Jalen N’Gonda, la nouvelle voix de la soul

DÉCOUVERTE – C’était un mercredi brûlant à Montréal. Dans la salle climatisée Wilfrid Pelletier, on attendait Lauryn Hill. Avant qu’elle fasse son apparition, une première partie. Comme souvent dans les concerts. L’homme m’est inconnu. Jalen N’Gonda. Je ne m’étais pas renseignée sur lui, pour avoir, le plaisir d’entendre quelque chose de nouveau. Une surprise. Voilà ce que je voulais. Bonne ou mauvaise, peu m’importait. À Montréal, j’avais retrouvé ce truc que j’avais perdu depuis quelques mois à Paris : le frisson de la découverte de nouveaux artistes. Assise dans un coin de la salle, seule, dans un large fauteuil rouge, les écoutilles bien ouvertes. Il est arrivé à 19h30. Pas une minute avant ou après. À l’heure prévue sur le billet. Jalen N’Gonda.

Longue tige filiforme tout droit venue de Liverpool (même s’il est originaire du Maryland). Il arrive comme une rockstar sur scène en lançant un ironique « hello Baltimore ». Son set sera court, mais suffisamment intense pour me donner envie d’en écouter plus. Il a ce côté old school, motown, Stax même qui séduit très rapidement l’oreille. Il n’a pas besoin d’en dire beaucoup pour qu’on comprenne ses influences. Évidemment, on sent qu’il y a les grands artistes soul, blues jazz. Il y a Otis Redding, il y a aussi Ray Charles, il y a Sam Cook et les artistes de la scène soul de Chicago. Jalen Ngonda est un petit-enfant du R&B, le vrai, l’ancien, le rythm&blues des années 1960, ça s’entend avec « Holler », ou encore « She’s Leaving Tomorrow ».

Le garçon est intelligent. Sa voix de velours, il l’a fait naviguer entre modernité et blues traditionnel, accompagné par sa guitare, mais aussi d’une basse exquise et d’un batteur virtuose. Sa musique aux multiples sources n’hésite pas à se nourrir aussi dans les racines du rock’n’roll des années 1960, à la manière de Merseybeats. On dit que la mode est cyclique, la musique aussi. Et si on cherche aujourd’hui la nouvelle génération de soulmen, j’espère que Jalen N’Gonda fera partie du wagon. Pas d’album à écouter pour l’instant, quelques chansons en revanche sont sur Youtube. Je te conseille vivement d’écouter « Holler », « Lonely Girl » et la reprise magistrale du titre de Ray Charles.

À LIRE AUSSI >> Lauryn Hill au festival international de jazz de Montréal : une diva, au sens très large

Advertisements

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.