Petit tour d’horizon des Inrocks Lab

Je suis du genre à ne pas savoir choisir. Une vraie fille quoi. Et quand les Inrocks Lab balancent les 15 sélectionnés de la zone Ile-de-France je ne sais pas qui je préfère le plus. Faut dire aussi qu’ils sont très bons et que cette sélection francilienne, elle a de la gueule. Putain. Donc, petits tours de mes chouchous des Inrocks Labs. Ils attendent que tu votes pour eux. Les trois groupes les plus sollicités du concours joueront à la Maroquinerie le 18 juillet pour les demi-finales.

inrokc

Papooz : 

Deux voix : celles d’Ulysse et d’Armand, une guitare un peu jazzy tendance manouche, un soupçon de folk. Accord délicat ou arpège,  on succombe immédiatement à Papooz et à leur musique intimiste et épurée. Point de chichis ici. La batterie se fait discrète, les mélodies sont légères et enjouées, évidemment on veut en savoir plus. https://www.facebook.com/pages/Papooz/294822513905468

Who Makes Anita Shake

Dans leurs influences ils citent Deerhunter. Avec ça, ils ne peuvent être que des bons. Et ils le sont. WMAS c’est trois mecs qui s’amusent et osent  les expérimentations musicales. Un groupe pleine d’audace et de talent. Un univers très cinématographique… Et en plus dans leur clip Cinecittà, ils se déguisent en panda. https://www.facebook.com/whomakesanitashake

Parc

Si l’histoire de ce groupe débute il y a quatre ans, Parc dans sa formule actuelle est tout récent. Boris et Louis chantaient en anglais et lorgnaient un peu sur les Arctic Monkeys et Metronomy. Quelques dates et une démo plus tard, le groupe reprend tout à zéro et opte finalement pour le français. Rejoint par François à la base, Parc s’invente un univers pop, aux mélodies légères et pétillantes. L’influence anglo-saxonne demeure, certes, mais dans une moindre mesure. On garde le côté faussement naïf, les textes très bien écrits et ce français enfin assumé. Surtout on souhaite à ces cousins de Granville, qu’ils prennent le même chemin vers le succès. https://www.facebook.com/Parclegroupe

Match

Quatre mecs aux influences diverses. Ça va de Bon Iver à Gorillaz en passant par Franz Ferdinand. Autrement dit, c’est super variés. Un EP parait il y a peu de temps, avec un titre sombre et efficace ‘Violet’. Une grosse claque dans ta tête.  Mélodie intelligente, refrain imparable et entêtants, un sens des harmonies absolument remarquable. On aime la fragilité et la force qui se dégage des titres, on a envie de dire que Violet c’est le morceau parfait que tout le monde rêve d’écrire. Eux, ils l’ont fait. https://www.facebook.com/wearematch

Sans Sebastien

S’ils étaient sortis en 1984, il est fort probable que Nico et Cyril auraient mis le feu au Top 50. Mais ils arrivent en 2013… et il se peut que ce soit aussi un carton, tant on est dans le revival eighties. Sans Sebastien a tout compris. Il reprend à sa sauce le meilleur des années 80, rajoute un soupçon de modernité, une pincée de kitsh. résultat : un éléctro-pop dansant et irrésistible. https://www.facebook.com/sanssebastienmusic

Moodoïd

Eux aussi ils aiment les paillettes et tout ce qui brillent. Moodoïd c’est du rock glam aux accents psychés, saupoudré de world music. Complètement barré, bizarre aux premiers abor  et terriblement attirant. On sent un peu l’influence de David Bowie sur leur musique, mais avouons que c’est une super influence.  https://www.facebook.com/levascomusic

Le Vasco

On a bien essayé d’expliquer la musique que fait le Vasco mais on y arrive pas. Parce qu’on a pas envie de les enfermer dans un style. Et parce que ce groupe est en dehors de tout ce qu’il se fait actuellement. Oui il y a de l’électro, un peu de rock et de dubstep aussi.  Un peu, mais pas celui qui fait mal à la tête. Il y a aussi une chanteuse au magnétisme incroyable qui te scotche en trente seconde. C’est une débauche d’énergie époustouflante, des t-shirts trempés de sueurs en fin de concert. Bref, va les voir en vrai. Tu comprends pas ce qu’il t’arrive mais tu vas kiffer. https://www.facebook.com/levascomusic

Garçon d’Argent

T’as les groupes qui crachent sur le mainstream et ne jurent que par la musique indé. D’autres qui au contraire, bien indés, kiffent ça. Garçon d’Argent aime tout ce qui brille et ce qui peut se multiplier en des millions d’exemplaires. Ils ne s’en cachent pas, leur musique simpliste est faite pour accrocher l’oreille et pour que l’auditeur danse avec elle. C’est réussi. Les quatre garçons produisent une pop scintillante, sautillante, mélodique influencée, il est vrai, par les années eighties, le twist et les yéyés. Certes c’est léger, kitsch et un peu niais. Mais ça sent l’été et quand on regarde le ciel gris, on se dit qu’un peu de couleurs et de joie de vivre, ça ne peut pas faire de mal ! Ils sont l’un de mes coups de coeurs absolu. https://www.facebook.com/GarcondArgent 

 Pour voter, c’est sur le site des Inrocks.

Advertisements

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.