« Vague » d’Amoure : l’EP baisers et coquillages de ton été

CHRONIQUE – Le trio strasbourgeois Amoure vient de sortir « Vague », un nouvel EP qui sent bon l’été.

Je n’avais pas un super bon souvenir d’Amoure. Je les avais vus en live à Paris pour la tournée de leur premier EP sorti en 2016. J’avais été très déçue par l’énoncé (vendeur) du projet et le rendu effectif. Ça arrive. Comme quoi, il est bon de ne pas être buté et de toujours tendre une oreille curieuse et ouverte à l’évolution de certains projets. Le trio strasbourgeois vient effectivement de sortir un deuxième EP, intitulé Vague. Ce quatre titres est paru chez le label strasbourgeois Deaf Rock Records (The Wooden Wolf, The Blind Suns, Pale Grey…).

Été léger

Ce nouvel EP de Nicolas, Thibault et Julien est un condensé ensoleillé. Il sort à point nommé, avec l’arrivée imminente de l’été. On retrouve leur single « Vague », titre pop tropicale, dansant, aux paroles légères qui donne une furieuse envie de road-trip au Pays Basque. Après la fraîcheur, un peu de « Sable » et d’amour. Un côté collé-serré dans ce deuxième titre aux synthés rétro, à la guitare atmosphérique et à la basse lourde et sexy.

Dans le « un peu moins bien », on n’est pas très convaincus par « Claire ». Une chanson qui plaira certainement aux amateurs de zook et de rimes un peu grossières. Vague se termine avec une reprise d’Étienne Daho. N’étant pas particulièrement amatrice du Monsieur, je ne m’offusque pas de cette version, pas si revisitée que ça, de « Week-end à Rome ». C’est cohérent, plaisant, et ça s’écoute bien. On apprécie le petit clin d’oeil à Starsbourg dans les paroles. Tout ça en restant dans la thématique baisers et coquillages x chemises tropicales.

Si on veut nuancer un peu nos propos, on te dirait qu’on est bien au courant qu’Amoure n’a rien inventé. Il n’y a rien de surprenant, ni de révolutionnaire dans leur proposition. Néanmoins Vague est un EP qui s’écoute sans rechigner et avec un certain plaisir, puisqu’il parvient à nous faire rêver de week-ends à la dune du Pilat. De Golden Hour à Saint-Malo, de longues balades et de vent dans les cheveux à Berck-sur-Mer, ou d’excursions sauvages dans les Landes.

Vague – Amoure (Deaf Rock Records)

Crédit photo : Simon Pagès

Advertisements