Le show époustouflant de Cabadzi X Blier à la Gaîté Lyrique

LIVE REPORT – La Gaîté Lyrique accueillait mardi soir Dampa et Cabadzi X Blier : deux duos aux voix intenses et aux beats électronico-hip-hop.

Mardi soir, la Gaîté Lyrique accueillait deux duo : Dampa et son hip-hop électronique et Cabadzi pour son projet X Blier. Dans la salle, pas tout à fait pleine, on avait la place pour se laisser aller aux ondulations de hanches et mouvements de tête passionnés.

Dampa, hip-hop électronique enflammé

C’est le duo Dampa, tout fraîchement sélectionné pour le prix Ricard Live 2019, qui ouvre la soirée. Huit années après s’être rencontrés lors d’un concert de Cabadzi (!), ils honorent ce soir leur premier concert à Paris. Dampa c’est une voix, celle d’Angéline, qui flirt avec le hip-hop, la soul ou le ragga ; c’est aussi les machines de Victor qui offrent un support électronique riche en sonorités et rythmes groovy. Sur scène, comme dans le public, c’est une vraie émulsion. On danse sans retenue, se laissant volontiers porter par les beats marqués. Le duo termine son set sur « Crises » (single dévoilé en mai dernier et qui a fait l’objet d’un clip).

Cabadzi X Blier, un son et lumière éblouissant

Après une bonne année à écumer les salles de concert, Lulu – Olivier Garnier (chant) – et Vikto – Victorien Bitaudeau (beatbox, percussions et machines) – , s’apprêtent à clore la tournée de leur projet pluri-disciplinaire Cabadzi X Blier. Alors que dans le public on s’approche fébrilement des premiers rangs, la scène se pare de son bel habit de franges. Quatre panneaux amovibles composés de longues et fines franches sont amoureusement peignées avant de servir d’écrans aux projections animées.

Car oui, Cabadzi X Blier c’est un projet pluri-disciplinaire. On y entre d’abord par la musique, électronique et hip-hop, magnifiquement arrangée, mais on y retrouve aussi du cinéma (ayant les répliques de films de Bertrand Blier pour origine), de l’illustration et de l’animation (puisque sont projetées des images dessinées et animées), du costume (les deux compères retirent peu à peu les couches de leur costume, du manteau de laine au marcel blanc), de la mise en scène quasi théâtrale (avec les mouvements des corps et des panneaux), sans oublier les jeux de lumière créant ombres et ambiances (qui illustrent l’intérieur d’un appartement avec fenêtre sur « Reste », ou la puissance électrique sur « Jamais » ou sur « Rouge »).

À LIRE AUSSI >> MaMa 2017 : Clara Luciani, Theo Lawrence & The Hearts, Lysistrata, Cabadzi, retour sur la première soirée

Pluri-disciplinaire et surtout captivant, le spectacle Cabadzi X Blier en est presque addictif. Dans la salle, nombreux est le public qui n’en est pas à son premier concert du groupe. Du devant de la scène, au fond de la salle, on chante les paroles et on se laisse aller à une douce transe. Lorsque le générique de fin défile sur l’écran, le public semble se réveiller d’un rêve intense et bouleversant. On reviendra, c’est sûr.

Setlist : Dansable / Un deux trois / Bouche / Reste / Polaroïd / Oui / Rouge / Fatiguée / Bain / Jamais / Grave

Advertisements