Dans les coulisses de la Nouvelle Star avec … Laura Migné

Après, Julien, Maéva et Cynthia, c’est au tour de Laura de nous raconter son épopée Nouvelle Star, des castings jusqu’au premier prime !

Je ne saurais par où commencer pour décrire cette folle aventure que j’ai vécu dans Nouvelle Star. Tout commence un 8 septembre, sans grands espoirs je me rends aux pré-castings de la célèbre émission désormais diffusée sur la chaîne D8, avec ma meilleur amie. Les pré-castings passés avec succès, je m’en vais passer devant les jurys quelques jours plus tard. A ce moment là, je ne prends pas l’aventure au sérieux, car dans mon esprit, réussir à passer la barrière du jury me semble impossible. Pourtant, équipée d’un micro et prête à les affronter, j’avance, avec comme seule signe de reconnaissance, un numéro, le 10406.

Laura

Et là, je ne sais plus trop où je suis mais j’y suis et je m’y sens bien. J’ai de la chance d’être à l’aise à l’oral et devant des gens qui sont là pour me juger. Mon destin dépend de ces quatre personnes assises là. Je commence, et je me mets dans ma bulle, plus rien n’existe, rien. Je chante, et c’est tout, je chante et on verra bien ce qui se passera. C’est un succès, 4 « oui », criés tous en même temps par le jury, une merveille de justesse et une fille modeste, selon Maurane, un Olivier Bas qui veux acheter mon album dès qu’il entend ma voix, un Sinclair qui vante ma facilité à passer en voix de tête sans faire de fausses notes, et un Manoukian qui n’en croit pas ses yeux.

Après tant d’éloges, et un gracias bien remarqué, je m’en vais donc au théâtre. C’était fou de recevoir autant de compliments, surtout lorsque l’on ne s’y attend pas. J’étais bel et bien à fond dans mon aventure. Le théâtre, c’est une mine d’or, on attend que ça, on compte les jours.

Le 28 septembre nous revoilà sur la capitale pour les épreuves. Je me lie d’amitié avec plein de gens, tous géniaux, le gang de Marseille. On redoute tous l’aventure du lendemain, les lignes.

Les épreuves se succèdent et j’ai la chance de toutes les réussir. Chaque jour qui passe est un jour de plus auquel on a survécu. On survit car on voit ses amis partir, et on doit surmonter la fatigue pour toujours donner le meilleur de nous-même.

Puis, vient l’épreuve de la dernière chance, et on m’annonce enfin que je participerai aux primes. Je ne saurais décrire l’émotion qui m’a envahit quand j’ai su cela. On atteint le but ultime, ce pour quoi on s’est tant battu. On se bat chaque jour pour les potes partis, et aller au prime signifie une victoire énorme.

Les deux mois qui séparent les primes de la dernière épreuve du théâtre sont dingues. On mange, on dort, on boit Nouvelle Star, on attend qu’une chose, que la diffusion commence pour voir les potes à la TV. Ca ne passe pas vite, deux mois, quand on compte les jours car on sait qu’on va vivre quelque chose de dingue.

Mais ça arrive plus vite que prévu, et ainsi nous voilà parti le 4 décembre à Paris, une semaine avant le prime 1. Super hôtel, super équipe, camarades géniaux, ambiance au top, on passe vraiment l’une des meilleures semaines de notre vie. La production fait vraiment les choses très bien. Tout est transparent, on est en contact avec tout le monde, et tout le monde s’entend bien, du cadreur lambda au producteur.

L’heure du solo en direct sonne vite, et c’est sur un tube de Daho que je m’avance, assumant pleinement mon choix. Verdict : 4 rouges, ça n’a pas plu, mais je ne m’arrête pas là. Je me suis toujours dis que je préférais avoir 4 rouges et faire un prime, que de me faire éliminer juste avant.

J’ai très bien vécu cette sortie, car j’ai eu la chance de discuter avec les jurys après le prime, et ils m’ont rassurée, puis, les gens m’ont toujours beaucoup soutenue et c’est ce qui m’a permis de prendre beaucoup de recul et de tirer un trait très vite. Ca ne veut pas dire oublier, mais avancer. Je me considère très chanceuse d’avoir pu faire tout cela, c’était une aventure humaine de dingue, tous ces gens rencontrés sont une grande richesse, et chaque jour j’y pense.

Maintenant j’ai repris ma petite vie d’étudiante en droit et je fais de la musique avec mon copain, Charles, membre du groupe de pop punk Home Most Days, et tout va très bien.

Je parle avec Maurane et Olivier quelques fois, et suis chaque jour en contact avec ma NS Family, comme on s’appelle tous.

Ma conclusion : une aventure formidable qui a changé un peu le cours de ma vie, je peux maintenant dire que j’ai eu le courage et la chance de chanter en direct lors d’un prime time, et c’est pour moi une réelle fierté, peu importe que j’ai fait un ou 10 primes. J’ai déjà tout gagné en en faisant un.

Advertisements

Une pensée sur “Dans les coulisses de la Nouvelle Star avec … Laura Migné

  • 19 janvier 2014 à 22 h 20 min
    Permalink

    Bravo à toi pour ce parcours. Dommage que tu n’ai pu aller plus loin, mais l’essentiel est de t’être bien amusée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.