On a vu : « Bang Gang » d’Éva Husson

Bang Gang (une histoire d’amour moderne) c’est le premier long-métrage d’Éva Husson, un film (qui se veut) sulfureux et provocateur. Malgré de belles images et un sujet audacieux, on se perd en stéréotypes et en jugements moralisateurs.

Le synopsis est simple. Un groupe de lycéens décide, un été sur la côte basque, pour tromper l’ennui et fuir des familles désordonnées (mère décédée, parents absents, père handicapé, …), d’organiser des soirées « Bang Gang » où le sexe, l’alcool et les drogues coulent à flots.

185238

Ce qu’il y a d’intéressant :
– On remarque une forte proportion de cheveux bouclés. Hasard, fétichisme, recherche esthétique ? Je n’ai pas d’explication, mais ça saute aux yeux et c’est assez surprenant !
– George est un prénom très chouette pour une fille.
– Et pour parler vraiment du film, c’est uniquement dans son image que réside son intérêt. Visuellement, le film est réussi. Les lumières sont délicates, les couleurs harmonieuses. Éva Husson filme le cru avec douceur. On passe de plans larges qui montrent la débauche à des gros plans sur des bouches pulpeuse, des verres à demi-vides et les lattes du parquet.
bang-gang-a-modern-love-story-un-histoire-d_amour-modern-eva-husson-finnegan-oldfield-marilyn-lima

Ce qui est décevant (et plombe le film) (attention, la suite comporte quelques spoilers) :
– Le scénario est plat, attendu, sans rebondissement. La blonde sur-sexualisée qui finit par se ranger du côté de la raison et tombe amoureuse du beau brun introverti. La vierge qui s’avère être la plus motivée pour renouveler les soirées. C’est du déjà vu, et du pas-très-subtile.
– La fin du film s’abat comme la punition divine sur les vils adeptes du péché de chair. La luxure est punie : les participants ne se reverront plus, ils sont touchés par la maladie (syphilis !) et la grossesse non désirée (et donc avortement et peut-être même remords d’avoir avorté…). En voix off, quelques temps après les événements, les personnages principaux se repentent et expriment leurs regrets. C’est long, c’est ringard, ça contredit tout l’intérêt de la première partie du film où les libertés étaient poussées à l’extrême. Décevant.

Dommage, le film aurait dû s’arrêter une demi-heure avant la fin.

Bang Gang (une histoire d’amour moderne), de Éva Husson, avec Finnegan Oldfield, Marilyn Lima, Daisy Broom, … en salles depuis le 13 janvier.

Advertisements

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.