Lorde au Transbo à Lyon : la bien belle surprise !

LIVE REPORT – Notre dimanche soir dernier à Lyon fut nettement meilleur que la moyenne, grâce au concert de la perle Néo-Zélandaise Lorde. 

Même si les principaux tubes de Lorde nous trottent tous dans la tête, il faut reconnaitre que les 46€ demandés pour son concert à Lyon restaient un obstacle assez peu franchissable pour une simple amourette de radio… Et bien cela aurait été une grosse erreur que de passer son tour, car les fans, du premier au dernier rang, en ont eu pour leur argent dimanche dernier au Transbo ! Et pourtant c’était encore probablement Lorde, la personne la plus heureuse de la salle, dont la joie fut totalement communicative.

Des tubes, rien que des tubes

Elle attaque fort avec les titres que l’on connait bien histoire de nous mettre dans l’ambiance. « Team » bien sûr, et surtout celui dont elle assure le featuring pour Disclosure : « Magnets ». On est debout, les hanches bien souples, c’est bon, on est prêt pour la suite. « Royals » arrivera plus tard, car là c’est Melodrama le nouvel album le sujet, on le connait à peine mais en live, la plupart des titres ont matière à être tubesques ! Plus tard elle nous surprend avec une reprise de Phil Collins, « In The Air Tonight », mais dîtes-moi Mademoiselle, vous aviez 4 ans quand ce titre est sorti ?! Et vous en faîtes une cover plus que réussie. Nul doute qu’on entendra dans les télés-crochets cette année des jeunes dire : « je vais vous chanter ‘In The Air Tonight’ de Lorde »

L’univers visuel de Lorde est riche, une belle proposition, bien fignolée, l’artiste n’est visiblement pas que chanteuse et souhaite imposer sa griffe, sa vision artistique. Elle est d’ailleurs « seule » sur scène, son groupe en retrait dans la pénombre, la lumière c’est elle. Elle danse, se balade, et parle beaucoup, partage son enthousiasme, son amour de la vie, et la gratitude qu’elle a envers elle, de lui permettre d’avoir quitté sa Nouvelle Zélande lointaine pour être ici, dans cette belle ville de Lyon, face à une salle comble. Ce n’est pas mièvre, juste sincère, et pour le jeune public face à elle un joli message de persévérance et d’espoir.

L’univers Lorde

Plusieurs décors se suivront, astronaute/scaphandrier, étoiles, fleurs, les tenues (plus ou moins heureuses) défilent aussi, créant des ambiances bien tranchées, couleurs, formes, lumières et textes lus en voix off. Ces textes seront d’ailleurs le seul bémol, ou en tout cas le seul signe qui nous rappelle le jeune, voire même très jeune, âge de la belle brune, à peine 21 ans, et donc tout ça est un peu cucul la praline… « I don’t know if I can love, you kow life is beautiful, the sun, the sea, I love you » ou quelque-chose de ce type, vous voyez le genre… Mais peu importe, les petites meufs fans hystériques dans la fosse en sont électrisées, et les plus de vingt ans y trouveront quand-même leur compte tant la voix est sûre et le spectacle vivant. Alors que seule pour nous animer, nous n’étions pas vraiment sûrs que la mayonnaise prendrait.

Une vraie belle surprise que cette jeune Lorde, qui n’est donc pas qu’un succès commercial bien marketé mais peut-être réellement le futur de la musique, comme notre cher David Bowie le prédisait ? Elle fut choisie par le staff du grand Bowie, et ce de manière unanime en 2016 pour l’hommage qui lui fut rendu lors des Brit Awards, où elle proposa une superbe reprise de « Life On Mars ». Rendez-vous à 10:45 environ et c’est sur cette performance live que nous vous laissons…

Photos : (c) Kymmo (merci à toi !)

À LIRE AUSSI

> Go(o)d Lorde
>> Lorde lâche une petite pépite : « Green Light »

Advertisements

Laisser un commentaire