Dans l’iPod de François Blanc/Bibou Bu

Après Nico Prat et Abi Aïnouz, j’ai demandé à François Blanc, journaliste de la maison Tsugi de me livrer sa playlist idéale. Enjoy !

Jeremie Whistler – Cold Heart

Bon c’était inévitable. Le gamin est mon bestah forever et en plus je lui sers de manager. Mais je crois que si je n’avais pas été subjugué par son talent nous ne serions probablement pas amis aujourd’hui. Je suis fier du morceau et fier du clip, qu’on a tourné en pleine nuit en forêt, entre amis bénévoles. Certains ont même chopé des tiques là-bas. Et puis c’est mon premier grand rôle dans un clip. Bon ok, je suis sous un des monstres.

Fantasia feat. Kelly Rowland & Missy Elliott – Without Me

C’est probablement mon tube de l’année. Je suis un énorme fan de R&B et l’ai toujours été, que ce soit des trucs spé ou plus mainstream. Fantasia a gagné American Idol il y a un paquet de temps, comme quoi là-bas ce n’est pas un handicap. Je la vois un peu comme un équivalent féminin de Miguel, que j’adore aussi. Et Missy Elliott, toujours à la rue côté carrière perso, prouve qu’elle est toujours le « featuring » idéal.

Sophie – BIPP

C’est mon tube de l’été, un truc surbreaké , une face étrange de la dance music… Et pourtant très pop. Ça sort chez Numbers, le fantastique label écossais de Hudson Mohawke, Rustie et compagnie. Et l’EP qui contient ce titre est soutenu par une face B trap assez fun. Ca tâche pas mal.

Speedy Ortiz – Ka-Prow !

Dans les années 90 j’étais ou trop jeune, ou trop obnubilé par les Metallica, Megadeth et compagnie de mes grands frères. Alors je suis content qu’on me sorte un truc en 2013 qui rend hommage au grunge… Et puis la chanteuse de Speedy Ortiz possède un genre de folie-lol qui me touche. Cette chanson défonce et ne prend pas la peine de durer.

 Perera Elsewhere – So Bizarre

Je ne suis pas sûr d’avoir grand-chose à dire sur ce morceau, c’est le premier single d’une jeune anglaise exilée à Berlin. On ne sait pas bien où on est, partagé entre le folk, la soul et une production plus impénétrable. C’est surtout le côté ultra-minimal qui bluffe et la voix, magnifique.

Beyoncé – Bow Down / I Been On 

Je suis un grand fan de Beyoncé comme je l’étais des Destiny’s Child. Et je trouve formidable qu’après un dernier album passionnant mais qui a constitué un échec commercial, elle revienne avec un truc encore plus spé. Je ne suis pas vraiment fan des deux chansons publiées depuis, mais ce double extrait m’a par contre vraiment tué. Les deux sont parfaits. Et puis j’ai envie de dire « Bow Down Bitches », mais elle fait mieux la voix rocailleuse que moi.

Fasano – Last Evening 

L’histoire est marrant, le mec a fait parti grâce au patron de son label de la chorale des tous derniers concerts de LCD Soundsystem, déguisée en équipe e cosmonautes. Le morceau, aussi lo-fi soit-il, me fout la chair de poule. On dirait une version zéro moyen de Grizzly Bear, sans le côté un peu glacé.

 Clarence Clarity – The Gospel Truth 

Quelque chose dans la voix me fait vraiment penser à Chris Keating le chanteur de Yeasayer. C’est assez violent et bordélique pourtant il y a une vraie sensibilité pop qui transparaît fortement. Parfois j’ai même l’impression d’entendre « Everybody » des Backstreet Boys. Ou Animal Collective en version moins prise de tête. Ou The Child Of Lov. Bref c’est assez fascinant.

 Cassie – Numb feat. Rick Ross

J’aime bien Cassie, qui est l’éternelle loseuse du R&B. Plus personne ne veut d’elle, son deuxième album est attendu depuis genre 6 ans. Elle a quand même sorti une mixtape cette année, assez chouette d’ailleurs, mais sans aucun potentiel commercial. C’est un R&B apathique, un peu futuristico-lougy. Ça fait pas rêver comme ça. Mais la meuf est cool.

The Acid – Basic Instinct

Ce rigolo (ces rigolos ?) vient de sorti un premier EP dans un anonymat total, en écrivant le nom de son projet avec des hiéroglyphes chelous, sans photo… Bref un truc un peu agaçant, mais j’ai pris une claque. On ne sait jamais bien si on écoute du José Gonzales, du Atoms For Peace ou tout autre chose. Y a des guitares douces, des basses incroyables, des rythmes étonnants, une sobriété impressionnante, un chant profond. Je pense bien que c’est l’un des EPs de l’année.

Advertisements

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.