On y était : la Nach Party au Flow avec Tim Dup

Au cours de la semaine, Nach avait distillé petit à petit dans nos cœurs une impatience d’enfant avant le 25 décembre. La Nach Party, accueillie par la péniche du Flow, fêtait la fin de tournée pour Nach et ses trois musiciennes. La soirée promettait d’être inoubliable et pleine de surprises. Pari réussi et plus encore.

Sur le pont du Flow, dès 18h on pouvait déguster le cocktail Nach, acheter des t-shirts et tote bags illustrés par Anna Xhaard, des bijoux d’Argument, suivre la Nach TV présentée par Laura Domenge, écouter le set de Lou Rotzinger et le live acoustique d’Ananda. Et à 20h, les choses sérieuses commençaient.

Tim Dup, qui a déjà souvent ouvert pour Nach sur sa tournée, a le beau rôle de chauffer la confortable salle du Flow. Assis derrière ses claviers, éclairé sobrement mais justement, il chante ses titres dans un français mi-abstrait-poétique mi-naïvement-romantique (on note que le jeune homme entame tout juste sa vingtaine d’années). D’un son de piano parfois très classique agrémenté de samples et nappes électroniques et de rythmes sourds, il compose des titres qui touchent.
De sa voix légèrement fêlée qu’il n’hésite pas à pousser dans les aigus, il chante et slam sur l’amour, les rencontres, les rêves d’une vie. Il raconte la folle histoire de « Moïra Gynt » (gros coup de cœur de ce set), jeune fille qu’il a aperçu lors d’un examen il y a deux ans, pour qui il a composé cette chanson, et qu’il a enfin rencontrée pour de vrai la veille. Il nous fait voyager dans le « TER Centre » et « Vers les ourses polaires », on est transportés.

Après près d’une heure de set, Tim Dup laisse la place à celle tant attendue (la salle est déjà presque pleine et personne n’ose sortir de peur de manquer son entrée) : Nach. Lorsqu’elle arrive, la salle explose d’enthousiasme. On aura rarement vu une salle comble autant passionnée. Nach elle-même, sensible à toute cette émotion ne cache pas sa joie, faisant le show sur scène, racontant des blagues, faisait monter des invités surprises. C’est d’abord le violoncelliste Guillaume Latil qui s’installe à ses côtés pour un duo sur « Ce qu’ils deviennent » et « Les Absents ont toujours tort » que Nach reprend de son père, Louis Chedid, avec émotion. La chanteuse présente ensuite, pour la dernière fois, mais avec toujours autant d’affection sa nachine, petite machine à son image : qui chante si joliment les mots d’amour. Ensemble, elles chantent « Lève-toi » avant que le groupe au complet n’entonne un nouveau titre, « Imagine », qui captive le public et annonce de belles choses pour la suite.

Puis, nouvel invité surprise, le frère Joseph (aussi connu sous son nom de scène : Selim), la « meilleure personne au monde », prend sa guitare pour accompagner le Nach crew sur « Juste là ». Le public a pour mission de danser de manière « saugrenue, inventive et engagée » sur « Je suis moi ». Lancée dans son mouvement, la salle entame à l’unisson le refrain de « Oh oui je t’aime ». L’ambiance est électrique, sur scène comme dans la fosse on chante à tue-tête un, on ne peu plus sincère, je t’aime. Pour calmer les ardeurs du public enflammé, Nach et son frère jouent une version acoustique guitare-voix de « T’es haut ». Pour terminer le show endiablé, le public est invité à monter sur scène pour danser sur « Qui c’est celle-là ». Et comme il lui est si difficile de quitter la scène, Nach revient pour un deuxième rappel, seule avec sa guitare et sa voix, chanter (message subliminal) « Je chante encore ». On se souviendra de cette soirée, l’ambiance de feu, la voix merveilleuse de Nach, son sourire et sa bonne humeur incroyablement communicatifs.

À LIRE AUSSI :
> On y était : Nach + Eléphant au Hamac Festival
Le clip du jour : « Qui c’est celle là » de Nach

Photos : Jeanne Cochin

Advertisements

2 pensées sur “On y était : la Nach Party au Flow avec Tim Dup

  • 28 septembre 2016 à 12 h 13 min
    Permalink

    Merci Anna pour toutes ces émotions. A la bouillie à Soso, c’était déjà merveilleux, sur le flow c’était sublime. J’espère te revoir encore souvent. Tu donnes l’envie de t’aimer. Au delà de tes qualités de musicienne surdouée, qui ne t’empêchent pas de rester naturelle et abordable. Tu es une merveilleuse personne. Je t’embrasse.

    Répondre

Laisser un commentaire