On y était : Nord au Point Éphémère

Hier soir, malgré la double affiche annoncée, Nord et ses deux musiciens étaient seuls à occuper la scène du Point Éphémère, le duo Hollydays ne pouvant pas assurer la première partie. Qu’à cela ne tienne, en un tour de sample, le normand dans son costume noir et blanc s’est emparé avec joie et émotion du cœur du public venu nombreux.

A lire aussi >> On a écouté : « L’amour s’en va » de Nord

Pour son premier concert parisien, depuis la sortie en avril dernier de son deuxième EP L’amour s’en va, Nord semble surexcité. Il joue les titres de ses deux EP et quelques autres, dédiant avec des trémolos dans la voix « Elle voudrait » à la chanteuse de Hollydays. Nord est un mec sympa, il fait des blagues, s’amuse avec le public conquis et dissimule mal ses larges sourires.
Dans sa voix scandée presque parlée se cache une émotion violente qui contraste avec les samples et rythmiques électroniques sobres. Du décalage froideur musicale, beat dansant et poésie torturée naît un show hypnotisant. Il n’y a qu’à observer ses yeux fixant le lointain, pétillants et animés d’une passion mystique.

Le public ne tente pas de résister, acquis dès les premières mesures, il se déchaîne progressivement jusqu’à reprendre à tue-tête les chœurs du titre éponyme « L’amour s’en va », joué une seconde fois juste avant de quitter la scène. Car oui, le seul reproche à cette soirée c’est que le set de Nord était un peu court. Mais il revient néanmoins pour deux titres supplémentaires, dont la seconde version de son titre phare, invitant le public – qui ne se fait pas prier –  à chanter : « L’amour s’en va, l’amour de toi, l’amour de moi, l’amour qu’on a, l’amour qu’on a fait autrefois ».
Et quand, sur « Mémorable », Nord scande « C’est le plus beau jour de ma vie », on a bien envie de le croire.

 

L’amour s’en va (EP), sorti le 08 avril chez Low Wood.

 

Advertisements

Laisser un commentaire