« Montage of Heck : The Home Recordings » (Kurt Cobain), un album inutile

Le 13 novembre dernier sortait « Montage of Heck : The Home Recordings », un album avec des démos et des chansons de Kurt Cobain soit-disant jamais sorties. Pourtant, en regardant bien le tracklisting, on se dit que la plupart était déjà sur les bootlegs publiés Outcesticide dans les années 1990. Ces démos, elles ont servis au documentaire de HBO « Montage of Heck, sorti en mai dernier ». Un album pas vraiment essentiel pour les fans de Nirvana mais plutôt pour les superfans de Kurt Cobain… Et encore. L’album n’a pas réellement trouvé preneurs, puisqu’il ne s’en est vendu que 5 000 exemplaires la semaine de sa sortie… Quand on lit les commentaires sur internet, les mélomanes fans du groupe grunge sont unanimes : ils n’achèteront pas l’album.

montage

L’album est longtemps resté sur ma table basse. Je ne l’ai pas acheté non plus, on me l’a envoyé. Je me refuse d’acheter les albums post-thunes. C’est qu’au bout d’une semaine (ou deux, je me rappelle plus vraiment), que j’ai daigné jeter une oreille… Je pense que fouiller dans les poubelles de Kurt Cobain est la pire chose qu’on est pu lui faire. Ou qu’on puisse faire à n’importe quel artiste.

Dans le cas de Cobain, c’est encore pire. Sortir cet album, c’est le tuer une seconde fois tellement il est mauvais, inaudible et surtout inutile. Ce ne sont même pas des démos, ce sont des brouillons de démos dans lesquelles on peut entendre des tentatives (ratées) de mélodies, des gémissements, idées jetées à la va-vite, des essais enregistrés avec plus ou moins de sérieux, des tyroliennes et des embryons de chansons tellement gênantes qu’on les penseraient chantés par des amateurs bourrés un soir de Fête de la musique.

A LIRE AUSSI >> Montage Of Heck : l’incursion trop intime dans la vie de Kurt Cobain

Ce n’est pas rendre service au chanteur, ce n’est pas une manière de comprendre le mécanisme créatif de Kurt Cobain, ce n’est pas un trésor de guerre, c’est juste une honte d’avoir oser sortir cet album. Ça tue la magie des chansons. On ne veut pas savoir à quoi ressemble la première ébauche de « Sappy », « Scoff » ou de « Been a Son » (d’ailleurs, même finie, ce n’est pas la meilleure des chansons de Nirvana). On n’a pas envie de savoir ce que donnait la première fois que Kurt Cobain chantait « Something in the Way ».

Il n’y a espérer qu’une chose de ce inutile Home Recordings : qu’il soit un flop complet histoire de bien faire comprendre à Courtney Love et Frances que c’est trahir leur beloved Kurt en tentant de se faire du fric avec le fond (du fond) de ses poubelles… N’ont-elles donc rien compris ? Et par pitié, qu’on arrête de sortir des albums posthumes.

 

 

 

 

Advertisements

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.