourtant d’une oreille ce qu’elle chante sur CD, j’ai rien contre, mais en live, cette jeune femme n’a rien à faire sur une scène de concert, ELLE CHANTE FAUX. Ce n’est pas un reproche ou un sujet à débattre, c’est un triste constat, n’importe quelle participante aux qualifications de The Voice chanterait mieux qu’elle ! Le personnage de papier glacé et numérique on en pense ce qu’on en veut, je m’en fous complètement des polémiques en tout genre, mais ce personnage doit rester en format papier et ne peut décemment monter sur scène devant 40 000 personnes à RES, c’est du foutage de gueule ! Mais voilà, peu importe, elle a fait la démonstration de tout le bien que je pense d’elle en annulant son concert le lendemain sous des prétextes fallacieux, donc on passe à autre chose. Pour le reste ce fut un bon cru de RES, même si un peu trop electro/psyché effectivement à mon goût, mais 3 têtes d’affiche qui ont tenu leur promesse, et justifiées à elles seules le prix du pass. Les Arctic Monkeys sont définitivement devenus le meilleur groupe de rock du moment, Portishead est une des meilleures drogues musicales possible et les QOTSA sont… soupir… tellement, mais tellement… Voilà, merci RES !

  • 10 septembre 2014 à 15 h 05 min
    Permalink

    Et Thuston Moore ? Et Stephen Malkmus ? Pas vus ? Dommage…

  • 13 septembre 2014 à 14 h 49 min
    Permalink

    non à mon grand malheur…difficile d’être partout à la fois :/

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.