On y était : Pomme + Lonny Montem aux Étoiles

le

LIVE REPORT – Le théâtre des Étoiles affichait complet hier soir pour le concert de Pomme. Accompagnée de Mathieu Saïkaly à la guitare, elle nous a une fois de plus envoutés.
Quand on entre dans la jolie salle des Étoiles, le public est sagement assis sur les fauteuils installés là pour l’occasion. La soirée affiche complet et le public est à l’heure.

C’est d’abord Lonny Montem qui se saisit du micro. Revenue de Londres pour l’occasion, la jeune française semble ravie d’être sur scène. À ses côtés un guitariste discret et efficace, dans ses mains parfois un violon qu’elle manipule délicatement à l’archet mais aussi en pizz. Le combo guitare-violon est réussi. De sa voix puissante et limpide elle chante des histoires de voyage et d’amour.

Site | Facebook | YouTube

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pomme fait son apparition au milieu des spots rose et bleu, dans une douce fumée trouble. Son complice, Mathieu Saïkaly, toujours très souriant, semble apaiser ce qu’elle nous confie être du stress. Mais comme toujours la jeune femme est à la fois très concentrée et très généreuse. Son air grave esquisse parfois un large sourire lorsqu’elle balaie la salle du regard.
Au milieu des titres qui ont déjà fait son succès (« De quoi te plaire », « Je t’emmènerais bien », « Jane & John » ou plus récemment « Ce garçon est une ville »), elle présente trois nouveautés, à paraître sur son prochain album. La première, qu’elle dédicace au chien Jean-Louis, fait l’apologie d’une certaine Pauline. Le titre rythmé s’inscrit dans la lignée des « Jolene », piqueuses de mecs. Les deux autres titres s’inscrivent plutôt dans la suite logique des chansons tristes et belles de Pomme, racontant avec émotion qu’elle veut « mourir maintenant et renaître au printemps ».

À LIRE AUSSI >> Pomme « Je n’ai jamais réussi à écrire une chanson joyeuse » (interview)

La présence d’une deuxième guitare ne modifie pas du tout l’émotion à la Barbara qui se dégage de la jeune femme et de sa voix toute-puissante, elle apporte une profondeur et une ouverture bien agréables. Le duo se connaît bien, les titres sont réarrangés avec subtilité.
Pomme reprend Rihanna seule à l’auto-harpe, et Elvis avec Mathieu Saïkaly, pour un « Can’t Help Falling in Love With You » avec la douceur d’une deuxième voix. Et quand elle termine par « J’suis pas dupe », le public entier reprend avec elle les chœurs, sans vouloir ne jamais rompre le charme.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Photos : Jeanne Cochin

Advertisements

Laisser un commentaire